Google+

Islam

Islam

L'islam est une religion monothéiste[1], professée par Mahomet en Arabie au VIIe siècle qui rassemble 1,5 milliard de fidèles,[2] qui sont appelés des musulmans. C’est, chronologiquement parlant, le troisième grand courant monothéiste de la famille des religions abrahamiques, après le judaïsme et le christianisme avec lesquels il possède un certain nombre d'éléments communs, et avant le baha'isme. L'islam se veut être une révélation arabe de la religion d'Adam, de Noé et de tous les prophètes[3]. Ainsi l'islam se présente comme un retour à la religion d'Abraham (appelé Ibrahim par les musulmans) du point de vue de la croyance, le Coran définissant l'islam comme étant la voie d'Ibrahim (millata Ibrahim)[4].

Le livre sacré de l'islam est le Coran. Le dogme islamique assure qu'il contient le recueil de la révélation d'Allah, transmise oralement par le prophète Mahomet. Selon les musulmans, cette révélation se poursuivit durant 23 années, par l'intermédiaire de l'archange Gabriel, par le biais de rêves, comme dans le cas de Abraham, et par inspiration divine. Le Coran reconnaît l'origine divine de l'ensemble des livres sacrés des monothéismes[5], bien que les musulmans considèrent communément qu'ils sont, dans leurs écritures actuelles, le résultat d'une falsification[6] : le Suhuf-i-Ibrahim (les Feuillets d'Abraham), la Tawrat (le Pentateuque ou la Torah), le Zabur de David et Salomon (identifié au Livre des Psaumes) et l'Injil (l'Évangile[7]).

religion monothéiste

Outre le Coran, les musulmans se réfèrent à des transmissions de paroles, actes et approbations de Mahomet, récits appelés hadiths. Cependant, les différentes branches de l'islam ne s'accordent pas sur les compilations de hadiths à retenir comme authentiques. Le Coran et les hadiths dits « recevables » sont deux des quatre sources de la loi islamique, la charia, les deux autres étant l'unanimité (ijma’) et l'analogie (qiyas).

L’islam se répartit en plusieurs courants, notamment le sunnisme, qui représente entre 80 et 85% des musulmans, et le chiisme rencontré principalement en Iran.

Un monothéisme (du grec μονός [monos], « seul, unique » et θεός [theos], « dieu ») est une doctrine religieuse ou philosophique qui affirme :

On se réfère alors à ce dieu par le mot Dieu avec une majuscule.

Mahomet:

Mahomet ou Mohamed ou Mohammed ou Muhammad (La Mecque 570, Médine 632) est le prophète de l'islam et fondateur de l'Oumma, chef religieux, politique et militaire arabe. Il est également le maître spirituel de l'islam d'où émanent toutes les transmissions (« silsilah »).

La Mecque ou La Mekke (l'article défini étant, exceptionnellement, toujours écrit avec une majuscule ; en arabe مَكَّة المكرمة [makkaʰ al mukarramaʰ], plus couramment مكة [makka]) est une ville de l'ouest de l'Arabie saoudite située dans le désert du Hedjaz, à 80 km de la mer Rouge et capitale de la Province de Makkah. Elle abrite la Kaaba au cœur de la mosquée Masjid Al-Haram, ce qui en fait la ville la plus sacrée de l'Islam.

La Ville de Médine:

Médine (arabe : المدينة المنورة) est une ville d'Arabie saoudite, capitale de la province d'Al Madinah, située dans le Hedjaz à 495 kilomètres de La Mecque par la route. Son nom arabe est Al-Madīna (المدينة, la ville) ; elle est aussi appelée Al-Madīna al-Munawwara (المدينة المنورة, la ville illuminée), Madīnatu an-Nabî (ﻣﺩﯾﻨﺔ ﺍﻟﻨﺒﻲ, la ville du prophète), ou Madīnatu Rasûl Allah (مدينة رسول الله, la ville du messager de Dieu). À l'époque préislamique, elle s'appelait Yathrib (يثرب). C'est là que vint s'installer en 622 Mahomet, le prophète de l'Islam, après qu'il eut, selon le Coran, reçu l'ordre de Dieu de quitter La Mecque. C’est aussi là qu’il mourut et fut enterré en 632. La ville abrite son tombeau, ainsi que celui de sa fille Fatima - morte également en 632 - et ceux des premiers califes Abou Bakr et Omar. Médine est la deuxième ville sainte de l'Islam, après La Mecque. Bien qu'il ne soit pas un passage obligatoire du hadj, de nombreux pélerins venant de La Mecque viennent y visiter, comme beaucoup de fidèles durant toute l’année, le tombeau du prophète de l'islam et les mosquées.

 

 

 

 
Masjid al-Nabawi, La mosquée de Médine

Le Prophète:

Le mot prophète au féminin prophétesse (grec : προφήτης [profétès], interprète des paroles d'un dieu ou d'un oracle ; devin), désigne une personne considérée comme l'envoyé, le messager d'une divinité, venue pour prévenir, mettre en garde ou révéler la « vérité » à un groupe humain ou à tous les humains. Un faux-prophète est simplement un prophète qui n'est pas reconnu par la religion du locuteur.

Le prophète peut se distinguer du devin. Le devin prétend prédire l'avenir à la demande de la personne ou des personnes concernées. Le prophète se dit au service et mu par la divinité, et va souvent contrarier l'opinion de ses concitoyens. Les prophéties sont souvent plus des mises en garde que des prédictions. Les deux mots, prophète et devin, sont parfois considérés comme synonymes.

  • L'expression (Les) Prophètes désigne les livres prophétiques de l'Ancien Testament. C'est la traduction de l'hébreu Néviim (נביא [nabī], prophète, devin, pl. נביאים [nébīīm]). La liste et l'ordre de ces livres diffèrent selon la religion, juive, chrétienne catholique, orthodoxe ou protestante.
  • Le Prophète désigne le prophète Mahomet dans les ouvrages traitant de l'islam.
  • Le Prophète désigne le prophète Joseph Smith, ou son successeur actuel, dans les ouvrages traitant du mormonisme.
  • Le Prophète est le titre d'une œuvre ayant rendu célèbre l'écrivain libanais Khalil Gibran (Djubran Khalil Djubran 1883-1931).
  • Les prophètes (نبيّ [nabīy], prophète, pl. أنْبياء [anbiyā']) est le titre de la sourate XXI du Coran.

Par extension, un prophète est simplement toute personne qui donne une prophétie.

Ouma:

Oumma ou Umma (أمّة [umma], communauté ; nation —-- même étymologie que أمّ [umm], mère) désigne la communauté des musulmans au delà de leur nationalité, de leur liens sanguins et de la parcellisation des pouvoirs politiques qui les gouvernent. Elle nait avec l'Hégire en 622, au moment où les premiers fidèles renoncent à l'organisation clanique, qui prévaut jusque là, pour une communauté de foi. La notion d’oumma ne parvient cependant pas toujours à transcender les clivages dus aux hétérodoxies et aux rivalités ethniques et politiques.

La première rupture de l'Oumma date de 910 lorsque le fatimideUbayd Allah al-Mahdi s'est proclamé calife contre le calife abbasside de Bagdad. Deux logiques de succession s'opposent alors : d'un côté chez les fatimides, le calife doit être un descendant d'Ali et de Fâtima (école aristocratique), de l'autre ceux qui veulent un calife descendant du clan Quraychite. Cette division recouvre exactement la rupture plus ancienne entre chiites et sunnites au moment de désigner le premier calife : d’un côté Ali gendre et fils adoptif de Mahomet, et de l’autre Abû Bakr beau-père de Mahomet, mais parent assez lointain. Dans cette querelle les kharijites refusèrent tout caractère dynastique au titre de calife, celui-ci devant être choisi (élu) comme le meilleur parmi les musulmans.

Le califat s’est maintenu jusqu’en 1926 sous la forme du califat Ottoman, jusqu’à ce que Mustafa Kemal Atatürk le dissolve. Ce califat turc était mal supporté par les Arabes mais maintenait une unité de façade dans le monde musulman.

Aujourd'hui le terme de Oumma est largement repris par des mouvements politico-religieux panislamiques comme les frères musulmans.

Depuis le début du XXe siècle, le terme Oumma a été repris par les différents nationalismes du monde arabe pour désigner la nation, tout en lui ôtant ici son origine religieuse.

Religion:

Le terme religion désigne un ensemble de rites, croyances généralement théistes[1], règles (éthiques ou pratiques) ou dogmes adoptés comme conviction par une société, un groupe ou une personne[2].

Selon le contexte, le terme est aussi employé pour désigner l'ensemble des croyants, l'éventuelle institution en découlant ou finalement « la religion » en tant que vue d'ensemble des différentes religions.

La religion est le plus souvent en rapport avec une notion de divinité ou de réalité transcendante.

La religion occupe une place importante dans la culture des sociétés humaines. Les relations réciproques entre religions et composantes de la société sont souvent complexes, voire inextricables.

Par extension, certaines pratiques générant des cultes, des adorations et des dogmes, prennent une valeur de religion et entraînent l'usage d'un vocabulaire religieux, par exemple : « le temple du football ».

La Politique:

Le mot politique vient du grec politikè (« science des affaires de la Cité »). Étymologiquement, la politique est donc synonyme d'organisation de la Cité. La Cité visée est celle de l'Antiquité grecque, aujourd'hui appelée Cité-État du fait de la similitude de son organisation avec celle de nos États modernes (pouvoir centralisé, institutions, diplomatie...) Mais le lien entre politique et État n'est pas si évident, cette acception est relativement récente[réf. nécessaire].

La politique au sens plus large concerne donc la structure et le fonctionnement (méthodique, théorique et pratique) d'une communauté, d'une société, d'un groupe social. La politique concerne les actions, l’équilibre, le développement interne ou externe de cette société, ses rapports internes et ses rapports à d'autres ensembles. La politique est donc principalement ce qui a trait au collectif, à une somme d'individualités et/ou de multiplicités. C'est dans cette optique que les études politiques ou la science politique s'élargissent à tous les domaines d'une société (économie, droit, sociologie, et cetera)

Par ailleurs, dans un sens beaucoup plus restreint, le terme politique renvoie à des luttes de pouvoir et de représentativité entre des hommes et femmes de pouvoir, et aux différents partis politiques auxquels ils peuvent appartenir.

Le terme « La politique » vise également la superstructure dépassant l'individu et sur lequel il a souvent l'impression de ne pas avoir prise. ( en ce sens une partie de l'abstention)

Enfin, la politique suivi d'un domaine détermine les positions prises dans ce domaine. Exemple : Politique de la Ville de Québec

Religion Abrahamique:

Dans l'étude des religions comparées, une religion abrahamique est l'une des religions dérivées d'une ancienne tradition commune aux Sémites, remontant selon ses membres à Abraham (« Père d'une multitude »), un patriarche dont la vie est narrée dans la Bible hébraïque (l'Ancien Testament), et en tant que prophète dans le Coran. Il est également qualifié de prophète dans Genèse 20:7.

Les religions abrahamiques forment un groupe important de religions, dans leur ensemble monothéistes, parmi lesquelles, entre autres, le judaïsme, le christianisme, l'islam, le babisme et le bahá'ísme. En 2008, à peu près 3,7 milliards d'individus, plus de la moitié de la population mondiale, adhèrent à une religion abrahamique. Cependant, beaucoup de ces adhérents rejettent cette catégorisation, sur base d'incompatibilités inhérentes et fondamentales de points de vue concernant Abraham et Dieu.

Le Coran:

Le Coran (arabe : القرآن ; al qur'ān, lecture) est le livre le plus sacré de la religion musulmane. C'est aussi le premier livre à avoir été écrit en arabe, langue qu'il a contribué à fixer.

Le Coran

Le Coran (arabe : القرآن ; al qur'ān, lecture) est

Le Coran regroupe les paroles qui ont été récitées par le prophète Mahomet (محمد, Muhammad) à son auditoire, afin d'être utilisées lors des prières musulmanes (en arabe « salat ») et transmises par révélation, initialement par l'archange Gabriel. Cette « révélation » s'étend sur une période de vingt-trois ans. Le Coran est parfois appelé simplement kitâb (livre) ou dhikr (rappel). Il constitue la part la plus connue de la révélation au prophète, l'autre part étant constituée des hadiths dits "prophétiques". Les musulmans le considèrent comme une manifestation d'un attribut divin, le Kalam, qui représente la capacité de Allah à transmettre aux prophètes certaines informations relatives au bien et au mal, à la vie et à la mort, au Paradis et à l'Enfer, ainsi qu'au des lois fixants les limites entre le licite et l'illicite. En ce sens, il est l'expression incréée de cet attribut de Dieu (Allah) adressée à l'intention de toute l'humanité : l'islam a ainsi une vocation universelle.

 

Acheter une oeuvre,faire une action,apprenez,Posez,Répondez aux questions,Poster un article,participez au forum!

https://www.facebook.com/webmasterelhadjomartall

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site