Google+

Ramadan

Nafilas du ramadan

 
Les Belles Prières des Trente Nuits de Ramadan et leur Profit Tarawih (Nafilas) - Veille du 1er jour : Celui qui effectue dans la nuit qui précède le premier jour du ramadan 10 rakas avec pour chacun 1 fatiha 2 ina an zalnahou 2 alkafirouna 1 ikhlass Dieu le sauvera à jamais de l’enfer et exaucera tous ses vœux formulés à la suite de cette prière - Nuit du 1er au 2: Celui qui effectue 6 rakas avec pour chacun 1 fatiha 10 ina ahtainakal, Sera absous de tous ses pêchés avant qu’il ne quitte les lieux de prière , il bénéficiera des avantages liés à mille grands pèlerinages et è mille petits pèlerinages effectués ainsi qu’aux avantages dus à quelqu’un qui a donné en offrande 1000 dirhams et qui a rendu visite à 1000malades il aura également les avantages dus à quelqu’un qui a accompagné 1000 morts jusqu’à leur dernière demeure;ainsi qu’à ceux dus à quelqu’un qui a lu tout le coran. Il bénéficiera enfin de bénédictions plus importantes que celles dues à des dévotions d’une durée de 70 ans. - Nuit du 2 au 3 : Celui qui effectue 6 rakas avec pour chacun 1 Fatiha ; 4 ina an zalnahou ; 4 khoulou ya ayouhal kafirouna on aura bénéficie des avantages dus a quelqu’un qui aura a franchi 1000 personnes au terme d’une journée de jeune de ceux dus a quelqu’un qui aura donne a habille 1000 personnes se trouvant dans un dénuement complet ,donne a manger a 1000 personnes qui ont faim ,on bénéficiera des bénédictions aussi importantes en quantités que le nombre des espèces volantes de la planète , on bénéficiera en outre des avantages dus aux plus grands saint et ceux dus a ceux qui sont tués au cours dune guerre sainte,enfin on ne rencontrera aucune épreuve dans la tombe. - Nuit du 3 au 4 : Celui qui effectue 4 rakas avec pour chacun 1 fatiha 3 khoulya ayouhal kafirouna on bénéficiera des avantages dues a 1000 personnes qui se sont acquittées de leurs dévotions, on sera en plus absous de tous ses pèches avant qu’on ne quitte le lieu de prière. - Nuit du 4 au 5 : Celui qui effectue 4 rakas avec pour chacun 1 fatiha 1 alam nasraa 3 koul houwa allahou on sera considère comme quelqu’un qui a fait le grand et le petit pèlerinage 1000 fois On sera préservé de la pauvreté et verra nos chances d’acquisition de biens multipliées. De chaque lettre naîtront 2anges qui se chargeront d’effacer nos péchés et d’enregistrer des bienfaits à notre intention; de nous octroyer des grades et ce, durant une année entière. A notre mort, on bénéficiera des faveurs dues à un combattant tué au cours d’une guerre sainte, on sera absous (de tous ses péchés), on ne connaîtra pas les affres de la mort et on aura absolument les agréments de Tout puissant, à sa mort. On lui ouvrira de sa tombe des portes qui donnent sur le paradis et qu’il contemplera jusqu’au jour du jugement. - Nuit du 5 au 6 : Celui qui effectue 2 rakas avec pour chacun : 1 fatiha ; 12 khoul houwa allahou sera considéré comme quelqu’un qui a effectué 1000 rakas sur le « makhama » Ibrahima (à quelques mètre de la Kaaba), 1000 rakas dans la Mosquée de la Mecque, donner en aumône (5000F) donner à manger à 1000 personnes qui ont faim, ses voeux seront exaucés. Il sera considéré comme quelqu’un qui a donné à manger après une journée de jeune à tous musulmans. A sa mort il sera compté parmi ceux qui ont tué au cours d’une guerre sainte, il sera préservé des affres de la mort, sa tombe sera aménagée comme un des jardins de l’Eden. Il ressuscitera auréole de la lumière céleste, sera d’une beauté comparable à celle du soleil avec le plus beau parfum du monde, il ira au paradis sans subir aucune épreuve, sans jugement et il sera parmi les prophètes dans la vie éternelle. - Nuit du 6 au 7 : Celui qui effectue 6 rakas avec pour chacun 1 fatiha 7 khoul ya ayouhal kâfirouna 7 khoul houwa allahou bénéficiera de bienfaits pour chaque verset, il sera considéré comme quelqu’un qui aura donné en aumône 1000dinars; tous ses voeux seront exaucés, il bénéficiera en outre de bénédictions aussi importantes en quantité que le nombre de jours de l’existence terrestre; pour chaque lettre on lui bâtira une grande maison au paradis. - Nuit du 7 au 8 : Celui qui effectue 2 rakas avec pour chacun 1 fatiha 12 khoul houwa allahou Pour chaque lettre des sourates employées, bénéficiera des bénédictions dues à 1000 ans de dévotions. Il sera considéré comme quelqu’un qui a donné à manger à tous les musulmans pendant 70 ans révolus tout en leur donnant à boire et les habillant. Il aura en outre les bénédictions Liées à l’affranchissement de 1000 esclaves; ses voeux seront exaucés, il ressuscitera avec la lumière céleste. Il traversera « siraat » comme un éclair, il lui sera demandé de sauver de l’enfer (70) personnes qui y étaient destinées. - Nuit du 8 au 9 : Celui qui effectue 4 rakas avec pour chacun : 1 fatiha ; 3 tabatt yada ; 1 koul houwa allahou » il lui sera accordé les bénédictions dues à tous ceux qui acceptent stoïquement les décrets divins (mounkat yi) et liés à la lecture du Coran entier; il bénéficiera des bénédictions qui procurent 70 ans de dévotions pendant lesquels il passe les jours à jeûner et les nuits à prier. Ordre sera donné à deux anges qui se chargeront d’effacer tous ses péchés et d’enregistrer des bienfaits à son intention et ce jusqu’au jour du jugement dernier. Dieu agréera ses prières et son jeûne et le mettra à l’abri des mauvaises intentions des hommes, il le préservera des mauvais tours de “Satan” et toutes les angoisses. Le jour du jugement dernier, il sera parmi ceux qui ne verront rien qui leur fasse peur ou les inquiété. On ouvrira à son intention les portes des 8 paradis et le priera d’entrer dans celui de son choix et ce sans le juger. - Nuit du 9 au 10 : Celui qui effectue 4 rakas avec pour chacun 1 fatiha 1 ayatoul koursirou Avant de quitter le lieu de prière , il se verra absous de tous ses péchés sans exclusive;on lui fera bénéficier de bénédictions égales à celles de 50 (hommes de dieu) véridiques , de celles de 70 personnes tuées dans une guerre sainte .Avant sa mort , il goûtera de fruits provenant du paradis , on lui demandera de sauver de l’enfer 70 personnes qui y étaient destinées. - Nuit du 10 au 11 : Celui qui effectue 4 rakas avec pour chacun : 1 fatiha 7 ina an zalnahou 7 khoul ya ayouhal kafirouna 7 khoul houwa allahou après le salut final dire« la hawla wala khouwata ila billahi haliyil azimi » (70 fois), dire ensuite «salatou ala nabi » (70 fois), il sera absous de tous ses pèches sans exclusive ; pour chaque verset il lui sera accordé les faveurs dues aux dévotions d’une année entière ainsi que celle dues à quelqu’un qui a rendu leur liberté à 1000 esclaves, donné en aumône 1000 dinars, donné à manger 1000 personnes qui n’ont rien à manger, habillé 1000 personnes se trouvant dans le dénuement le plus complet . Tout ce qui existe sur terre vivant ou non intercédera auprès de Dieu pour qu’il lui pardonne ses péchés, il sera préservé contre toutes calamités, toutes les peines, la faim, l’indigence (sous toutes ses formes : raag) les djinns contre les affres de la mort il ira au paradis sans aucun jugement. - Nuit du 11 au 12 : Celui qui effectue 10 rakas avec pour chacun : 1 fatiha ; 6 khoul houwa allahou bénéficiera de 8000 épouses au paradis et il vivra en compagnie du prophète (salla lahou tahala haleyli wa sallama), il bénéficiera en outre des faveurs dues à celui qui a étudié le «awréte, l’indjile » le « zabor » et le « coran ». Par ailleurs, il sera absous de tous ses péchés quelle que soit leur importance même s’ils égalaient en nombres les vagues de la mer. Il lui sera accordé les bénédictions dues à 70ans de dévotions de Dieu ; il sera considéré comme quelqu’un qui rendu leur liberté à 1000 esclaves ; le jour du jugement dernier on lui donnera de sauver de l’enfer autant de personnes qu’il désira et qui y étaient destinées Il ira au paradis sans être jugé. - Nuit du 12 au 13 : Celui qui effectue 2 rakas avec pour chacun 1 fatiha 5 khoul houwa allahou on bâtira au paradis une grande maison composée de 7 chambres tout en or .Dans chacune de ces chambres il y aura 1000 lits avec dans chacun d’eux une épouse, en outre il bénéficiera de bénédictions dues à 1000 rakas effectués. - Nuit du 13 au 14 : Celui qui effectue 8 rakas avec pour chacun : 1 fatiha ; 7 iza djaha sera considéré comme quelqu’un qui a donné en aumône 1000 dinars, affranchi 1000 esclaves, donné à manger 1000 personnes n’ayant rien à manger . Dieu agréera toutes ses prières et son jeune , il sera préservé contre les maux d’ici et de l’au-delà Il ne connaîtra pas les inquiétudes et angoisses du jour du jugement dernier , il lui sera donner l’ordre de sauver de l’enfer autant de personnes qu’il voudra et qui y étaient destinée sans qu’elles soient jugées - Nuit 14 au 15 : Celui qui effectue 6 rakas avec pour chacun 1 fatiha 1 iza djaha 1 khoul houwa llalou Dieu agréera ses prières et son jeune, tous ses péchés seront reconvertis en bien faits .Pour chacune des lettres composant les sourates employées ,il lui sera bâti une grande cité au paradis ,il sera considéré comme quelqu’un qui a donné a manger aux musulmans du monde entier - Nuit 15 au 16 : Celui qui effectue : 2 rakas avec pour chacun : 1 fatiha ; 10 iza zoulzilati s’il lui accordera beaucoup de bénédictions en outre il sera absous de tous ses péchés par ailleurs , s’il se trouvait dans l’angoisse ,Dieu l’en délivrera, Dieu le préservera des calamités de ce monde et de l’autre ;il sera préservé contre la pauvreté et verra ses chances d’acquisition de biens multipliées .Dieu se montrera miséricordieux à son égard .Il ira au paradis en compagnie des plus illustrés créatures. - Nuit du16 au 17 : Celui qui effectue 12 rakas avec pour chacun 1 fatiha 2 ina an zalnahou 1 khoul houwa allahou bénéficiera de bénédictions d’un nombre aussi important que le nombre de tous les croyant, du premier au dernier s’il se trouvait malade, il guérira, s’il se trouvait endetté, Dieu l’acquitterait de ses dettes, s’il se trouvait angoissé, Dieu l’en guérirait et Dieu le préservera de l’enfer. - Nuit du 17 au 18 : Celui qui effectue 10 rakas avec pour chacun 1 fatiha 1 sabi hisma rabika 1 khoul ya ayouhal kafirouna 1 khoul houwa allahou sera considéré comme quelqu’un qui détiendrait toutes les richesses terrestres et l’emploierait au service de Tout-puissant Dieu. Pour chaque lettre des sourates employées, on lui bâtira une grande cité au paradis , il sera considéré comme quelqu’un qui s’est acquitté de ses devoirs envers le Tout-puissant pendant 70 ans au cours desquels, il aura passé la journée à jeûner et les nuits à prier, il sera considéré comme quelqu’un qui a lu le coran 100 fois ,fait 100 fois le grand pèlerinage et fait 100 fois le petit pèlerinage, il bénéficiera des bénédictions dont Dieu connaît l’importance avant de mourir, il lui sera montré sa demeure au paradis ,le jour du jugement dernier, il ne verra rien qui lui fasse peur ou qui l’inquiète. - Nuit du 18 au 19 : Celui qui effectue 6 rakas avec pour chacun 1 fatiha 7 Khoul houwa Alahou Le paradis est la récompense due a cette prière, Dieu préservera l’auteur de cette prière de tout ce dont qu’il a peur,Dieu exaucera tous ses voeux .Satan évitera de le rencontrer, il conservera le foi jusqu'à la fin de ses jours, il fera partie des personnes à entrer au paradis. - Nuits du 19 au 20 : Celui qui effectue 8 rakas avec pour chacun 1 fatiha 1 ina an zalnahou 3 khoul houwa alahou bénéficiera des bénédictions aussi important que celles dues a tous les hommes qui on fait quelque chose de bien. Il sera absous de tous ses pèches sans exclusive. On le préservera de l’obscurité de la tombe, il ira au paradis en compagnie du prophète Mouhamad »salla lahoutahala haleyhi wasalam » - Nuits du 20 au 21 : Celui qui effectue 4 rakas avec pour chacun : 1 fatiha ; 20 khoul houwa alahou sera considéré comme quel qu’un qui détiendrait tous les biens de la planète et les dépenserait au non de Dieu, comme quelqu’un qui avait lu le « tawréte », - Nuit du 21 au 22 : Celui qui effectue 2 rakas avec pour chacun 1Fatiha 3 Sabi hisma rabika 3 Inna An zalnahou 3 khoul houwa Allahou 3 Falakh 3 Nassi Dieu bâtira à son intention 70 cités avec dans chaque citè 1000 maisons et dans chaque concession 1000 chambres en or et en argent , dans chaque chambre 1000 lits et dans chaque 1000 épouses. - Nuit du 22 au 23 : Celui qui effectue 4 rakas avec pour chacun : 1 Fatiha ; 5 Isa Diaha Nassrou Lahi ; 5 Khoul houwa Allahou sera absous de tous ses pêchés. Ordre sera donné à 2 anges qui se chargeront d’effacer ses pêchés et d’enregistrer en son nom des bénédictions pendant une année entière. S’il meurt entre temps, il bénéficiera des bénédictions dues à quelqu’un qui s’est fait tué au cours d’une guerre sainte. Il ressuscitera avec une beauté aussi éclatante que le soleil, il traversera siraat comme un éclair - Nuit du 23 au 24 : Celui qui effectue 6 rakkas avec pour chacun 1 fatiha 3 Khoul houwa Allahou ira au Paradis sans être jugé. - Nuit du 24 au 25 : Celui qui effectue 8 rakas avec pour chacun 1 Fatiha 41 Khoul houwal Allahou sera absous de tous ses pêchés avant de quitter le lieu de prière en outre, il ne connaîtra jamais les épreuves de Dieu. - Nuit du 25 au 26 : Celui qui effectue 10 rakas avec pour chacun 1 Fatiha 1 Alkharihatou 5 Koul houwa Allhou Après la prière il se repend aussi longtemps qu’il lui est possible, il sera préservé des deux feux de l’enfer, il sera considère comme quelqu’un qui aura jeûne pendant toute la durée de l’existence, il bénéficiera des bénédictions aussi importantes en quantité que le nombre de toutes les étoiles et de toutes les feuilles des arbres; il bénéficiera également de bénédictions capables de couvrir tout l’espace compris entre le ciel et la terre. Le jour de la résurrection il ira au Paradis escorté des anges : Djibrilou, Mikail, Azrafil, Izrahil. - Nuit du 26 au 27 : Celui qui effectue 12 rakas avec pour chacun 1 Fatiha 10 Ina an zalnahou bénéficiera de bénédictions aussi importantes en nombre que le nombre des jours de l’existence terrestre » A la résurrection, il sera parmi les prophètes. - Nuit du 27 au 28 : Celui qui effectue 4 rakas avec pour chacun 1 Fatiha 5 wattiini 5 khoul ya ayouhal kafirouna 5 Ikhlass Après la prière, il se repent aussi longtemps qu’il peut alors, il sera absous de tous ses pêchés. - Nuit du 28 au 29 : Celui qui effectue 4 rakas avec pour chacun 1 Fatiha 5 wattiini 5 khoul ya ayouhal kafirouna 5 Ikhlass Après la prière, il se repent aussi longtemps qu’il peut alors, il sera absous de tous ses pêchés. - Nuit du 29 au 30 : Celui qui effectue 4 rakas avec pour chacun 1 fatiha 11koul houwa Allahou il sera bâti à son intention une maison au Paradis. De même si on effectue 4 rakas avec la fatiha suivi de sourate Khoul ya Ayouhal kafirouna (25 fois Khoul houwa Allahou (25 fois), on sera préservé de feux de l’enfer, on sera absous de tous ses péchés, de même ses proches parents on traversera Siraat comme un éclair.

Historique

 



Le ramadan, également orthographié ramadhan ou ramazan (arabe : رَمَضَان ou Ramaḍān) est le neuvième mois du calendrier musulman.

Le français emploie indifféremment le mot « ramadan » pour désigner le mois saint pour les musulmans et, par métonymie, le jeûne ou saoum, qui constitue l'un des cinq piliers de l'islam qu'Allah leur a prescrits.

Au cours de ce mois, ceux-ci ne mangent pas, ne boivent pas, et n'entretiennent pas de relations sexuelles de l'aube au crépuscule[1]. Les malades, les femmes enceintes ou qui allaitent, les femmes ou jeunes filles qui sont dans leur période menstruelle, les enfants en bas-âge, les vieillards ou toute personne dont ce jeûne pourrait mettre la santé en péril en sont exemptés. Le jeûne a pour but d'enseigner aux musulmans la patience, la modestie et la spiritualité.

Le premier jour du mois suivant est l'occasion de célébrations observées durant l'Aïd el-Fitr, la fête de la rupture du jeûne.

ORIGINE

Le nom Ramadama a été le nom du neuvième mois dans le monde arabe bien avant l'arrivée de l'islam ; le mot lui-même est dérivé de la racine rmd, comme dans les mots ramida ou ar-ramad, dénotant une chaleur intense, un sol brûlant et le manque de rations. Dans le Coran, Allah proclame que le jeûne a été rendu obligatoire aux musulmans, comme il le fut auparavant aux Juifs, se référant ainsi à la pratique du jeûne durant Yom Kippour


RAMADAN

 

CALENDREIER

Le calendrier musulman est un calendrier lunaire. C'est pourquoi, chaque mois commence lorsque le premier croissant de la nouvelle Lune est visible. Comme le calendrier musulman compte onze à douze jours de moins que le calendrier solaire et aucune intercalation, le ramadan se décale chaque année et passe progressivement d'une saison à l'autre. Les dates de début et de fin du ramadan, pour la période 2009-2015, sont les suivantes :

Ère commune Hégire Début Fin
2009 1430[4] 22 août 19 septembre
2010 1431[4] 11 août 9 septembre
2011 1432[4] 1er août 29 août
2012 1433[4] 20 juillet 18 août
2013 1434[4] 9 juillet 7 août
2014 1435[4] 28 juin 27 juillet
2015 1436[4] 18 juin 16 juillet
Dates estimées du ramadan entre 2009 et 2015

La majorité des musulmans insiste sur l'observation locale du croissant de lune pour marquer le début du ramadan, mais d'autres insistent sur le calcul de la nouvelle Lune ou sur la déclaration saoudienne pour déterminer le début du mois. Puisque la nouvelle Lune n'est pas visible partout en même temps, les dates de début et de fin du mois dépendent de ce qui est visible dans chaque lieu. Par conséquent, les dates varient d'un pays à l'autre, mais généralement d'un jour seulement ; ceci est le résultat du cycle lunaire.

Chaque année, le ramadan commence donc dix jours avant celui de l'année précédente[5]. Des projections astronomiques qui donnent une approximation du début du ramadan sont disponibles[6].

Pratiques

Jeûne [modifier]

Article détaillé : Saoum.
Exemple de sahur avant le lever du soleil

L'événement le plus important de ce mois est le jeûne. Tous les jours, les musulmans se lèvent avant l'aube pour sahur, le repas précédant l'aube, avant d'effectuer la prière de as-soubh. Ils doivent arrêter de manger et de boire avant l'appel à la prière et ce jusqu'à ce que commence la quatrième prière de la journée, al-maghrib. Les musulmans peuvent continuer à manger et à boire après le coucher du soleil et ce jusqu'à ce que l'appel à la prière de as-soubh le lendemain. Ensuite, le processus recommence pour une nouvelle journée.

Repas de rupture du jeûne

Le ramadan est un moment de réflexion et d'adoration d'Allah. Les musulmans se doivent de faire plus d'efforts pour suivre les enseignements de l'islam et éviter les images et sons obscènes ou contraires à la religion. Les pensées et activités sexuelles durant les heures de jeûne sont également proscrites ; la pureté des pensées et des actions est en effet importante. Le jeûne est destiné à être un acte exigeant de foi personnelle et profonde dans lequel les musulmans recherchent une prise de conscience accrue de leur proximité avec Allah.

L'acte de jeûne est censé éloigner le croyant des activités quotidiennes, son but étant de nettoyer son âme intérieure et de la libérer de tout mal. Il permet aussi aux musulmans de pratiquer l'autodiscipline, le contrôle de soi[7], le sacrifice et l'empathie pour ceux qui sont moins fortunés, encourageant ainsi des actions de générosité et de charité. Toutefois, un certain niveau de maîtrise de soi peut être perdu par ceux qui souffrent de troubles de l'alimentation[8].

Les personnes âgées, les malades chroniques ainsi que les malades mentaux sont exemptés de jeûne, bien que les deux premiers groupes doivent chercher à nourrir les pauvres en remplacement de leur jeûne manqué. Sont également exemptées les femmes enceintes, les femmes en période de menstruation et les femmes allaitant leurs nouveau-nés. Une différence d'opinion existe cependant parmi les érudits quant à savoir si ce dernier groupe doit rattraper les jours manqués à une date ultérieure, ou nourrir les populations pauvres en guise de remplacement. Alors que le jeûne n'est pas considéré comme obligatoire dans l'enfance, de nombreux jeunes s'efforcent de jeûner le plus grand nombre possible en guise de préparation pour leur pratique future. Enfin, les voyageurs sont exemptés mais doivent rattraper les jours qui leur manquent. Les personnes âgées, celles qui souffrent d'un handicap ou d'une maladie, et qui n'ont aucune chance de voir leur état s'améliorer, peuvent payer l'iftar à la place de personnes qui ne peuvent se le permettre ; elles peuvent aussi les accueillir dans leur maison et les nourrir après le coucher du soleil comme moyen de remplacer les jours non jeûnés.

Une personne peut rompre le jeûne par inadvertance, en raison d'un oubli. Dans un tel cas, elle doit régurgiter la nourriture consommée ou cesser immédiatement l'activité proscrite. Cela peut généralement se produire dans les premiers jours du jeûne car la personne pourrait ne pas être encore acclimatée à celui-ci.

Lorsque le ramadan a éclipsé la fête d'Achoura, en termes d'importance, il a pris certaines caractéristiques de cette dernière. Selon un hadith bien connu, la personne qui observe le ramadan correctement verra tous ses péchés pardonnés. Selon un autre, « lorsque le Ramadan arrive, les portes du ciel sont ouvertes, les portes de l'enfer sont fermées et les démons sont enchaînés », et quiconque passe entrera au paradis[9].

Prière et lecture du Coran [modifier]

En plus du jeûne, les musulmans sont encouragés à lire la totalité du Coran. Certains procèdent à la récitation, par le biais de prières spéciales appelées Tarawih, qui sont effectuées dans les mosquées chaque soir, au cours duquel toute une partie du texte (juz soit un trentième du Coran) est récité. Par conséquent, la récitation de la totalité du livre est généralement achevée à la fin du mois.

Le ramadan est aussi une période où les musulmans ralentissent le rythme des affaires du quotidien et se concentrent sur l'autocritique, la purification spirituelle et l'illumination, établissant un lien entre eux et Allah par la prière, la supplication, la charité, les bonnes actions, la gentillesse et l'entraide. Comme il s'agit d'un mois de don et de partage, les musulmans préparent des aliments particuliers et achètent des cadeaux pour leur famille et leurs amis, pour les pauvres et les nécessiteux qui ne peuvent pas se le permettre ; cela peut inclure l'achat de nouveaux vêtements, de chaussures ou d'autres articles. Il existe aussi un aspect social impliquant l'invitation faites pour le repas de l'iftar (repas clôturant le jeûne journalier).

Dans de nombreux pays musulmans et non musulmans à forte population musulmane, les commerces ferment dans la soirée pour permettre aux travailleurs d'accomplir la prière et de consommer le repas de l'iftar ; ils rouvrent et restent ouverts pendant une bonne partie de la nuit. Les musulmans peuvent ainsi faire du shopping, manger, passer du temps avec leurs amis et leur famille. Dans certains pays musulmans, ne pas jeûner ou afficher un tel comportement en public est considéré comme un crime et peut être poursuivi en tant que tel. Ainsi, en octobre 2008, une cour de Biskra en Algérie a condamné six personnes à quatre ans de prison et de lourdes amendes[10].

Laylat al-Qadr [modifier]

Article détaillé : Laylat al-Qadr.

Laylat al-Qadr (Nuit du destin), considérée comme la nuit la plus sainte de l'année, est une commémoration observée au cours de l'un des dix derniers jours impairs du mois. C'est au cours de cette nuit que le Coran aurait été révélé au prophète Mahomet par l'archange Gabriel[9]. Sur la base du Coran, les musulmans croient que cette nuit est « meilleure que mille mois » de prières, de bonnes actions et d'invocation : prier tout au long de cette nuit est ainsi autant récompensé que prier durant mille mois (soit toute une vie) ; de nombreux musulmans passent donc la nuit entière à prier.

Selon le sunnisme, cette nuit est la 21e, la 23e, la 25e, la 27e ou la 29e du mois alors que, selon le chiisme, cette nuit est la 19e, la 21e ou la 23e du mois. Toutefois, la véritable date a été intentionnellement dissimulée.

Aïd el-Fitr [modifier]

Article détaillé : Aïd el-Fitr.

La fête islamique de l'Aïd el-Fitr, le 1er chawwal, marque la fin de la période de jeûne et le premier jour du mois suivant, après qu'une autre nouvelle Lune a été repérée ; l'Aïd arrive donc après 29 ou 30 jours de jeûne. Aïd el-Fitr désigne la fête de la rupture du jeûne, l'occasion de célébrations et de fêtes. Lorsque le jeûne est terminé, les musulmans se rendent dans les mosquées en début de matinée, vêtus de leurs plus beaux vêtements (souvent nouveaux), pour la première prière de l'Aïd. Des présents sont ensuite remis aux enfants, des festins sont organisés et des visites aux parents et amis effectuées ; des aliments sont aussi donnés aux pauvres (zakat al-fitr). La prière est de deux raakahs seulement et elle est optionnelle (sunat) par opposition aux cinq prières quotidiennes obligatoires.

Durant le mois suivant, appelé chawwal, les musulmans sont encouragés à jeûner pendant encore six jours connus sous le nom as-sitta al-bid.

Commémorations [modifier]

En Iran, la Journée mondiale d'Al-Quds est célébrée durant le dernier vendredi du mois, et ce depuis la Révolution iranienne. Dans l'Empire ottoman, le sultan présentait des plateaux de baklavas aux janissaires dans une procession appelée Baklava Alayı.

Le ramadan dans la vie sociale des pays musulmans [modifier]

Le ramadan est l’occasion de grandes dépenses pour approvisionner les tables de l’iftar et du sohour : le National Centre for Social and Criminal Recherche (NCSCR, Centre national pour la recherche criminelle et sociale), institut égyptien, relève que les dépenses alimentaires des ménages égyptiens doublent le mois du ramadan[12]. L'essentiel de la nourriture achetée finit d’ailleurs à la poubelle[12]. Le ramadan est également une période d’augmentation des maladies cardio-vasculaires et du système digestif[12].

Sur un autre plan, le quotidien algérien Liberté note que le ramadan provoque une augmentation de la prostitution de 216,40 % et, par la fatigue liée aux courtes nuits et au jeûne diurne, aussi une baisse de la productivité de 73,3 %, un effet confirmé par Al Ahram Weekly, journal égyptien[13],[12].

Ramadan et langue française

ARTICLES CONCERNANT LE RAMADAN

 

LE JEUNE ET SES OBJECTIFS
Par : BENDALI-AMOR  

Mois sacré de piété, de travail et de sacrifice, il permet à tous les Musulmans de se recueillir et de faire une communion totale avec l’ISLAM.
L’Islam est construit sur cinq bases : la foi en un Dieu unique et en Mohammed comme Prophète d’Allah, la pratique de la prière, le versement de la zakat ou charité légale, le pèlerinage à la Maison sacrée d’Allah (La Mecque) pour celui qui est en mesure de l’accomplir et enfin le jeûne du mois de Ramadhan.
Dans un de ses écrits relatifs à l’Islam, notre collaborateur et ami feu le professeur A. Bendali avait abordé le thème du jeûne et de ses objectifs.
Toujours d’actualité, nous republions cet article consacré à l’un des piliers de l’Islam, en l’occurrence le jeûne.

«L’ISLAM est construit sur cinq bases :
la foi en un Dieu unique et en Mohammed comme Prophète d’Allah;
la pratique de la prière officielle;
le versement de la zakat Trois conditions essentielles ou charité légale;
le jeûne du mois de Ramadhan ;
le pèlerinage à la Maison sacrée  d’Allah (La Mecque) pour celui qui est en mesure de l’accomplir».
Telle est l’interprétation de ce  hadith authentique (Tradition) du Prophète Mohammed.  Il va sans dire que ces cinq bases islamiques sont toutes d’obligation religieuse.

En droit rituel musulman, le jeûne est soumis aux cinq principes fondamentaux qui régissent les activités des fidèles  aussi bien dans le domaine religieux que dans tous les autres domaines. Il affecte six formes, c’est-à-dire qu’il est soit obligatoire, soit "sunni" ou traditionnel, soit recommandé, soit licite, soit interdit, soit blâmable.

Le jeûne est obligatoire durant le Ramadhan. Il l’est aussi  pour l’exécution des compensations des journées inobservées,  pour une raison ou pour une  autre, pendant ce dernier mois,  ainsi que pour les expiations, ou "kaffarat" en arabe.

Il est "sunni" ou traditionnel  durant la journée d’Achoura, célébrée le 10e jour du mois lunaire de Moharrem. Il est recommandé de jeûner pendant le mois de Chaâbane,  les dix premiers jours du mois de Dhou El-Hidja, le jour de la cérémonie de "Arafat" qui précède l’Aïd El-Adha.

Le jeûne licite est laissé à l’initiative du musulman pendant les journées où il lui est permis de l’accomplir.

Il est interdit de jeûner le  jour de l’Aïd El-Fitr qui consacre la fin de Ramadhan, et le jour de l’Aïd El-Adha et les trois jours qui suivent cette  dernière fête des sacrifices.    

Enfin, le jeûne blâmable est  celui que pratique le fidèle  d’une manière permanente sauf pendant lesdites fêtes sacrées.

On sait que chaque religion a son propre jeûne. Celui de la religion musulmane, le Ramadhan,  n’est pas facile. Il faut le reconnaître. Mais quel est le devoir religieux ou autre, qui ne présente pas de difficultés ?

Cependant, notre jeûne obligatoire, comme l’exposent les docteurs musulmans, a des avantages. Il rapproche le fidèle de Dieu; il consolide  l’unité des croyants; il les  rapproche des pauvres et il fortifie leur compassion envers ces derniers; il les appelle à la discipline, indispensable à l’intérieur de toute société organisée.


Pour mieux consolider l’union des croyants


Déjà, pendant la période antéislamique ou "Djah’ilia", les Arabes de la tribu de Qoraich jeûnaient le jour de l"’Achoura". Cette pratique religieuse ancienne fut reconduite durant les premières années de l’islam sur ordre de notre Prophète jusqu’au moment où en l’an II de l’Hégire furent  révélés les versets coraniques prescrivant au monde musulman le jeûne obligatoire de Ramadhan, c’est-à-dire pendant une lunaison de 29 ou 30 jours

Ci-dessous une simple interprétation des versets dont il s’agit :

"... O ! vous qui croyez ! le jeûne vous a été prescrit en nombre de jours déterminés  comme il a été prescrit à vos prédécesseurs (avec l’espoir) que peut-être vous serez pieux; et pour celui de vous qui est malade ou en voyage, le même nombre d’autres jours. Ceux qui ont la possibilité de jeûner, mais ne le font point, devront, en expiation, nourrir des pauvres; quiconque accomplit  volontairement  un bien, cela est un bien pour lui; pratiquer  le jeûne, un bien pour vous si vous savez apprécier ! Le mois du jeûne est le mois de Ramadhan au cours duquel fut révélé le Qoran comme (excellent) guide pour les hommes et preuve de la bonne direction et  de la séparation du bien du mal. Quiconque observera la nouvelle lune (de Ramadhan), qu’il jeûne ce mois ! Celui qui parmi vous, sera malade ou en  voyage, jeûnera en compensation un nombre égal de jours ( non accomplis). Allah désire pour  vous de l’aise et ne veut  point  de gêne. Complétez cette période (de jeûne) ! Proclamez la grandeur d’Allah qui vous a bien guidés ! Peut-être serez-nous pleins de gratitude !... Mangez et buvez jusqu’à ce que vous distinguiez nettement le fil blanc de l’aurore du fil noir de la nuit; ensuite, jeûnez le jour entier, jusqu’à la nuit" (Sourate El-Baqara).

Un des versets cités ci-dessus proclame : «Quiconque observera la nouvelle lune (de Ramadhan), qu’il jeûne ce mois».

Par quel moyen peut-il faire cette observation ?

Dans le rite malékite, des jurisconsultes    notoirement connus interprètent ce verset à la lettre. Ils s’appuient à cet égard sur ce qui se passait en leur époque : l’observation à l’œil nu. Ce n’est pas qu’ils ignoraient la science astronomique; mais ils voulaient tout simplement faire participer l’ensemble des fidèles à la fixation des manifestations religieuses.

D’autres jurisconsultes non moins célèbres, d’autres rites orthodoxes soutiennent à juste titre que les calculs astronomiques sont valables en législation rituelle, pour la fixation à l’avance du premier jour de Ramadhan et de toutes les autres fêtes musulmanes. A cet égard, ces calculs sont des réalités scientifiques incontes- tables; ils sont dans l’esprit de l’Islam qui est une religion pour la science et le progrès.


Trois conditions essentielles


Par ailleurs, le jeûne de Ramadhan comporte en lui-même des pratiques obligatoires ou interdites, recommandées ou blâmables ou licites. Il exige, gross omodo, trois conditions esentielles :

On sait que dans l’islam, le jeûne consiste à s’abstenir obligatoirement de manger, boire,  fumer, priser, etc. Cette condition est imposée à tout musulman responsable de ses actes devant Dieu, c’est-à-dire, pubère, lucide et de santé satisfaisante.

La deuxième condition concerne l’intention de jeûner. Cette dernière, appelée "Nia" en arabe, doit se manifester dans la nuit qui précède le premier jour de Ramadhan. Si elle est interrompue par une rupture quelconque, elle doit être renouvelée pour les jours suivants.

Le jeûne doit se prolonger durant le mois de Ramadhan, de l’aurore au coucher du soleil, qui est le début du temps de la prière du Maghreb : c’est la troisième condition.

Il est possible que le fidèle rompt le jeûne par oubli. Il lui faut alors compenser obligatoirement par la suite, les journées non observées. S’il le rompt sciemment et sans cause plausible, il est tenu non seulement par la compensation, mais aussi par l’expiation, ou "kaffara" en arabe. Cette dernière consiste :

a) soit à nourrir en une seule fois 60 pauvres, à raison d’un «mudd» de céréales de la valeur  du «mudd» du Prophète, pour chacun d’eux. (Il s’agit de la contenance de deux mains moyennes jointes par le bas et légèrement inclinées).

b) soit à jeûner deux mois consécutifs pour chaque journée rompue ou pour l’ensemble des journées non observées, selon les divergences entre écoles orthodoxes interprétatrices des textes dogmatiques.

Pendant les nuits du mois de Ramadhan, le jeûneur est libre de ses actes dans la mesure où ce qu’il fait est licite. D’ailleurs, il ne s’en prive pas : c’est en ces noments qu’il vit le mieux.

Il n’y a pas d’inconvénient à   ce que ce jeûneur soit au matin du jeûne en état d’impureté  légale par suite de coït la nuit; son jeûne est valable ce jour-là, mais il doit procéder aux ablutions générales,  «El-Ghousl», pour la validité de ses prières officielles.

Si le fidèle est pris de vo-missements en plein jeûne. il n’est pas tenu par la compensation, mais s’il cherche lui-même à se faire vomir pour une raison ou pour une autre et qu’il y arrive, il est tenu d’un jeûne compensatoire.


Les cas spéciaux


La tradition veut que l’on rompe le jeûne dès le coucher du soleil, c’est-à-dire, en principe, avant d’effectuer la prière du Maghreb et que l’on prenne le "sehour" ou repas nocturne,  le plus tard possible, mais bien  avant l’aurore.

Il est recommandé de faire les lectures qoraniques pendant la journée ou la nuit de Ramadhan.

On sait que la religion musulmane est tolérante. Elle n’impose rien d’impossible au croyant. En effet, le Livre sacré proclame ce qui suit : "Allah n’imposera pas de charge à une âme si ce n’est selon ses facultés ; à son actif, elle aura ce qu’elle a gagné (de bonnes œuvres) et à sa charge, elle aura ce qu’elle a acquis  comme mauvaises actions...”) (Sourate El- Baqara). 

"Il (Dieu) ne nous a rien imposé de difficile en religion " (Sourate El-Hajj).

"Ne vous exposez pas vous-mêmes à la perdition" (Sourate El-Baqara).

C’est en vertu de ces principes religieux clairs que la rupture du jeûne pendant les  journées de Ramadhan, est permise au malade, elle peut même dans certains cas, être obligatoire pour lui. En tout état de cause, il doit consulter un médecin et suivre ses prescriptions sans aucune hésitation. A cet égard , la jurisprudence musulmane est formelle.

Le voyageur qui traverse une longue distance d’une cinquantaine de kilomètres environ au moins, quel que soit le moyen de transport qu’il utilise, peut rompre le jeûne. Il est préférable cependant qu’il l’obser-comme le précise un verset qoranique précité : "Pratiquer le jeûne est un bien pour si vous vous savez apprécier" (Sou- rate El Baqara).

Lorsqu’une femme a ses menstrues ou son retour de couches. elle est dispensée de jeûner : son jeûne, si elle l’observe pendant ce temps, n’est pas valable.

La femme enceinte qui a des craintes pour la vie de l’enfant qu’elle a dans son sein, celle qui allaite son enfant, si elle craint pour la santé de celui-ci, le vieillard très âgé et bien fatigué, le djoundi sur le champ de bataille ou à la garde des frontières, celui qui est astreint d’accomplir une besogne pénible comme les moissons en plein été... peuvent rompre le jeûne.

En un mot, dès qu’une difficulté sérieuse se présente. susceptible d’engendrer des conséquences dangereuses pour la santé du jeûneur, celui-ci doit arrêter son jeûne. D’ailleurs, le fait en lui-même est laissé à  l’appréciation de celui qui observe le jeûne; il doit prendre ses responsabilités. S’il est perplexe, il devra consulter un alem, un muphti , un cadi  ou tout autre spécialiste et suivre leurs conseils.

Naturellement, dès que la cause valable de la rupture du jeûne disparaît, la compensation des journées inobservées devient impérative à quelques exceptions près.

Durant le mois de Ramadhan, des conférences sur divers sujets religieux et moraux sont données par d’éminentes personnalités dans les mosquées, les cercles, à la télévision, la radio et même au sein de certaines familles. De nombreux versets qoraniques et des textes de la «Sunna», ou tradition de notre Prophète, sont partout commentés. L’ouvrage, «les Quarante Hadiths», est surtout expliqué à l’intérieur du pays.

A cette occasion, la grande bataille de "Badr"—une des victoires décisives de l’islam—et ses martyrs, la Retraite spirituelle (I’tikaf) qui se manifeste durant les dix derniers jours de Ramadhan, la nuit du destin (Lailatou El-Qadr), la zakat de rupture finale du jeûne, ainsi que la vie exemplaire du Prophète Mohammed sont rappelées avec beaucoup de détails.

Les différents orateurs recommandent aux fidèles d’observer la plus grande retenue dans leurs paroles et de faire attention à leurs gestes; les paroles inconvenantes qui ne peuvent provoquer que les altercations et des disputes doivent être évitées. Un bon musulman doit se purifier moralement; Ramadhan est le mois des examens de conscience  et des réconciliations.

Feu Professeur Abderrahmane
BENDALI-AMOR


HADITH
Qui aura fait le bien durant son islâm ne passera pas en jugement pour ce qu’il aura fait durant le temps qu’il a passé dans la barbarie préislamique, mais qui a mal agi durant son islâm aura des comptes à rendre du début à la fin de la vie.


«Nous avons fait de vous une communauté éloignée des extrêmes» (Coran)
Par : Mehdi.C   Le : samedi 23 septembre 2006




En ce début du XXIe siècle grégorien, 1427 de l’Hégire, le Monde musulman traverse une rude épreuve. Sommes-nous en face d’une exégèse coranique recourant à maintes valeurs rationnelles?

Et pourtant, l’islam est venu une fois que l’humanité avait atteint son âge de raison. Ni matérialiste, ni angéliste, la religion musulmane a un caractère intermédiaire. Dans  un  des  versets il est dit : “Nous avons fait de vous (croyants), une communauté éloignée des extrêmes”. Tout en organisant la vie future, possession et jouissance de biens d’ici-bas sont prises en compte. Mais tout a valeur religieuse aux yeux du croyant musulman, les choses de ce monde comme les autres. Ainsi gouverner, régir la Cité, régler les affaires de la nation, organiser ses ressources, c’est encore faire acte de religion. Aujourd’hui le mouvement général de la vie du citoyen avec ses multiples aspects liés aux événements politiques, sociaux et culturels, rend le rapport de l’homme à la pratique saine de la religion assez interrogatif. Mais la vie spirituelle a ses règles et rappelle avec insistance la présence de Dieu, la crainte du Jugement dernier, la fragilité des choses humaines, la beauté de la vertu.

Faut-il bâtir dans son cœur un édifice fondé sur la piété envers Dieu? Un abîme sépare le sort des cœurs sincères et le sort des hypocrites.

Ainsi l’âme religieuse reste assoiffée de Dieu et continuellement sollicitée par une grâce intérieure. Mais aux deux premiers siècles de l’Hégire, le conflit entre les compagnons du Prophète (QSSL) mena vers une lutte fratricide qui, au VIIe siècle, secoua toute la communauté  musulmane, à la suite du meurtre du calife Othmane. Face à cette crise il fallait coûte que coûte maintenir l’unité de la Oumma. C’est en ce sens que l’histoire est pleine d’exemples d’épreuves tragiques qui nécessitent toujours un sens du devoir, de l’ordre et de l’unité. Voilà un code de conduite dans la rectitude et le respect de l’autre. En ce mois sacré de Ramadhan, il faut expurger de son cœur les vices qui le souillent.

Maintenir la pureté de son être intérieur signifie une certaine harmonie celle des prières et des dhikrs, des tarawih et la psalmodie des versets du Coran, car l’islam est ibada (piété) et taqwa.

L'instauration du jeûne de Ramadan

 

Le jeûne du mois de Ramadan constitue la quatrième des cinq bases fondamentales sur lesquelles l'Islam est édifié. L'obligation de jeûner a été instaurée pour les musulmans, dans la seconde année de l'Hégire, par la révélation de ce verset du Coran : «ش les croyants! On vous a prescrit as-Siyam [le jeûne] comme on l'a prescrit à ceux d'avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété» (Sourate 2, verset 183).

 
Les mérites du jeûne

Le prophète (saws) a dit:
« Le Ramadan est venu à vous! C'est un mois de bénédiction. Allah vous enveloppe de paix et fait descendre la miséricorde. Il décharge des fautes et Il exauce les demandes. Allah vous regarde rivaliser d'ardeur dans ce but et il se vante de vous auprès de Ses anges. Montrez à Allah le meilleur de vous-mêmes, car est bien malheureux celui qui est privé de la miséricorde d'Allah, Puissant et Majestueux! » (Ibn Majah)
« C'est le mois de la patience, et la récompense de la patience est le Paradis. C'est le mois du don. C'est un mois dans lequel les ressources du croyant augmentent. Un mois dont le début est miséricorde, dont le milieu est pardon et la fin affranchissement du feu de l'Enfer » (Bayhaqi)
« Lorsque arrive la première nuit du mois de Ramadan, Allah ordonne à son Paradis: "Prépare-toi et embellis-toi pour Mes serviteurs qui viendront bientôt dans Ma demeure et Ma générosité se reposer des peines du bas monde!" » (Bayhaqi)
« Celui qui jeûne le mois de Ramadan, en connaissant et en respectant avec vigilance les règles du jeûne, expie son passé ». (Boukhari)
« Si les serviteurs savaient quelle est la valeur du mois de Ramadan, ils souhaiteraient que l'année entière fût Ramadan ». (Bayhaqi)
 

La nuit du Destin

Le prophète (saws) dit: «Toutes les fautes passées sont pardonnées à celui qui passe la nuit du Destin en veillée pieuse avec foi et espoir de récompense» (Moslim).
Le prophète (saws) dit: «Cherchez la nuit du Destin parmi les nuits impaires de la dernière décade du mois de Ramadan» (Boukhari). [c'est à dire la nuit dont le lendemain correspond au 21, 23, 25, 27 ou 29 de Ramadan]
Le prophète (saws) a recommandé de répéter cette invocation au cours de la nuit du Destin: «ش mon Dieu! Tu est indulgent, Tu aimes le pardon: fais-moi grâce! [Allahoumma innaka 'afouwwoune touhibboul 'afouwa fa'fou 'anni] »
 

Des bonnes oeuvres pendant Ramadan

La charité
Le prophète (saws) dit:
«La meilleure charité est celle accomplie pendant Ramadan» (Tirmidy)
«Qui donne à manger ou à boire à quelqu'un qui jeûne, d'un bien licitement acquis, les anges ne cessent de prier pour lui durant Ramadan. L'archange Gabriel prie pour lui la nuit du Destin» (Boukhari)

La prière des Tarawih
Le prophète (saws) dit: «Qui se lève pour prier pendant les nuits de Ramadan, avec foi et en comptant sur la récompense divine, Dieu pardonne ses fautes passées». (Boukhari & Moslim)

La lecture du Coran
Le prophète (saws) redoublait la rrécitation du Coran, pendant le mois de Ramadan. Gabriel descendait réciter avec lui. (Boukhari).
Le prophète (saws) dit: «Le jeûne et la prière de Ramadan intercéderont pour l'homme le jour de la résurrection. Le jeûne dira: « Seigneur! Je l'ai empêché de boire et de manger pendant le jour». Le Coran dira: « Seigneur! Je l'ai empêché de dormir la nuit » « Accepte notre intersession pour lui!» ». (Ahmed & Nassai)

La retraite spirituelle (I'tikaf)
Elle consiste à garder la mosquée dans un esprit de dévotion pour plaire à Dieu. Le prophète (saws) a fait la retraite la dernière décade de Ramadan et ne cessa de la pratiquer, jusqu'à sa mort. Il dit: «La mosquée est le refuge de tout homme pieux. Dieu a promis à celui qui y fait sa retraite de lui accorder sérénité et miséricorde, de le faire traverser le Sirat [pont jeté sur l'Enfer] pour le faire parvenir à Sa grâce au Paradis» (Tirmidy).
 


Des pratiques recommandées lors du mois de Ramadan

Rompre le jeûne aussitôt que le soleil se couche
Le prophète (saws) dit: «On ne cesse d'être dans la bonne voie tant qu'on s'empresse de rompre le jeûne». (Boukhari & Moslim)

Invoquer Dieu au moment même de la rupture du jeûne
Le prophète (saws) dit: «N'est pas repoussée la demande faite par le jeûneur au moment de la rupture de son jeûne» (Ibn Majah)
Le prophète (saws) faisait l'invocation suivante: « Au nom d'Allah! ش mon Dieu! J'ai jeûné pour Toi et j'ai rompu avec ce que Tu m'as donné! [Bismillah! Allahoumma laka soumtou wa 'ala rizqika aftartou!]». (Abou Daoud)

Prendre le Sahour et le retarder
Prendre un dernier repas « Sahour » en fin de nuit, à l'approche de l'aube sans toutefois s'alimenter au delà du Fajre. Le prophète (saws) dit: «Le Sahour est tout entier bénédiction; ne le délaissez pas. Prenez en ne serait-ce qu'une gorgée d'eau car Allah et ses anges prient sur celui qui fait ce repas». (Ahmed)

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Acheter une oeuvre,faire une action,apprenez,Posez,Répondez aux questions,Poster un article,participez au forum!

https://www.facebook.com/webmasterelhadjomartall

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site