Google+

Fandou Almoudo

Faourou

 

Notre bloc Faourou contiendra tout ce que vous pouvez trouvez comme divers.

Venez se ressourcer au fil des information que nous diffusions

Achetez des oeuvres de Cheikh El Hadj Omar Al Foutyou Tall Comment peut on éliminer le chômage des jeunes? Quels sont nos devoirs enver notre seigneurs et nos serviteurs dans le livre franco arabe de Cheikh El Hadj Omar Tall

Santé

 

L'alcool, un problème important de santé publique en Valais

La consommation d'alcool chez les jeunes Valaisans reste préoccupante. C'est ce que révèle mardi un rapport sur la santé des écoliers du canton âgés de 11 à 15 ans. Une situation qui appelle des mesures énergiques de prévention.

Selon le rapport de l'Observatoire valaisan de la santé, en 2006, 18% des garçons valaisans de 11 à 15 ans ont déjà été ivres au moins deux fois. En comparaison, la moyenne suisse romande est de 12% et la moyenne nationale de 11%, indique le canton.

Chez les filles, les chiffres récoltés sont moins élevés mais sont également supérieurs à la moyenne suisse. Une situation qui appelle la mise en place de programmes de prévention efficaces et ciblés.

Dans le Haut-Valais par exemple, la guerre est déjà déclarée à ceux qui vendent de l'alcool à ceux qui n'en n'ont pas encore l'âge. "En collaboration avec la police cantonale, nous procédons depuis 2008 à des achats-tests", explique Jean-Daniel Barman, secrétaire général de la Ligue valaisanne contre les toxicomanies.

La première fois, le vendeur pincé reçoit un avertissement mais il écope d'une sanction ferme en cas de récidive. La pratique sera étendue au Valais romand en 2009.

En ce qui concerne la consommation de tabac et de cannabis, les programmes de prévention nationaux et cantonaux ont apparemment porté leurs fruits. Après une période de hausse, la proportion de fumeurs a en effet chuté en Valais comme en Suisse.

Selon le rapport de l'Observatoire valaisan de la santé, en 2006, le Valais compte 6% de fumeurs réguliers, garçons et filles âgés de 11 à 15 ans, contre 18% des filles et 12% des garçons en 2002.

Le Valais colle aussi au reste de la Suisse en ce qui concerne la violence en milieu scolaire: elle est en augmentation entre 2002 et 2006 autant chez les garçons que chez les filles.

(ats / 03 février 2009 14:35)

Une source d’eau miraculeuse apparue à la frontière entre le Mali et le Sénégal

 

De sources bien confirmées évoque l’apparution d’une source d’eau au Mali non loin de la frontière entre le Sénégal qui suscite bien des réactions dans le Fouta.

Selon certaines confirmations du député Libéral de la région de Matam un certain Modou Sy « je suis moi-même allé sur le lieu difficilement accessible et je suis témoins des miracles. Un vieillard qui était aveugle m’a confirmé qu’après avoir bu cette eau il commence à voire. Moi-même j’étais sourd d’une oreille mais après l’avoir bue je commence à entendre les trois quarts. »

On nous informe que la source sort d’une termitière. Elle jaillit au bout de deux heures et s’arrête.

La population du Fouta Toro fait la navette chaque jour. Cette information fait le bonheur des chauffeurs qui se rivalisent d’ardeur.

De la Guinée au Mali en passant par le Sénégal l’heure est aux préparatifs pour ce pèlerinage car les chroniqueurs cette eau soigne toutes les maladies et conjure les mauvais sorts.

 

Des miracles il en existait toujours aux prophètes et aux guides religieux qui détenaient cette providence divine.

Gare à ceux qui cherchent de profiter la commercialisation de l’eau bénite, ils risqueront une punition divine car seul le seigneur sait de quoi souffrent ces pauvres populations qui meurent fautes de moyens pour être consulté ou acheter les médicaments nécessaires à leur santé.

 

Reste à savoir si les mauvais intentionnés ne viennent pas troubler ce cadeau du ciel que Dieu seul sait pourquoi il vise cette  zone sillonnée plusieurs fois par l’armée du djihadiste de Cheikh El hadj Omar Al foutyyou Tall couvert de prestiges et de récits miraculeux.

 

Ibrahima Mangara :mangara_miin@yahoo.fr

Source : www.elhadjomartall.e-monsite.com

Fait Ce 20 Février 2009

 

Allaitement maternel, avantages et durée!

 
Par Elkahil Abd Daim
Les savants ont récemment découvert que la lait maternel est, sans conteste,  l’aliment le plus complet pour le nourrisson, et que le nourrisson ne profite de ses bienfaits que si la mère l’allaite pendant 2ans entiers ! telle est la conclusion de l’organisation mondiale de la santé durant le 21eme siècle, affirmée par le coran depuis quatorze siècle !
 
    Les médecins estimaient que l’allaitement naturel ne permettait que l’établissement d’un lien émotionnel entre l’enfant et sa mère, rien de plus ! Mais après un demi siècle de recherches on a commencé à découvrir les avantages de cet allaitement.
On a découvert également des anticorps, dits aussi immunoglobulines dans le lait maternel ;  ces anticorps sont dirigés contre toutes sortes de bactéries et de virus.
On a aussi découvert que le nombre de bactéries présentes dans les intestins d’un enfant qui se nourrit de lait de vache est 10 fois plus important que le nombre de bactéries présentes chez l’enfant qui se nourrit du lait maternel . [1]
Les vertus de l’allaitement maternel :
Le lait maternel, qui protège l’enfant de nombreuses maladies, est certes le meilleur nutriment pour l’enfant comme l’a déclaré l’Académie Américaine de Pédiatrie : [2]
Le lait maternel contient toujours des proportions de protéines de glucides et de lipides, différentes des proportions dans les autres laits.
Ce lait a toujours une température adéquate et idéale pour l’enfant !
Les avantages pour  l’enfant :
-les anticorps de la famille des immunoglobulines aident a protéger l’organisme de l’enfant contre les différentes agressions virales a la quelles le corps est confronté durant les premiers mois. Ces anticorps aident aussi dans le développement du système immunitaire et son renforcement.        
-le lait maternel contient des éléments immunitaires appelés « mucines » qui contiennent beaucoup de protéines et des «hydrates de carbone » et ce sont des substances qui adhèrent aux bactéries et aux virus et l’éliminent complètement sans effets secondaires, contrairement aux médicaments. [9]
-la quantité de protéines dans le lait de vache est le double de la quantité dans le lait maternel, mais comme l’enfant ne peut pas absorber toute cette quantité, il y aura alors stockage de cet excès de protéines ce qui favorise des complications. Alors que les protéines du lait maternels sont absorbés a 100 %.
Les recherches ont affirmé aussi que la durée de la digestion complète du lait maternel est de 15 minutes alors que celle du lait de vache dépasse les 60, ce qui épargne du temps et de l’effort a l’organisme de l’enfant. [1]                                                   
          
 Tous les médecins déclarent que le lait maternel est dépourvu de bactéries et qu’il est meilleur pour  l’enfant que n’importe quel autre lait industrialisé ,car les biberons même stérilisés  présentent des vecteurs de bactéries.
-le lait maternel aide au développement correct du système digestif. [9]
-le lait maternel donne à l’enfant un équilibre psychique et aide au sommeil, c’est le meilleur calmant pour l’enfant ! [3]
- le lait maternel diminue le risque d’allergie pour l’enfant et peut même en prévenir.  
-parmi les méfaits du lait de vache est le fait qu’il multiplie la probabilité d’atteintes d’un cancer huit fois. [4]   
           
L’allaitement naturel :
Protége l’enfant de diverses maladies respiratoires tel que  l’asthme.
Protège l’enfant contre les maladies de l’oreille et son inflammation.
Protège l’enfant de la maladie de la mort subite (SIDS)
Protège l’enfant des cancers qui surviennent durant les 6 premiers mois.
Protège l’enfant contre des maladies rhumatologiques tel que le rachitisme, ainsi que contre des maladies gastriques.
 
Les avantages pour la mère :
- des études effectuées dans 30 pays ont prouvé que la mère qui donne le sein a son enfant est moins exposée au cancer du sein. [5]
-l’allaitement maternel favorise le retour à la taille normale du vagin après qu’il s’est dilaté 20 fois pendant l’accouchement. Ainsi, il protège la mère contre le cancer du vagin et de l’endomètre. [9]
-l’allaitement aide la nouvelle mère a perdre du poids et la protège de l’obésité. [6]
 C’est aussi un calmant naturel et pour la mère et pour l’enfant.
Les bienfaits pour la société :
-l’allaitement naturel n’est pas coûteux contrairement a l’allaitement artificiel, d’après l’Académie Américaine de Pédiatrie si les États-Unis suivaient la méthode de l’allaitement maternel elles épargneraient 3600 millions de dollars chaque année !! [7]
-l’allaitement a des effets positifs sur l’environnement puisqu’il nous évite les déchets dues a l’industrie des boites, du séchage du lait de vache et de cette façon diminue la pollution. [8]                                                     
  
 Parmi les avantages du lait maternel est que la peau du bébé qui se nourrit du lait de sa mère est plus douce, ainsi que sa vue est meilleure que celles du bébé qui se nourrit du lait de vache. Comme on a remarqué aussi que l’odeur des celles de l’enfant nourrit pas le lait maternel est moins désagréables  que celles de l’enfant nourrit par un autre lait. [10] 
 è En conclusion le lait de vache est le meilleur nutriment venant des vaches pour les bébés-vaches  et le lait maternel est le meilleur nutriment venant des humains pour le bébé-humain, ainsi Dieu a créé pour chaque espèce son nutriment comme il est dit dans le verses 2 de sourate Alforkan :
« et qui a créé toute chose en lui donnant ses justes proportions »(Alforkan 2)
Ce sont les dons que dieu t’a donné toi l’être humain depuis ta tendre enfance alors que tu ne réalisait encore rien, alors te souviens tu de tout ce que dieu t’as donné ?
(ibrahim 34 ) «  Il vous a accordé de tout ce que vous Lui avez demandé. Et si vous comptiez les bienfaits d'Allah, vous ne sauriez les dénombrer. L'homme est vraiment très injuste, très ingrat »
Quelle est la meilleure période pour l’allaitement ?
D’après des études de l’organisation mondiale de la santé et celles de l’UNICEF, on a pu démontré que la durée idéale de l’allaitement est de deux ans : l’enfant pendant les 2 premières années de sa vie a énormément besoin d’un lait stérilisé comme celui de sa mère puisque durant cette période son corps est encore incapable de se défendre complètement contre les agressions bactériennes et virales.
D’après les chercheurs, le foetus dans le ventre de sa mère puise les anticorps anti-viraux directement de l’organisme de sa mère, mais après l’accouchement le nouveau né se trouve exposé a énormément d’agressions externes c’est pourquoi il a besoin d’une immunité supplémentaire qu’il acquis depuis le lait de sa mère. Gloire a dieu qui lui a accordé cette source naturelle de défense.
En 2001, l’organisation mondiale de la santé a organisé un séminaire sous le nom de « complementary feeding » au terme duquel elle a déclaré que : [11]
( The first two years of a child’s life are a critical window during which the foundations for healthy growth and development are built. Infant and young child feeding is a core dimension of care in this period.   )
èLesdeux premières années de la vie de l’enfant sont une fenêtre sensible durant les quelles il y a constitution des éléments indispensables a la croissance et au développement de l’organisme c’est pourquoi la qualité de la nutrition durant cette période est capitale.
Et c’est ainsi que  les médecins affirment qu’aucun élément nutritif ne peut remplacer le lait maternel  puisqu’il est le seul à contenir des anticorps de défense pour se protéger contre les agressions extérieures durant ces deux premières années les plus critiques de l’enfance.
De nos jours les savants déclarent que : [12]
After a child reaches 2 years of age, it is very difficult to reverse stunting that has occurred earlier
èAprès l’age de deux ans c’est très improbable qu’un élément inhibant la croissance se déclare, alors que ce n’est pas le cas avant cet âge.
Ils ont aussi déclaré que l’allaitement maternel qui dure 24mois protège la mère contre le cancer de l’ovaire et fait chuter sa probabilité d’apparition au 1/3. [13]                                                  
L’age le plus important est le plus critique de l’enfance est les 2 premières années durant lesquelles l’enfant est exposé à diverses agressions telle que La diarrhée. Et le lait maternel avec les anticorps qu’il apporte à l’enfant aide son organisme à faire face a ces agressions. En dépit de tous les résultats qu’ils ont découvert, le savoir des médecins sur les avantages du lait maternel reste très limité et il reste encore beaucoup à découvrir.   
 Que déclare le Coran a propos de la durée de l’allaitement ? 
L’allaitement dans le coran :
Observons cher lecteur les paroles de Dieu le tout puissant : (Albakara -233)
« 233. Et les mères, qui veulent donner un allaitement complet, allaiteront leurs bébés deux ans complets »
Ceci est un appel divin rempli de miséricorde qui incite les mères à allaiter leurs enfants 2 ans complets. Et ce message comprend 3 miracles médicinaux :
1/ « Et les mères, qui veulent donner un allaitement complet, allaiteront leurs bébés »
   Dieu a ordonné les mères de nourrir leurs enfants de leur lait et de ne pas le remplacer par d’autres nutriments. Cet appel divin a devancé l’appel humain avant quatorze siècles : cet appel humains qu’on entend beaucoup aujourd’hui dans les États-Unis, de la part de l’organisation mondiale de la santé et de l’UNICEF, après leurs découvertes récentes sur les bienfaits énormes  du lait maternel.
2/ « deux ans complets » : une précision de la durée de 2 ans nécessaire d’allaitement naturel, exactement comme l’ont prouvé les recherches médicales. Et voyons le terme « complets » qui met l’accent sur la nécessité de terminer les 2 ans, exactement ce que déclarent les médecins du 21siecles qui confirment la nécessité de l’allaitement naturel durant les deux premières années complètes (24 mois).
3/ « qui veulent donner un allaitement complet », un signe formidable que l’allaitement n’est considéré complet qu’après ces 2ans. Et comme nous l’avons vu, la découverte que les 2 premières années sont les plus importantes de l’enfance durant lesquelles il y a développement du système immunitaire de l’enfant, d’où la nécessité d’effectuer l’allaitement pendant une durée minimale d’un an et le meilleur serait de l’effectuer durant les 2 premières années complètes. 
Gloire a Dieu qui nous a appris la durée exacte directement avant d’avoir besoin de toutes ces recherches et expériences.
Traduit par: Rihab GAma
Les références :
 [1] http://www.drgreene.com/21_552.html
[2] A.A.P. Breastfeeding Policy Statement: Breastfeeding and the Use of Human Milk Pediatrics Vol. 115 No. 2 February 2005
[3] Acheston, L, "Family violence and breastfeeding" Arch. Fam. Med. 1995, 4:650-652
[4] http://www.nrdc.org/breastmilk/benefits.asp
[5] Jernstorm, H et al "Breast-feeding and the risk of breast cancer in BRCA1 and BRCA2 mutation carriers." J Natl Cancer Inst. 2004;96:1094-1098
[6] DC.A. Lovelady et al "The effect of weight loss in overweight lactating women on the growth of their infants." New Eng Journal of Med, 2000; 342: 449-453
[7]http://aappolicy.aappublications.org/cgi/content/full/pediatrics;%20115/2/496
[8] http://www.4woman.gov/breastfeeding/index.cfm?page=227
[9] Leslie Burby, 101 reasons to breastfeed your child, www.promom.org, 2005. 
[10] http://www.askdrsears.com/html/2/T020200.asp
[11] Complementary feeding, Report of the global consultation, Geneva, 10-13 December 2001.
[12] Kathryn Dewey, GUIDING PRINCIPLES FOR COMPLEMENTARY FEEDING OF THE BREASTFED CHILD, Global Consultation on Complementary Feeding, December 10-13, 2001.
[13] "Rates and risks of ovarian cancer in subgroups of white women in the United States." Obstet Gynecol 1994 Nov; 84(5): 760-764
[14] Jack Newman,  How Breast Milk Protects Newborns, www.promom.org.
[15] GUIDING PRINCIPLES FOR COMPLEMENTARY FEEDING OF THE BREASTFED CHILD, WHO.
[16] http://en.wikipedia.org/wiki/Breastfeeding
Mardi 27 mars 2007

 

 

Par le feu cheikh : Abdul-Razzak NAWFAL

(que le Bon Dieu lui accorde sa miséricorde).

Le Saint Coran nous a révélé comment le visage de l’homme s’assombrit en cas de chagrin et de tristesse, ce qu’on peut trouver exprimé par ce verset : « et lorsqu’on annonce à l’un d’eux une fille, son visage s’assombrit et une rage profonde [l’envahit] », An-nahl (les abeilles) – 58.

Ainsi de même, en cas de regret et de déception : « Or, quand on annonce à l’un d’eux (la naissance) d’une semblable de ce qu’il attribue au Tout Miséricorde, son visage s’assombrit d’un chagrin profond », Az-zuhruf (l’ornement) – 17.

De la sorte, il a cité une vérité très importante, c’est que le visage est le miroir de l’âme, et que l’on peut deviner l’état d’âme de son compagnon en regardant son visage : « tu discerneras la réprobation sur les visages de ceux qui ont méconnu », Al-hajj (le pèlerinage) – 72. Un autre verset exprime la même idée : « leurs visages sont marqués par la trace laissée par la prosternation », Al-fath (la victoire éclatante) – 29.

Mais, on ne savait pas à quel point il était miraculeux et anticipé le contenu de ces nobles versets jusqu’à ce que les recherches médicales et psychologiques fassent une avance cruciale en finissant par démontrer que le visage est vraiment le miroir de l’âme comme il l’a été déjà prédit dans le Saint Coran avant des centaines d’années. Le Dr Gayelord HAUSER estime que : « ton visage est ton messager au monde ; c’est à travers lui que les autres pourraient détecter ton état d’âme, et tu peux, toi-même, en regardant le miroir  déceler ton état en interrogeant ton visage sur ces besoins… ces cernes sombres sous les yeux révèlent manifestement le besoin d’une bonne alimentation et d’un assainissement du milieu tandis que ces rides qui apparaissent avec l’âge, laissent deviner la façon dont les années passées ont été vécues ».

Cependant, la médecine moderne affirme que le visage contient 55 muscles dont on se sert involontairement pour exprimer nos émotions et réactions. Ces muscles sont entourés de nerfs les reliant au cerveau, et c’est à travers le cerveau même que ces muscles prennent contact avec tout l’organisme. Ainsi, le visage reflète-il tout ce que tu ressens au fond de toi-même dans le moindre détail…. La douleur se manifeste avant tout sur le visage…  le repos et le bonheur… se reflètent sur le visage. De la sorte, toute habitude, bonne ou mauvaise, laisse sur le visage une trace profonde ; ce qui fait du visage la seule partie du corps humain qui trahit la personne en dévoilant son état d’âme… nul autre organe ne saurait révéler ce que l’on est… les savants affirment qu’il est possible de deviner la personnalité et le caractère d’un individu à travers les rides de son visage… ainsi, les gens acharnés et déterminés qui ne renoncent jamais à leurs objectifs ont-ils l’habitude de se serrer les lèvres, et cet air les marquerait même s’ils ne le cachent pas de ténacité…quant aux rides précoces qui apparaissent autour des yeux, elles sont causées à force de rire et de sourire, or, les rides profondes entre les deux yeux sont des signes de froncement et de pessimisme… cependant, les orateurs, les avocats et les acteurs ont tous au milieu des joues des lignes profondes qui arrivent jusqu’au menton, les dactylographes, les couturiers et toute autre personne dont le travail oblige à s’abaisser la tête ont des rides au niveau du cou, et des plis sous le menton.

De sa part, le Dr Alexis CARREL, titulaire de prix Nobel de médecine conclut : « la forme du visage dépend de l’état des muscles lisses qui s’étendent sous la couche épidermique, l’état de ces muscles suit la pensée…

Vraiment, toute personne peut se donner au visage l’expression qu’elle veut, mais elle gardera toujours ce masque. Or, les traits de notre visage commencent à se dessiner suivant nos émotions, et avec l’âge, il prend une image adéquate à nos sentiments et aspirations… le visage exprime aussi des sensations plus profondes, où l’on peut y découvrir, outre les défauts, l’intelligence, les désirs, les sentiments  et les habitudes les plus secrètes d’une personne, l’état du corps, sa prédisposition aux maladies corporelles et mentales, car en fait, l’allure du squelette, des muscles, de la graisse, de la peau et de la chevelure est lié à l’alimentation des tissus, celle-ci dépend de la composition du milieu interne, c’est-à-dire ; des activités des systèmes endocriniens et digestifs. De la sorte, l’apparence du corps nous montre bien l’état de ses organes, et le visage est un récapitulatif de tout l’organisme car il reflète, à la fois, l’état fonctionnel de la glande thyroïde, de l’estomac, des intestins, du système nerveux… et il nous avertit sur les dispositions maladives chez les personnes. Les observations exactes sauraient vous décrire d’après le visage les traits physiques et psychiques d’une personne.

Ainsi, la science arrive, enfin, à ce que le Saint Coran nous a révélé à travers ses versets que le visage est le miroir de l’âme, c’est lui qui reflète tous l’état d’âme de l’homme, ses sentiments, ses passions. En effet, il est facile de remarquer la tristesse et le regret sur le visage exprimé par des traces révélatrices tel l’aspect sombre, contrairement au bonheur, à la sérénité, à la foi, et à la tranquillité qui illuminent le visage par la lumière et la satisfaction.

* * * * *

Traduit par Dr Fatima RIHAWI

source: 55a.net

Samedi 24 mars 2007

Par Malek Bennabi

Grand ecrivain algérien et penseur islamique

Dans une étude critique sur l’islam, on ne peut pas dispenser d’un examen préalable des documents scriptural ou historiques qui peuvent apporter sur le phénomène coranique quelque lumière.

Or ce problème historique est résolu pour l’Islam d’une manière exceptionnelle : de toutes les religions, il est, en effet, la seule dont les sources aient été fixées dès l’origine, du moins quant à l’essentiel : le Coran.

Ce livre a eu le privilège unique de se transmettre depuis bientôt quatorze siècles sans avoir subi aucune altération, connu d’apocryphes d’aucune sorte. Ce n’est pas le cas de l’ancien Testament dans lequel l’étude critique des exégèses contemporains n’a reconnu qu’un seul livre authentique : celui de Jérémie (1).

Ce n’est pas davantage le cas du Nouveau Testament dont les nombreuses versions supprimées au concile de Nicée, laisse planer un doute sur ce qu’il en reste : les Synoptiques.

En effet, ces derniers, à leur tour, ne sont pas regardés aujourd’hui comme des authentiques puisque les critiques les jugent généralement avoir été composés plus d’un siècle après Jésus-Christ, c’est-à-dire après la disparition des apôtres auxquels la tradition chrétienne les impute. Par conséquent, sur l’historicité des documents Judéo-chrétiens, il plane aujourd’hui pas mal d’incertitude.

Aussi est-ce un phénomène remarquable au point de vue de la sociologie et de la psychologie arabes, de l’époque mohammadienne, que cette fixation intégrale du texte coranique du vivant même du prophète. Ce point essentiel mérite d’être constaté et souligné ; il n’y a pas un problème scripturaire du Coran, comme il y en a un pour la Bible. Ce point est établi sur des données historiques qui méritent d’être signalées à l’attention du lecteur, lequel doit remarquer encore, là, la coïncidence du fait de l’histoire avec ce verset coranique : « Et nous en assurerons la conservation intégrale ». (Coran, XV, 9).

Cette conservation a néanmoins son histoire : Au fur et à mesure de la révélation, les versets coraniques étaient fixés dans la mémoire de Mohammed et de ses disciples, et consignés aussitôt par l’écriture, par des secrétaires particuliers qui utilisaient pour cela n’importe quel objet plat : omoplate de mouton, bout de parchemin, etc...

Si bien qu’à la mort du prophète, le Coran se trouvait fixé oralement et par écrit, et au besoin une confrontation entre les versions était toujours possible s’il s’agissait, par exemple, d’une variante d’ordre prophétique ou d’ordre dialectal.

D’ailleurs, cette confrontation sera faite à deux reprises, et la manière même dont ce travail avait été exécuté est en soi un événement considérable dans l’histoire de la technique intellectuelle humaine. Pour la première fois, se manifestaient dans une entreprise intellectuelle, les qualités de méthode et de rigueur qui sont aujourd’hui l’apanage de l’esprit scientifique.

Une première commission désignée par le Khalif Abou Bekr - et présidée par Zeid Ben Thabet, le même qui était le secrétaire du « Wahy » du vivant du Prophète - fit le premier classement écrit du Coran. Zeid sembla tout d’abord se récuser pour deux raisons : l’une, celle du disciple qui ne veut pas prendre une initiative que n’avait pas envisagée, ni prise le Maître, l’autre celle du croyant à l’esprit rigoureux qui s’effraye d’avance à la perspective de la moindre erreur dans l’exécution de sa mission. Néanmoins, cette tâche se trouva accomplie grâce aux efforts conjugués et consciencieux des membres de la commission. La méthode suivie était simple mais rigoureuse : ils savaient tous le Coran par cœur, et dans l’ordre même où ils l’avaient appris, en compagnie et sous la direction du Prophète. S’il y avait une variante, pour lever le doute à son sujet, ils consultaient les pièces sur lesquelles avaient été consignés les versets lors de leur révélation.

Sans se satisfaire de ces précautions déjà remarquables, Zeid et Omar allaient, par surcroît, à la porte de la Mosquée de médine et là, ils recevaient les témoignages des autres compagnons, en confirmation de la version arrêtée par la commission elle-même.

Mais ces travaux avaient fixé le texte coranique avec des variantes dues aux dialectes usuels de l’Arabie djahilienne.

Cependant, Othman, le troisième Khalife, ne voudra plus de ces variantes et ordonnera qu’une seule et unique version soit rédigée dans la langue de Koreich.

Une deuxième commission, présidée encore par Zeid, sera chargée de cette nouvelle entreprise. Elle a cette fois-ci pour mission de fixer définitivement le texte coranique dans une seule langue, afin que la diversité dialectale ne soit pas une cause d’inharmonie dans la communauté musulmane. La commission finissait ses travaux en l’an 25 H.

Depuis cette époque, le Coran s’est transmis de génération en génération dans une seule et unique forme connue depuis le Maroc jusqu’aux frontières du Mandchoukouo.

Il est, de ce fait, le seul livre religieux qui jouit de nos jours du privilège d’une authenticité Indiscutable. En sorte que la critique ne pose aucun problème historique à son sujet aussi bien en ce qui concerne son fond qu’en ce qui concerne sa forme.

La seconde source scripturaire de l’Islam se trouve dans les paroles du prophète ou Hadiths. Malheureusement, cette source n’est pas historiquement aussi certaine que la première : les Hadiths n’ont pas été conservés avec le même soin méthodique que les versets coraniques. De son vivant même, le Prophète défendait énergiquement à ses compagnons d’écrire sa parole afin qu’il n’y ait pas, dans la suite, de confusion possible entre cette parole et un verset révélé, entre la tradition et le Coran.

Ce n’est que bien après la mort du Prophète que l’importance des Hadiths se révéla, au point de vue juridique surtout, comme une seconde source du droit musulman. Cette notion s’était déjà manifestée dans l’histoire du droit musulman lors du départ de Moadh, ce compagnon du Prophète qui fut désigné par lui-même pour aller enseigner l’Islam au Yémen, après la bataille de Honain. Comme pour lui poser un test, Mohammed lui avait demandé : « Comment ferais-tu pour trancher un cas litigieux ? et le disciple répondit : « J’appliquerais le précepte coranique, ou à défaut je me référerais à une tradition, et enfin, si celle-ci manque, je m’en rapporterais à mon jugement ». Mohammed approuva cette façon de voir chez son disciple qui exposait incidemment la seconde source du droit musulman.

Aussi, quand ce droit se développera avec les besoins croissants de la société musulmane, les docteurs voudront alors fixer d’une manière aussi certaine que possible les hadiths qui devaient devenir un élément essentiel de la doctrine juridique.

Cependant, l’écart entre l’époque où ce travail devait s’accomplir et la mort du Prophète était encore assez important pour qu’il n’y ait pas eu, dans cet intervalle, de nombreuses altérations et une multitude d’apocryphes parmi les Hadiths authentiques. Dés lors, il s’agissait d’élaborer une méthode critique susceptible de séparer ce qui était authentique de ce qui ne l’était pas. On adopta pour méthode, la critique historique qui consistait à vérifier la continuité et la valeur morale de la chaîne par laquelle le Hadith était parvenu jusqu’aux traditionnistes.

Ces derniers furent ainsi amenés à considérer, selon le degré de certitude historique, trois groupes de Hadiths : l’authentique, le douteux et le faux.

Telles sont, dans leur état actuel, les sources scripturaires de l’Islam : le verset coranique susceptible d’être utilisé comme document historique absolument certain, et le Hadith, plus ou moins certain et qui ne doit être utilisé, en tout cas, dans une étude critique qu’avec les précautions qui se dégagent des méthodes mêmes suivies par des traditionnistes savants et consciencieux comme Bukhâri et Muslem.

Avec ces précautions, les deux sources que peut utiliser l’islamologie, deviennent aussi sûres l’une que l’autre, et il y aurait un véritable snobisme intellectuel à écarter systématiquement les documents que fournit la tradition.

(1) E. MONTET : « Histoire de la Bible », Genève.

Extrait de « le phénomène Coranique » de Malek Bennabi, 1946, édité par "International Islamic Federation of Student Organizations"

source: 55a.net

Lundi 12 mars 2007
 

                                                         

Par: Dr Ahmed Jamil Al Habbal

Le coran est un livre guide de croyance et sert d’un système de gouvernement et d’organisation sous la croyance en Allah, en le jour dernier, en la résurrection et les autres éléments constitutifs de la foi. Le très Haut dit : « Certes, ce Coran guide vers ce qu'il y a de plus droit, et il annonce aux croyants qui font de bonnes oeuvres qu'ils auront une grande récompense » Al-Isra, 9.

Le livre sacré comprend plusieurs versets contenant des miracles dans la majorité des sciences et des spécialités. A cet effet, le coran a signalé l’histoire des gens de la Caverne afin de:

1- Renforcer la notion de l’unicité, de la divinité et de la souveraineté d’Allah : « Nous avons fortifié leurs cœurs lorsqu'ils s'étaient levés pour dire : “Notre Seigneur est le Seigneur des cieux et de la terre : jamais nous n'invoquerons de divinité en dehors de Lui, sans quoi, nous transgresserions dans nos paroles » Al-Kahf, 14.

2- Prouver la croyance en jour dernier et en la Résurrection. Le tout miséricordieux dit  : « Et c'est ainsi que Nous fîmes qu'ils furent découverts, afin qu'ils (les gens de la cité) sachent que la promesse d'Allah est vérité et qu'il n'y ait point de doute au sujet de l'Heure. » Al-Kahf 21.

Tandis que les miracles scientifiques, sociaux, économiques et autres dévoilés dans cette importante histoire sont secondaires si comparés aux deux vérités sus-mentionnées.

Nous allons cependant nous concentrer sur les miracles scientifiques et médicaux enseignés dans cette histoire et les montrer en puisant dans les arguments et les preuves scientifiques de l’ère moderne, l’ère du savoir, grâces auxquelles nous avons pu découvrir les trésors cachés du coran qui nous ont guidé à mieux assimiler son contenu.Le Très Haut dit : « Dis : “L'a fait descendre Celui qui connaît les secrets dans les cieux et la terre. Et IL est Pardonneur et Miséricordieux. » Al-Furqan, 06.

LES MIRACLES SCIENTIFIQUES ET MEDICAUX

A : MIRACLES SCIENTIFIQUES GÉNÉRAUX

  1- Résumé de l’histoire

Les 4 premiers versets de la sourate Al-Kahf (9-12) ont récapitulé l’histoire et les 14 versets (13-26) qui suivent fournissent davantage de détails. A titre d’indication la durée de leur sommeil : « Alors, Nous avons assourdi leurs oreilles, dans la caverne pendant nombreuses années. » et le verset 25 détaille cette durée : «Or, ils demeurèrent dans leur caverne trois cent ans et en ajoutèrent neuf (années)».

  2-Prouver les miracles d’Allah dans ses créatures.

Allah le Très Haut nous a demandé de contempler cette histoire « Penses-tu que les gens de la Caverne et d'ar-Raquim ont constitué une chose extraordinaire d'entre Nos prodiges ? » Al-Kahf 9. Cependant, notre univers nous a dévoilé plusieurs miracles qui vont au-delà de ceux mentionnés dans l’histoire des gens de la caverne.

Selon l’exégèse de Ibn Kathir: la création des cieux, de la terre, du jour et de la nuit, des planètes et les autres miracles ; prouvent pleinement la souveraineté du grand Allah et sa capacité de nous fournir des miracles plus extraordinaires que ceux dévoilés dans l’histoire des gens de la Caverne (Tafsir Al Hafiz Ibn Kathir « Exégèse de Ibn Kathir », Dar Al Jil – Beirut 1988).

B : MIRACLES MEDICAUX

Pour que les gens de la Caverne plongent dans le sommeil le plus longtemps possible sans que cela ait des effets néfastes sur leur corps et pour que la caverne soit décente pour un tel sommeil, Allah a garantit ce qui suit :

1- Inactivation de l’écoute :Parce que les voix émanant de l’entourage peuvent rompre le sommeil : «&n

Les recommandations sanitaires en Islam

Manger de la nourriture licite

Dieu a mis à notre disposition tout ce qui est nécessaire à notre subsistance et nous invite à nous en nourrir, avec cependant quelques restrictions.

 

Nous savons que Dieu exige de Ses créatures qu’elles obéissent à ses ordres, en autre à Ses interdits et, la moindre des choses que puissent faire les croyants, en réponse à tant de générosité de la part de notre Seigneur, c’est de Lui obéir.

 

Dieu nous a prescrit certaines choses, nous en a interdit d’autres et, pour ce qui concerne la nourriture, Dieu adresse aux croyants des recommandations en leur interdisant, dans sa compassion pour eux, ce qui est susceptible de nuire à leur santé !

 

Pour cette raison, et en signe d’obéissance et de soumission à Dieu , le musulman doit s’efforcer de ne consommer que la nourriture licite et acquise de façon licite.

 

Que dit l’islam à propos de la nourriture ?

 

« Ô les croyants ! Mangez des nourritures licites que nous vous avons attribuées. Et remerciez Dieu si c’est lui que vous adorez ».

 

 

A propos de ce verset, Ibn Khathîr, dans son commentaire du coran, cite Ibn Abbâs qui a rapporté que Sa،d demanda ô envoyé de Dieu ! Invoque Dieu pour qu’il exauce toutes mes prières. Le Prophète lui répondit « Ô Sa،d ! Ne te nourris que de ce qui est licite et Dieu exauce tes prières. Pour celui qui tient mon âme entre ses mains, il arrive qu’un homme mange une seule bouchée illicite et pour cela Dieu n’accepte de lui aucune pratique culturelle pendant 40 jours.

 

Nous savons parfaitement que certains aliments sont interdits au musulman soit parce qu’ils sont considérés comme impurs, soit parce qu’ils sont de nature à nuire à sa santé physique ou entraîner pour lui une altération ou une perte de sa conscience (l’alcool, la drogue par exemple).

 

« Le licite est évident. L’illicite l’est aussi. Mais, entre les deux, il existe un certain nombre de choses équivoque que beaucoup de gens ignorent. Quiconque se méfié de ce qui est ambigu préserve sa religion et son honneur »

 

Ce qui est interdit

« Vous sont interdits : la bête trouvée morte, le sang, la chair de porc, sur ce quoi on a invoqué un autre nom que celui de Dieu, la bête étouffée, la bête assommée ou morte d’une chute ou morte d’un coup de corne, et celle q’une bête féroce a dévorée, sauf celle que vous égorgez avant qu’elle ne soit morte… »

 

Il va de soi que cela concerne également les produits dérivés. Ainsi, lorsqu’on dit chair de porc, cela sous-entend tout ce qui provient du porc ; il est évident par exemple que la graisse de porc est aussi interdite ! Et il en va de même de la graisse provenant d’un autre animal que le porc qui n’aurait pas été égorgé rituellement.

 

Cependant, l’islam dans sa grande tolérance permet exceptionnellement au musulman qui ne peut se procurer un produit licite pour se nourrir, et s’il se trouve dans le cas de grande nécessité ou sous la contrainte de déroger à cette interdiction relative à la nourriture de façon exceptionnelle, sans encourir de blâme pour cela.

 

Et encore faut-il préciser que, m^me dans le cas de contrainte, le musulman ne doit en consommer que la quantité indispensable à assurer sa subsistance du moment et qu’il ne doit pas le faire avec délectation et y prendre du plaisir.

 

A propose de l'alcool et de la drogue

Au nombre des limites fixées aux croyants, nous trouvons que Dieu leur a interdit la consommation de tout boisson fermentée, ainsi que tout produit de nature à égarer la raison de l’être humain.

 

Ainsi que cela a été dit pour la nourriture, cette interdiction n’a pas pour but de priver ni de faire souffrir les hommes ; bien au contraire, il s’agit de les protéger et leur permettre de mener une vie saine et équilibrée, en préservant leur santé physique, psychique et intellectuelle.

 

L’alcool est un facteur déclenchant de certaines maladies. Il provoque des troubles du système digestif, il est également un facteur aggravant de toutes les maladies (cancers en particulier), et enfin il accélère la mortalité dans tous les cas !

 

Le but de ce chapitre n’est pas de faire une étude médicale pour laquelle nous n’avons ni compétence ni vocation. L’objet de cet ouvrage portant sur ce qui touche à la santé, il est naturel de consacrer quelques instants à tenter de faire réfléchir et aider ceux qui mettent leur santé et leur vie en danger, parce qu’ils n’ont pas encore pris conscience du bien-fondé, pour l’être humain, de l’interdiction de tout ce qui est illicite.

 

Historiquement, les boissons alcoolisées n’ont pas été interdites brutalement par l’islam, mais progressivement, afin là encore d’amener les gens à se réformer en douceur. Avant la révélation, les gens consommaient de l’alcool sous forme de boissons fermentées faites avec des dattes, de l’orge, du raisin essentiellement.

 

Or, l’interdiction de l’alcool a été faite progressivement aux musulmans. Après cette toute première allusion aux « boissons enivrantes », alors que l’islam appelle les gens à réfléchir, à raisonner, à maîtriser leurs instincts, en résumé, à s’élever au dessus de l’espèce animale. Un autre verset à été révélé qui souligne que la consommation du vin (ce qui englobe toutes les boissons fermentées) est mauvaise.

 

Nous pouvons encore ajouter à ces commentaires un regard tout à fait profane : les buveurs de boissons enivrantes s’échauffent au moyen de ces boissons, dans l’intention de trouver du plaisir dans leur vie, dans leurs rencontres avec leurs amis, de provoquer une gaieté artificielle, en oubliant leurs soucis et leur difficultés l’espace d’un moment. Mais lorsqu’ils sont de nouveau à jeun, ils retrouvent tout ce qu’ils avaient essayé d’oublier, ils sont encore plus mal dans leur peau, plus malheureux.

 

De surcroît, ils ont sans aucun doute occasionné une nuisance à leur santé et aggravé leurs difficultés financières.

 

En effet, le musulman est appelé à prier cinq fois par jours à des intervalles plus ou moins rapprochés et à heure déterminée. S’il lui est interdit de se présenter ivre à la prière, cela suppose qu’il ne boive pas entre chacune des prières, car il n’a guerre le temps de se dégriser entre deux !

 

L’objectif de ce verset est à peine dissimulé pour celui qui prend en compte ces observations, et il ne peut que conclure ç une interdiction pure et simple de toute boisson alcoolisée.

 

On nous rapporte que ce verset a été révélé à une occasion particulière. Un jour, alors qu’il dirigeait la prière, ،Abd ar-Rahmân Ibn ،Awf commit des erreurs dans la récitation de la sourate 109 et dit le contraire sans pouvoir se reprendre.

 

C’est au cours de la 5è année de l’Hégire qu’enfin une nouvelle révélation parvint au Prophète. Celle-ci contient l’interdiction définitive et formelle des boissons enivrantes mettant un terme à tout ambiguïté.

 

« Ô vous qui croyez ! Les boissons alcoolisées, les jeux de hasard, les pierres dressées et les flèches divinatoires ne soutien d’autre qu’une souillure diabolique. Fuyez-les, vous n’en serez que plus heureux. Le démon n’a d’autre but que de semer, par le vin et le jeu de hasard, la haine et la discorde parmi vous et de vous éloigner du souvenir de Dieu et de la prière. Allez-vous enfin renoncer à ces pratiques ! »

 

C’est alors que les fidèles cessèrent totalement la consommation de boissons fermentées, et ce, de manières définitives.

 

« Ceux qui se convertissent et font le bien n’auront pas à se justifier pour ce qu’ils soient sincères dans leurs convictions et qu’ils fassent le bien sans cesser de craindre leur Seigneur, de proclamer leur foi et d’effectuer des œuvres salutaires. Dieu a pardonné ce qui est passé ; mais quiconque récidive, Dieu le punira ».

 

Une conséquence de la consommation d’alcool est que celui qui boit se porte préjudice d’abord à lui-même. Il nuit à sa santé comme nous l’avons déjà dit, mais il commet un acte de rébellion contre Dieu.

 

En outre, il porte préjudice à sa famille, ses enfants, ses amis. Puis, il porte préjudice à l’islam en donnant une fausse image des musulmans et le plus souvent en tenant des propos indécents et incohérents. Aussi, il a été institué une sanction contre celui qui est pris de boisson.

 

Rappelons que le Prophète a notamment recommandé à celui qui doit corriger une personne, qu’elle soit, de ne jamais frapper le visage.

 

Le sens de ce hadith est essentiel : il consiste à dire que tout ce qui trouble l’esprit est interdit par l’islam, car le musulman doit toujours être lucide et demeurer maître de ses facultés physique et intellectuelles.

 

Effectivement, non seulement l’islam interdit la consommation de boissons enivrantes, mais il interdit au musulman tout rapport avec ces boissons : il ne lui est pas licite de consommer, vendre, offrir, servir, ou transporter ces boissons.

 

،Ali a rapporté qu’il a entendu ces propos de l’Envoyé de Dieu : « 70 000 anges prient jusqu’au soir sur tout musulman qui rend une visite matinale à son frère malade. Et s’il le visite le soir, ils prient sur lui jusqu’au matin. De plus, il aura droit à des fruits fraîchement cueillis au Paradis ».

 

A l’occasion de la visite rendue à un malade, il convient de prendre de ses nouvelles,  mais sans trop d’insistance, d’une part pour ne pas être indiscret, et, d’autre part, pour ne pas le fatiguer. Il est fortement déconseillé de prolonger la visite, sauf si le malade le demande.

 

Si les raisons de sa grande faiblesse ou de l’éloignement, les visites à un malade ne sont pas possibles, il est alors recommandé de prendre de ses nouvelles auprès de sa famille,de faire des invocations pour lui, ainsi que d’encourager ses proches dans leur épreuve.


Concernant le gibier, la chasse, la pêche

La chasse et permise au musulman, avec ou sans chien, sauf lorsqu’il est en état d’Ihrâm, lors du pèlerinage à la Mecque.

 

« Si tu lances ton chien dressé pour chasser, prononce le nom de Dieu et mange ce gibier ».


Concernant la pêche :

 

De même, la pêche est licite, que ce soit à la ligne, en mer ou en eau douce. Notons ici que le coran fait allusion aux « deux mers », c’est-à-dire les deux sortes d’étendues d’eau, l’une douce, l’autre salée.

 

«  Les deux mers ne sont pas identiques, l’eau celle-ci est potable, douce et agréable à boire, celle-là est salée, amère. Cependant, de chacune vous mangez une chair fraîche…

 

Abû Hurayra a rapporté qu’on interrogea la Prophète au sujet de l’eau de mer. Il répondit : « Son eau est purificatrice et ses animaux morts sont licites ».

 

Selon une autre version, l’imam Mâlik a rapporté qu’un homme demanda au Prophète : « Nous sommes des gens qui naviguons souvent et nous n’emportons qu’une petite quantité d’eau. Si nous la prenons pour nos ablutions, nous craignons la soif. Pouvons-nous utiliser l’eau de mer pour nous purifier ? L’envoyé de Dieu répondit : Oui ! L’eau de mer est purificatrice et sa pêche et licite ».

 

Nous savons que le sang accomplit un voyage complexe à trouver le corps (des hommes comme des animaux), qu’il le purifie en entraînant des déchets. Le sang fait un vrai travail d’épuration en débarrassant l’organisme des toxines qui, sans cela, l’empoisonnerait. Donc, si nous consommons le sang, nous ingérons par la m^me occasion ces toxines des animaux qui sont malfaisants pour notre propre organisme 

Se garder de tout excès

Pour la même raison, nous devons user de tout ce qui est nécessaire à notre subsistance de façon parcimonieuse, en respectant ce que nous ne consommons pas et en évitant le gaspillage, l’un des nombreux maux de notre époque.

 

« Ô fils d’Adam !... Mangez et buvez et ne commettez pas d’excès car Dieu n’aime pas ceux qui commettent des excès… Mais évitez tout gaspillage, car Dieu n’aime pas ceux qui gaspillent ! »

 

Si l’on évoque le gaspillage, cela ne concerne pas uniquement ce qui est destiné à la nourriture, mais également toutes ressources dont nous disposons. Une évidente s’impose au musulman : tout excédent, qu’il s’agisse de nourriture ou d’autre chose doit être distribué à ceux qui sont dans le besoin, et surtout, ne rien jeter qu’il soit possible d’utiliser.

 

Le prophète a dit : « Mangez, buvez, habillez-vous et faites l’aumône sans ostension, ni prodigalité. Dieu aime voir les traces de ses bienfaits sur son serviteur ».

 

Cependant, l’islam n’interdit pas de profiter de ce que Dieu met à disposition parmi les choses licites, bien au contraire.

 

La condition qui est mise à cette permission est que nous en disposons avec un cœur rempli d’humilité et de reconnaissance, sans faire preuve d’orgueil ni de vanité.

 

Abdallah Ibn Mas،ud a rapporté que l’Envoyé de Dieu a dit : « Quiconque a dans le cœur la moindre trace d’orgueil n’entrera pas au paradis ». Un compagnon qui était présent demanda : « Et si l’homme aime porter de beaux habits et de belles sandales ? » Le Prophète lui répondit : « Dieu est beau et aime ce qui est beau ! »

 

Nous savons que les premiers musulmans, au début de la Révélation, étaient issus de divers milieux, certains étaient de riches commerçants, d’autres étaient des pauvres ou des esclaves. Lorsqu’ils émigrèrent vers Médine, ils furent réduits à tous vivre pauvrement ; même les plus nantis avaient dû abandonner leur bien à la Mecque.

 

« La famille de Muhammad n’a jamais fait deux repas dans la même journée sans que l’un d’eux ne consistât qu’en dattes ».


Joïr de ce que Dieu met à notre disposition

Lorsque l’homme observe autour de lui, il constate comme nous l’avons déjà dit que toute la nature lui offre ce qui lui est nécessaire pour subvenir à ses besoins et qu’i trouve, tant dans la végétation que dans le monde animal, tout ce dont son corps a besoin pour rester en bonne santé. Mais l’homme ne réfléchit pas quant à la provenance de ces biens. Et il en profite sans se poser de questions !

 

Quant au musulman, il doit se souvenir combien il est redevable envers Dieu ! C’est une des raisons pour lesquelles il doit sans cesse Le Louer, Le remercier et Lui être reconnaissant de cette abondance et de Sa générosité.

 

Si chacun y prend une part active, en préservant ce que nous consommons, en nous gardant de polluer l’eau, l’air, la nourriture, oui, certainement, si ensemble, nous agissons ainsi, peut-être est-il encore temps d’assurer à nos enfants et nos petits enfants des conditions de vie convenables… Si Dieu le veut !


Quelques règles de bienséance à l'égard de la nourriture

Jâbir Ibn ،Abdallah a rapporté ces paroles de l’Envoyé de Dieu : « Celui qui mange de l’ail ou de l’oignon doit se tenir à l’écart de nos lieux de prières ».

 

On suppose qu’il s’agit d’ail et d’oignons crus qui atteignent l’haleine de celui qui les consomme. Il n’est en effet pas convenable de se présenter à Dieu, pour la prière, avec une haleine forte ! Cela est également désagréable à ceux qui nous entourent !

 

Rappelons encore : mais chaque musulman connaît cette recommandation qu’au moment de commencer à manger, il convient de prononcer le nom de Dieu : Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.

 

De même, il est recommandé de remercier Dieu pour la nourriture qu’il nous a procurée, en lui adressant des louanges à la fin du repas.

 

Le Prophète ne critiquait jamais la nourriture qu’on lui présentait et ne faisait jamais de reproches à qui l’avait préparée.

 

Abû Hurayra a rapporté : « Jamais l’Envoyé de Dieu ne disait de mal d’un mets ; soit il l’aimait et il en mangeait, soit il ne l’aimait pas et n’en mangeait pas ».

 

Enfin, lorsque le musulman reçoit une invitation, il lui est recommandé de s’y rendre dans la mesure du possible : « Celui qui ne se rend pas à une invitation est rebelle à Dieu à son Envoyé ».

La guérison par le Coran et les invocations

Le musulman peut également avoir recours au coran à des invocations pour se soulager de ses maux et de ses épreuves, et encore plus pour apaiser le cœur de celui qui est confronté à une souffrance physique ou psychologique.

 

« N’est-ce pas l’évocation du coran que les cœurs se tranquillisent ».

 

En effet, si la lecture ou la récitation du coran n’apporte pas la guérison du corps, du moins apporte-t-elle du ré »confort et la guérison du cœur de celui qui est éprouvé.

 

Selon ‘Aïsha (que Dieu soit satisfait d’elle), le Prophète, au cours de la maladie dont il devait mourir, soufflait dans ses mains, qu’il pasasit sur son corps après avoir récité les 3 dernières sourates du coran. Un autre hadith nous rapporte qu’il faisait également usage de la première sourate : Al-Fatiha (dite l’ouverture).

 

« Invoquez votre Seigneur en tout humilité et recueillement et avec discrétion ».


A propos du suicie

Non seulement il n’est pas permis au musulman de souhaiter ni de demander la mort, mais encore plus, il lui est rigoureusement interdit de se donner la mort volontairement.

 

Le suicide est compté au nombre des plus grands péchés que puisse commettre un croyant.

 

Dieu donne la vie et la reprend selon un terme qu’il lui a lui-m^me fixé pour chacun. Il ne nous appartient nullement de décider ni de modifier la Création divine, ni d’intervenir dans l’ordre établi.

 

« Personne ne peut mourir, si ce n’est avec la permission de Dieu, et au moment prédéterminé ».

 

Le suicide est un acte de négation, car c’est à la foi méconnaître le pouvoir de Dieu, et désespérer de Son assistance et de Sa miséricorde.

 

On ne peut que conclure que la vie est sacrée et qu’il n’est pas permis de l’interrompe, car Dieu Seul est Maître de son terme.

Ne pas être négligent dans l'aisance

Nous venons de voir qu’il est recommandé de s’adresser à Dieu, surtout au moment des épreuves et des difficultés, ce qui ne veut pas dire que l’on doit cesser de l’invoquer quand les difficultés sont écartées ! Au contraire, le Prophète (S.A.W) a précisément fait remarquer qu’il ne faut jamais être oublieux ou désinvolte à l’égard de Dieu, ni dans l’aisance, ni dans la peine.

 

« A côté de la difficulté est, certes, une facilité. Certes, ) côté de l’adversité il y a la félicité. Alors, chaque fois sue tu as un moment de loisir, tourne-toi vers ton Seigneur et aspire à la grâce avec ferveur ».

 

« Dieu n’impose jamais à l’homme une charge qui excède ses moyens, mais plutôt fait succéder l’aisance à la gêne ».

 

Le but de ce rappel est de rapprocher le cœur du musulman de Son Créateur, qu’il soit dans la peine ou dans la joie, et qu »il n’oublie jamais le but ultime de son existence.

 

Ainsi, le musulman, lorsqu’il est affligé se tourne vers Dieu avec confiance et supporte ses épreuves avec courage, sachant qu’en dernier ressort, il n’arrivera que ce que Dieu a décrété pour lui et que sa seule ressource consiste à s’en remettre au Tout-Puissant.

 

Placer sa confiance en Dieu

« Et place ta confiance en Dieu. Dieu te suffit comme protecteur ».

 

« Les vrais croyants sont ceux dont les cœurs frémissent quand on mentionne Dieu. Et quand ses versets leur sont récités. Cela faite augmenter leur fois. Et ils placent leur confiance en leur Seigneur ».

 

" Et quand je tombe malade, c’est lui qui me guérit et qui me fera mourir, puis me redonnera la vie. C’est de lui que je convoite le pardon de mes fautes le jour de la Rétribution".

Puisez sa force dans la prière et l'invocation

Rappelons que la mort n’est pas la fin de la vie ; c’est le terme d’une forme de vie, la vie terrestre, mais, pour le croyant, une autre vie l’attend dans laquelle il sera débarrassé de son enveloppe corporelle et, si Dieu le veut, il connaîtra alors une béatitude éternelle, débarrassé de toute souffrance, de tout souci !

 

De même, sur ce sujet, il nous est rapporté de nombreuses recommandations du Prophète (S.A.W) qui nous montrent combien, au lieu de se révolter contre Dieu, le musulman doit encore se rapprocher de lui en cherchant à se purifier pour la prière et l’invocation, sans oublier la lecture du Coran, en mettant toute sa confiance en celui qui détient le Pouvoir Suprême.

 

« Et chercher du réconfort dans la patience et la prière. Sans doute, la prière est une lourde obligation, sauf pour les humbles qui savent qu’ils dont appelés à rencontrer leur Seigneur et que le retour vers lui est inéluctable ».

 

« Quand la prière est terminée, continuez à invoquer Dieu, que vous soyez debout, assis ou couchés ».

 

Le musulman, en particulier s’il est malade, parfois immobilisés tirera un grand bénéfice de ce rappel, qui est simple à pratiquer et qui emporte à la fois de nombreuses récompenses et apporte un véritable réconfort à celui qui le pratique.

 

Cela dit, il est utile de rappeler qu’il ne faut pas attendre d’être malade ou dans l’épreuve pour s’adresser à Dieu par l’invocation. A ce propos, Abû Hurayra nous a rapporté ces propos de l’Envoyé de Dieu : « Celui qui désire que son invocation soit exaucée par Dieu au moment de ses épreuves devra multiplier ses invocations au moment de l’aisance ».

 

LA MALADIE ET LA MORT EN ISLAM

« La vie présente n’est que jeu et amusement. La demeure dans l’Au-delà sera meilleure pour ceux qui sont pieux ».

 

On rapport bon nombre de hadiths au sujet des épreuves du croyant. Ainsi, Abû Hurayra rapporte que le Prophète (SAW) a dit : « tout ce qui atteint le musulman, épuisement, maladie, chagrin, douleur, souffrance, angoisse, m^me une simple piqûre d’épine, lui vaut, de la part de Dieu, la rémission d’une partie de ses péchés ».

 

Abu Hurayra a rapporté que le Prophète (SAW) a dit : « quand Dieu veut du bien à quelqu’un, il l’éprouve ».

 

Jâbir a rapporté : l’envoyer de Dieu entra un jour chez Um as Sâ’ib et lui demanda : « qu’as-tu à trembler ? » elle lui répond : « c’est la fièvre. Maudite soit-elle ! » Le Prophète (SAW) fit alors cette recommandation : « n’insulte pas la fièvre car elle purifie les fils d’Adam de leurs fautes, de la même manière que le feu de la forge purifie le fer de ses scories ».

 

Enfin, il convient d’ajouter que dieu éprouve les êtres en fonction de leur capacité et de leurs forces, physique et spirituelles à la fois. Dieu connaît mieux que quiconque ce dont est capable chacune de ses créatures et ne les soumet aux épreuves qu’en fonction de ce qu’elles peuvent effectivement supporter, ainsi qu’il dit dans le Coran « Dieu n’impose à aucune âme une charge supérieures à sa capacité ».

 

Le musulman doit penser à la mort

Qu’il soit malade ou bien portant, le musulman doit penser à la mort et se souvenir qu’elle atteindra tout être crée par Dieu, selon un terme qu’il à lui-même fixé et qu’elle peut survenir pour chacun d’entre-nous dans l’instant qui suit.

 

« C’est lui qui donne la vie et qui donne la mort et c’est vers lui que vous serez ramenés ».

 

Il est à remarquer que le coran fait allusion à deux sortes de mort. Le sommeil est en effet considéré comme une « petite mort », par comparaison à la mort telle que nous la décrivons généralement. Le sommeil est un espace de temps au cours duquel Dieu retient l’âme des hommes et, selon sa volonté la leur restitue au réveil.

 

Après que nous ayons évoqué la « petite mort », qui prend fin avec le réveil, voyons ce qui se rapporte à la mort au terme de laquelle nous quittons définitivement le monde terrestre.

 

« L’ange de la mort chargé de vous recueillera votre âme ; puis vous serez ramenés à votre Seigneur ».

 

« C’est lui qui vous a disséminés que la terre et c’est lui qui donne la vie et qui donne la mort et qui fait alterner la nuit et le jour ».

 

Il n’y a pas d’âge pour mourir. Il n’y a pas d’âge pour être rappelé par Dieu !


Avoir la foi exige des actes concrets, et, parmi ces actes indispensables, se trouve en particulier la prière ; selon les enseignements du Prophète (SAW), notre prière témoignera pour ou contre au moment du Jugement Dernier, selon que nous l’aurons accomplie avec sincérité ou négligée.

 

Nous savons que la mort n’est pas un injustice ni une punition pour l’être humain : elle atteint chacun à l’heure qui lui est fixée et elle doit le conduire vers la vie éternelle. Mais, cette vie éternelle sera selon le croyant aura préparé à cet effet.

 

S’il a répondu à Dieu en accomplissant ses devoirs pieux, s’il lui a adressé des louanges, des glorifications, des demande de pardon et s’il a conduit sa vie ici-bas en cherchant à être agréable à Dieu pour l’accomplissement de bonnes œuvres, il sera préparé un séjour agréable dans l’Au-delà si Dieu le veut.

 

Mais s’il n’a rien préparé à cet effet, sa vie a été remplie de futilités ou occupée à la recherche exclusive de biens matériels ou de plaisirs, s’il a négligé de louer et de remercier Dieu pour ce qu’il lui a donné, celui-là partira les mains vides et il ne trouvera, dans l’autre monde, aucun séjour agréable !

 

Abû Hurayra a rapporté ces propos de l’envoyé de Dieu : « Empressez-vous d’accomplir des œuvres de piété avant que vous ne rencontriez les obstacles suivants : Attendez-vous que la pauvreté ne vous préoccupe au point de tout vous faire oublier ? Ou que la richesse ne vous corrompe ? Ou que la maladie ne vous réduise à l’impuissance, que la vieillesse ne vous rende sénile ? Ou que la mort brutale ne vous surprenne ? ».

 

Nous le répétons : i

Comment faire pour qu’une cérémonie de mariage soit conforme à l’Islam ?

Comment faire pour qu’une cérémonie de mariage soit conforme à l’Islam ? (RGS)
Louange à Allah


La manière islamique de passer la cérémonie de mariage, elle est marquée par la nécessité de s’éloigner des interdits religieux que bon nombre de gens négligent dans les cérémonies. Citons-en les suivants :

a°) pour ce qui concerne la femme : pour coiffer ses cheveux

- le fait d’aller chez le coiffeur si celui-ci est un homme étranger à la femme - ou une femme qui fait des opérations interdites telles que l’affinement des sourcils appelé nams, le tatouage, le montage de mèches ou d’autres opérations interdites car le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a maudit la limeuse et sa cliente, la tresseuse (utilisatrice de mèches) et celle qui sollicite ses services). Cela se fait pour imiter les infidèles dans leur manière de s’habiller.

La robe de mariage est souvent faite de sorte qu’elle laisse apparaître les attributs de beauté de la mariée. C’est pourquoi celle-ci apparaît parfois presque nue. Puisse Allah nous en protéger. A cela s’ajoute une perte d’argent.

b°) S’agissant de l’homme, on note ce qui suit :

- le rasage de la barbe la nuit des noces. On le fait sous prétexte de la nécessité de se rendre beau en dépit de son interdiction. Il en est de même du port d’habits trop longs.

Voici un résumé des actes que les hommes et les femmes doivent éviter dans le cadre de la cérémonie de mariage.

1. Le contact direct entre hommes et femmes, les salutations, les poignets de main, la danse menée par les hommes et les femmes ensembles, choses qui sont toutes interdites et très dangereuses.

2. Eviter la prise de photos ;qu’elles soientt pour les femmes ou pour les hommes.

3. Ne pas boire du vin ni manger du porc.

4. L’entrée du mari chez les femmes pour prendre sa femme.

5. Le port par les femmes, même seules entre elles, de vêtements trop serrés ou trop courts. Si cela est interdit dans ce cas, que dire de leur port devant les hommes?

6. S ’éloigner du goût du paraître, des excès, du luxe et de la débauche dans le cadre du mariage, car cela entraîne la bénédiction.

7. L’échange de la bague de mariage qui implique une imitation des infidèles et la croyance que cela renforce l’amour de l’époux pour son épouse et inversement.

Il convient enfin que le couple sache que plus la cérémonie de mariage est conforme aux enseignements de l’Islam, plus elle est bénie et est couronnée de cohésion et débarrassée de bon nombre de problèmes de la vie conjugale. Si celle-ci est entachée dès le début d’actes réprouvés parce que contraires à l’ordre d’Allah, le Puissant, le Majestueux, l’on ne peut pas s’attendre à une assistance (divine) par la suite.

Bon nombre des cérémonies de mariage entachées d’une violation de l’ordre d’Allah, le Puissant, le Majestueux, n’ont pas débouché sur une vie conjugale durable. Craignez Allah dans cette cérémonie et débarrassez-la des interdits religieux afin qu’Allah bénisse votre mariage. Nous demandons à Allah de vous assister vous et votre mari.

Allah le sait mieux.

Je suis inviter a un mariage(ou autres cérémonie)avec mixité et musique, comment doit-je me comporter (MH)

Commet elle a un péché en assistant à une cérémonie de mariage marquée par des actes répréhensibles si elle se tient à l’écart et se contente de les aider dans la cuisine et d’autres choses pareilles ?
Dans notre pays, la célébration du mariage est marquée par le battement des tambours, la danse et les chants.. Est-ce que je commets un péché si j’assiste à un mariage et me met à l’écart du groupe des chanteurs et si cela concerne les mariages de mes parents auxquels je ne peux pas ne pas assister pour aider à l’accomplissement de tâches licites comme la cuisson des mets, etc. ?

Louanges à Allah

Il n’est pas permis d’assister aux cérémonies de mariages qui s’accompagnent d’actes interdits comme les chants marqués par le battement de tambours ou d’autres instruments à l’exception du duf (tambourin spécial) ou marqué par la mixité entre hommes et femmes ou par d’autres actes interdits, à moins que celui qui y assiste soit en mesure de mettre fin aux actes condamnables ou croit fortement pouvoir le faire.

Ibn Qudama (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit : « Si l’on vous invite à une réception au cours de laquelle des actes de désobéissance sont commis comme la consommation du vin et l’écoute de la musique etc. et si vous pouvez y mettre fin, vous devez répondre pour cela. Car votre présence permet de réaliser deux prescriptions : répondre à l’invitation de votre frère musulman et mettre fin à des actes condamnables. Si on n’est pas en mesure de mettre fin à ces actes, il ne faut pas répondre. Si l’on n’est au courant des actes qu' une fois sur place, on essaie d’y mettre fin. Si l’on n'y réussit pas, on repart. C’est presque l’opinion de Chaffi ». Extrait d’al-Moughni, 7/214.



On lit dans une fatwa de la Commission Permanente ce qui suit : « Si la cérémonie de mariage est débarrassée d’actes condamnables comme la mixité entre hommes et femmes et la musique dégradée et si sa présence permet de changer les aspects condamnables, l’on peut alors y assister pour en partager le plaisir. Mieux, la présence devient nécessaire s’il y a une chose condamnable que l’invité peut corriger.

Mais si la cérémonie s’accompagne d’aspects condamnables que l’invité n’est pas en mesure de changer, il lui est alors interdit d’y assister en vertu de la portée générale de la parole du Très Haut : «Laisse ceux qui prennent leur religion pour jeu et amusement, et qui sont séduits par la vie sur terre. Et rappelle par ceci (le Coran) pour qu' une âme ne s' expose pas à sa perte selon ce qu' elle aura acquis, elle n' aura en dehors d' Allah, ni allié ni intercesseur.. » (Coran, 6 : 70) et de la parole du Très Haut : « Et, parmi les hommes, il est (quelqu'un) qui, dénué de science, achète de plaisants discours pour égarer hors du chemin d' Allah et pour le prendre en raillerie. Ceux-là subiront un châtiment avilissant.» (Coran, 31 : 6).

Les hadith qui condamnent le chant et la musique sont très nombreux. Extrait de Fatawa al-mar’a compilation de Muhammad al-Mousnad, p. 92.
Deuxièmement

Si votre participation à la cérémonie de mariage et votre concours à la cuisine et à d’autres tâches similaires ne vous font pas entendre ou approuver ou faciliter des choses condamnables, si, par exemple, vous vous trouvez loin de ces choses-là ou si vous pouvez repartir bien avant qu’elles ne commencent, il n’y a aucun inconvénient à y aller. Mais il faut alors leur prodiguer des conseils et leur expliquer le statut de ces choses condamnables notamment l’interdiction d’y prendre part.

Expliquant la parole du Très Haut : «Dans le Livre, Il vous a déjà révélé ceci: lorsque vous entendez qu' on renie les versets (le Coran) d' Allah et qu' on s' en raille, ne vous asseyez point avec ceux-là jusqu'à ce qu' ils entreprennent une autre conversation. Sinon, vous serez comme eux. Allah rassemblera, certes, les hypocrites et les mécréants, tous, dans l' Enfer. » (Coran, 4 : 140) AL-Qurtubi (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dit : « La parole du Très Haut : «ne vous asseyez point avec ceux-là jusqu'à ce qu' ils entreprennent une autre conversation » signifie : autre chose que la mécréance. Et : « Sinon, vous serez comme eux» implique la nécessité d’éviter la fréquentation des compagnons pécheurs quand ils commettent des actes condamnables. Car ne pas les éviter revient à approuver leurs actes. Or est mécréant quiconque approuve la mécréance. Allah le Puissant et Majestueux dit : «Sinon, vous serez comme eux ». Quiconque assiste à une assemblée de désobéissance et s’abstient de désapprouver la désobéissance en sera tenu responsable.

On doit s’opposer aux membres de l’assemblée qui tiennent des propos de désobéissance ou agissant dans ce sens. Si l’on n’est pas en mesure de s’y opposer, on doit s’éloigner afin de ne pas tomber sous le coup de ce verset ».

As-Saadi (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit : « Il en est de même de l’assistance aux assemblées marquées par la désobéissance et la débauche et au cours desquelles les prescriptions et les proscriptions divines sont foulées au pied et les limites établies par Allah au profit de Ses serviteurs violées. L’interdiction de rester dans une telle assemblée s’appliquera jusqu’à ce que ses membres : « ne vous asseyez point avec ceux-là jusqu'à ce qu' ils entreprennent une autre conversation.» C’est-à-dire qu’ils occupent d’autres choses que le rejet des versets d’Allah tournées en dérision. «Sinon, vous serez comme eux » Si vous restez avec eux malgré leur attitude « » Car vous acceptez leur mécréante et leur moquerie. Or celui qui approuve un acte de désobéissance est comme son auteur.

En somme, celui qui assiste à une assemblée au cours de laquelle des actes de désobéissance sont commis, doit, s’il en est capable, s’y opposer ou partir dans le cas contraire.

Voir Tafsir de Saadi, p. 217. Allah le sait mieux.

 Mon frère, ma Soeur, laisse-moi te raconter un passage que nous vivrons le jour du jugement dernier, en présence de notre prophète (sAws).
Tu vas te rendre compte que le prophète (sAws) sera là avec toi, dans la frayeur de ce jour, pas à pas avec toute son attention et sa délicatesse.

Je lui cède la parole...

Le propète (sAws) a dit: « Le jour du jugement dernier, le sol se fendra sur moi en premier (ana awalo man tanchaqo 'anho al ard!) [Je suis le premier à sortir de terre].»

Donc, lorsque tu sortiras il sera déjà là!

Les humains seront là, tous réunis depuis Adam, des milliards d'individus, debouts, ils auront peur, ils seront fatigués, tous nus! Il fera très chaud! Cela faisait 50 000 ans qu'ils auront attendu que le jugement commence! Sans boire et sans manger! Noyés dans leur sueur à différents niveaux. Ils désespèreront!
Qui intercédera?!!!
Tu imagines un peu! Quelle tension! Quel stress!

Puis l'humanité décidera d'agir, mais qui pourra demander à Dieu de commencer le jugement pour en finir avec cette attente?
Ils décideront tous ensemble d'aller voir Adam, le père des prophète (qpssl)s pour qu'il intercède auprès de Dieu et lui demande de commencer le jugement.

Adam répondra: « Naffsi! Naffsi ! [(J’espère) le salut de mon âme!] J’ai mangé de l'arbre interdit et j'ai désobéi! Allez donc voir Nouh! » [Dans une autre version il dira aussi: « Jamais Dieu n'a été autant en colère qu'aujourd'hui je ne peux rien lui demander]. »

L'humanité se dirigera alors vers Nouh (Noé) pour qu'il intercède auprès de Dieu et lui demande de commencer le jugement.

« Ô Nouh! Toi qui as été sauvé par Dieu (lors du déluge) intercède auprès de Dieu pour qu'il commence le jugement! »

Nouh répondra: « Naffsi! Naffsi! J’ai déjà demandé à Dieu ce dont je n'avais pas à l'interroger (pour son fils le mécréant) et Il m'en a blâmé! Et je n'espère qu'une chose: c'est qu'Il me pardonne. Allez voir Ibrahim! »

L’humanité se dirigera alors vers Ibrahim.

Ibrahim répondra: « Naffsi! Naffsi! J'ai menti trois fois! Allez voir Moussa!»

Moussa dira: « Naffsi! Naffsi! J’ai tué un homme! Allez voir Issa!»

Issa répondra: « Naffsi! Naffsi! Allez voir Mohamed! Un serviteur auquel Allah a pardonné tous les péchés! »

Puis l'humanité se dirigera vers Mohamed qui répondra: « Ana laha! Ana laha! [Elle est pour moi! elle est pour moi (l'intercession) !]

Il a dit ensuite à propos de cela: « Et je me mettrai dans un endroit pour lequel on m'enviera! Et je me prosternerai sous le Trône et je louerai Dieu par des louanges avec lesquelles jamais personne ne l'avait loué ! Il me répondra:" "lève-toi Mohamed; parle, on t'écoutera; intercède, tu seras exaucé; demande, et tu obtiendras" Et je dirais: Tu m'as promis l'intercession, alors permets-moi d'intercéder pour tes créatures pour que le jugement commence! »

Tu imagines la scène! Le stress et le désespoir de l'humanité en défilant devant chaque prophète! Et tu imagines aussi ta joie et ta fierté lorsque Mohammed répondra: « Ana laha! Ana laha! »

Pourquoi l'humanité ne s'adressera pas à Mohamed en premier? C’est pour te montrer son rang auprès d'Allah (swt).
Et pourquoi aucun prophète ne s'est proposé pour l'intercession? Parce que chacun connaît sa place et sa "valeur". Il (sAws) est une miséricorde pour toute l’humanité ! Musulmans et non-musulmans, croyants, athées,...etc..



Donc voilà, le jugement pourra commencer:

le prophète (sAws) poursuivit le récit: « Les nations défileront devant moi, et je verrai passer un prophète avec un groupe (de ceux qui l'avaient suivi) et je verrai passer un prophète avec une dizaine d'individus, puis un prophète avec cinq individus, puis un prophète avec deux individus, puis un prophète seul.

Puis je demanderai: Ô Allah! Oummati! Oummati! (Ma oumma! ma oumma! Où est-elle?) Et on me dira alors: Regarde l'horizon. Je regarderai et je verrai une immense (marée) noire [du fait des têtes aux cheveux bruns], alors je serai heureux et là on me dira: C'est Moussa et sa oumma!
Je dirai alors: Ô Allah! Oummati! Oummati! »

[Tu te rends compte à quel point il sera inquiet pour nous! Tant de sollicitude!]

« On me dira alors: Regarde l'autre horizon! Et je verrai une gigantesque (marée) noire (plus immense que la précédente) et on me dira: Voilà ta oumma! Et parmi eux 70 000 personnes entreront au paradis sans châtiment ni interrogatoire! Et je demanderai à Dieu de m'en donner plus! Il me dira alors: Avec chaque 1000 personnes il y en aura 70 000 autres qui entreront au paradis sans châtiment ni interrogatoire! (Allah Akbar!)
On me dira alors: Es-tu satisfait Mohamed? Et je répondrai: Oui! »

On se rappelle le verset encore une fois: "Certes, un Messager, pris parmi vous, est venu à vous, auquel pèsent lourd les difficultés que vous subissez, qui est plein de sollicitude pour vous, qui est compatissant et miséricordieux envers les croyants"

N'oublie pas que ce jour là, la soif sera terrible!

Le prophète (qpssl) raconte: « Le bassin me sera installé et mon minbar à son bord pour que je puisse voir ma oumma. Je les reconnaîtrai à leurs marques (conséquences) des ablutions »

Ce sera ta première rencontre (de près) avec le prophète (sAws), il t'appellera: « Viens ! » La soif sera telle que tu voudras te servir du bassin, et là il te dira: « Non! Je te donne à boire moi-même avec ma main! »

[Toujours sa prévenance et sa délicatesse!]

Il a dit aussi que : "l'eau du bassin est plus blanche que la neige et plus sucrée que le miel. Celui qui en boit une gorgée n'aura plus jamais soif! Et les coupes disponibles sont au nombre des étoiles qu'il y a dans le ciel! "

Et toi? Aimes-tu le Prophète (qsAws) ? Te manque-t-il? Sincèrement?
Penses-tu à lui? Ressens-tu quelque chose pour lui au fond de ton coeur?
Où en sommes nous dans l'amour pour otre prophète (sAws)??

L'Art de se comporter avec son Epouse (HH)

 

 C’est un sujet très important dans le domaine social et beaucoup de choses ont été dites à ce sujet.
Étonnamment, l’art de se comporter avec son épouse est une chose très facile et accessible pour le musulman.

Mais, on remarque naturellement qu’il y a beaucoup de manquements et de problèmes.

On rappelle pour commencer qu’Allâh dit dans le Coran:
"Et parmi Ses signes, Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l'affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent."
[Sourate 30, Verset 21]

Il y a 2 ou 3 mots-clés dont affection, bonté et surtout pour des gens qui réfléchissent.

Car c’est vrai que, lorsque l’on réfléchit, on arrive à arranger beaucoup de choses.
Or, de nos jours, pour notre jeunesse ou certains adultes parmi nous, c’est souvent l’énervement qui prime et c’est le regret qui vient par après et, souvent, il est trop tard.

Il est un fait que le mariage est un mot qui, de nos jours, est employé à toutes les sauces, n’importe qui veut se marier à un certain âge, encore plus lorsque l’on parle du côté religieux, on est heureux, on attend le mariage.
Mais on n’a pas étudié tout ce qu’il y a dans ce mariage, les obligations, les devoirs, ce que l’on attend de toi en tant que mari et ce que l’on attend de toi en tant qu’épouse.

On va souvent chercher à savoir quels sont les devoirs, les obligations, qu’est-ce qu’elle peut faire, qu’est-ce qu’elle ne peut pas faire, ce qu’il peut faire et ce qu’il ne peut pas faire.

Il y a toutes ces choses qui parfois font peur à l’homme qui essaye déjà, avant de se marier, de se mettre en garde, de préparer certaines frontières pour que, une fois marié, il sache déjà que ceci ou cela est interdit, et ainsi de suite.
Ça devient une sorte d’automatisme, des phrases qui sortent, qui se répètent dans le couple.
Et lorsqu’elles sont mal comprises, mal interprétées, cela mène à une certaine routine, à un certain rabaissement de la personne et l’amour commence à diminuer et cela se solde en général par une séparation, puis un divorce.

Et l’on sait qu’Allâh dans ce verset nous parle de deux cœurs qui se réunissent et naturellement, Il parle, pour réunir deux cœurs, de ce que l’on appelle l’affection, la bonté.
Et vous allez voir que cette affection et cette bonté sont deux attributs que l’on ne retrouve pas chez n’importe qui.
Quelqu’un qui est habitué à vivre d’une certaine façon, qui a le mal de vivre, qui fait toujours la tête par exemple, cette personne sera étonnée si tu lui parles d’affection ou si elle entend certaines choses.

Abu Hureira rapporte:
"Le Messager de Dieu embrassa une fois son petit fils Al-Hassan Ibn 'Ali en présence de Al-Aqra' Ibn Habis qui lui dit:
- J' ai une douzaine d'enfants et je n'en ai jamais embrassé un seul.
Le Messager de Dieu le regarda et lui dit:
- Celui qui n'est pas clément avec les autres, Dieu n'est pas clément avec lui."
[Unanimement reconnu authentique]

Il est clair que si la clémence est enlevée de ton cœur, tu n’arriveras pas à comprendre certains sujets, à les mettre en pratique directement.
Donc ne soyez pas étonnés que pour certaines choses que l’on va citer, il faille un certain temps avant que cela puisse être mis en marche.

Cette affection et cette bonté sont aussi là pour être un apaisement, un repos, une stabilité, une joie dans le couple et beaucoup de savants décrivent le couple comme un royaum:
le calife à la tête du royaume fait en sorte que tous ceux qui vivent dans son royaume vivent bien, qu’ils ne manquent de rien et c’est pour cela qu’en général, s’il y a un problème, c’est vers le calife que l’on revient, il est responsable, c’est lui que l’on vient voir pour arranger les choses.

Dans le couple, c’est ce qui se passe, il y a aussi ce calife responsable, qui a des droits, des devoirs, des obligations, parfois contraignantes, qui demandent de la patience.
Cette notion est parfois mal comprise par certains frères.

Si l’on veut que ce royaume, donc ce couple, vive en paix, il faut que l’on retrouve certains mots-clé en dehors de ceux que l’on a cités tout à l’heure, affection et bonté.

Il y a ce que l’on appelle le sens des responsabilités, la maturité, qui n’est pas quelque chose de si simple.
Ce n’est pas parce que l’on a quelques poils sur la figure et qu’on mesure 1.80 m qu’on l’a!


Lorsqu’on ne retrouve pas la psychologie, la patience, le comportement qui devrait émaner du Coran et de la Sunnah, la personne qui a un problème fera d’abord passer les sentiments, les nerfs et c’est seulement après qu’elle revient auprès de certains frères et remarque alors ce que l’islam dit au sujet de tel et tel problème

Et, soubhan Allâh, il est presque trop tard pour rapprocher les deux personnes car, lorsqu’une personne a subi un fait assez grave qui l’a touché intérieurement, c’est rare de pouvoir recoller les morceaux.

On peut dire, on en est même persuadé, qu’en général, il y a un ou deux fautifs mais aussi un troisième, qui est externe, c’est shaytan la’anahu llâh ou un autre externe aussi, qui est la famille, les proches, les amis, avec leurs bons ou mauvais conseils.

La notion de couple, de mariage, est très difficile pour un musulman parce qu’il doit être, en quelque sorte, quelqu’un qui se contrôle du premier jour jusqu’à la fin et même avant le mariage, et l’on verra pourquoi après.

Beaucoup de plaintes émanent et c’est pour cela que l’on a choisi ce sujet.
Ce sont toujours les mêmes plaintes qui reviennent.

On entend souvent des frères se plaindre de ne plus ressentir de repos dans leur couple, pas d’apaisement, qu’ils ne supportent plus le caractère de leur épouse, son comportement, ou bien les entrées et les sorties répétées de celle-ci, ou bien les visites de cette dernière par-ci, par-là.

Certains frères ne supportent plus les demandes incessantes, aussi des choses bien plus graves, comme quitter le lit conjugal.
Ces derniers temps, cela se passe très rapidement entre un frère et une sœur.
Il y a aussi des plaintes quant à l’élégance de sa femme qui ne se fait belle que pour certaines occasions (mariage, fête…) mais pas pour lui.

Toutes ces choses ont leur importance dans la vie du couple et elles ont tendance à se perdre.
D’autres se plaignent qu’elle ne s’occupe que des enfants ou bien le contraire, ou qu’ils n’entendent jamais de belles paroles.

On va reprendre tous ces exemples qui sont cités là en négatif et ils vont se retrouver dans le sujet mais en positif insha allâh, parce que l’on va voir comment le Prophète se comportait avec ses épouses.


Il y en a aussi qui ont une mauvaise image de la femme ancrée dans la tête et il faut revenir à différents moments de la vie du musulman: avant le mariage, on conseille parfois mal le jeune musulman ou la jeune musulmane.

Au temps des pieux prédécesseurs, la mère conseillait sa fille ou le père conseillait son fils par rapport au mariage, mais de nos jours, on entend des gens qui vous disent franchement que, dès le début, on lui a dit que il ne faut jamais croire la femme.
Et si on lui demande pourquoi, il répond «parce que l’on m’a dit qu’elle est "shaytana", elles sont très rusées» et il te cite le hadith du Prophète disant que la femme est créée à partir d’une côte tordue, si tu veux la redresser, elle se casse, si tu la laisses, tu reçois du mal, donc quoi que tu fasses, tu es perdant !!

Et le frère part avec cette idée, même durant les premières semaines de mariage.
Normalement, pendant ces premières semaines, il doit être heureux, se sentir dans un autre monde et pourtant, tu le retrouves quand même avec cette méfiance et a’oudhou billâh ça ressemble même à du mensonge parce que, d’un côté, tu montres à cette femme que tu l’aimes, mais de l’autre, tu as toujours cette réticence à l’intérieur par rapport à tes sentiments vis-à-vis d’elle.

Et en plus, Satan joue avec lui et il ne sait plus comment réagir parce que, même si un jour elle vient et lui fait un sourire, lui, il va imaginer autre chose, il va se méfier, penser qu’elle lui tend un piège.
Il va trouver des exemples en disant par exemple que la première fitna de bani isra’il, c’était les femmes.
Il reprend cette tradition, il la met dans un contexte qui est différent et après, il vous dit que n’importe quel problème qu’il y a à la maison, c’est elle.
Si on lui propose de discuter, il te répond que c’est le Prophète qui a dit ça, donc le sujet est clos, il n’y a même pas de discussion possible.

Et c’est pour ça que dans un problème de couple, il faut entendre l’époux et l’épouse, car il se peut que l’épouse puisse prendre le conseil alors que l’époux refuse même de discuter.
Là, on sait que la base du problème vient de tel ou tel côté.


Parmi les plaintes qui reviennent souvent chez les sœurs, il y a le mauvais comportement, le caractère rustre de certains d’entre eux, leur façon de parler.
Il y en a qui ne font pas la différence entre le service militaire et la maison.

Des sœurs se plaignent aussi du silence, leurs maris ne discutent pas avec elles.
Il y a des frères, dès qu’ils rentrent à la maison, ils ont un bon comportement, ils sont gentils mais ils ne parlent plus, ils ne sourient plus.
Mais si tu les sors de la maison et que tu les mets avec des frères, ils rigolent du matin au soir.

Et une chose très grave, une habitude qui apparaît ces derniers temps, c’est le fait de frapper sa femme.
Même s’il y a des versets qui parlent de cela, ils expliquent aussi que, s’il faut en arriver là, il y a une manière de faire.

Et certains aujourd’hui ont pris l’habitude d’en arriver là très rapidement; le frère ne fait plus la différence entre une séance d’entraînement de "kick boxing" et sa maison.
Quand il rentre de son entraînement, il termine son dernier round sur sa femme au point de n’avoir plus aucune limite pour se retenir et il devient très brutal.

Et il y en a même certains qui souhaitent la mort de leur épouse...

Les sœurs ont en général les mêmes plaintes que celles citées au début de la conférence.

On remarque qu’il y a donc un genre de dilemme dans ce que je viens de citer, c'est-à-dire que les mêmes plaintes se retrouvent des deux côtés.
Il ne faut pas mettre les torts, les problèmes d’un seul côté, il faut être juste.

Lorsque l’on parle des problèmes dans le couple, il y a un mot qui revient souvent: les erreurs.

Le Prophète a dit:
"Tous les fils d’Adam font des erreurs mais les meilleurs sont ceux qui commettent des erreurs et se repentent."
[Hadith rapporté par Abmad et Tirmidhî]


Et cela est le but de cette conférence aujourd’hui.

Si quelqu’un se retrouve dans l’une des situations qui vont être citées, alors qu’il se corrige, qu’il ait le courage de reconnaître qu’il peut être dans l’erreur.
Si jamais, et je le souhaite, la plupart d’entre nous peuvent dire qu’ils ne font pas partie des catégories qui vont être citées, alors al-hamdulillâh.

On vous dit aussi que pour tout ce qui est dans le domaine du pardon et de l’erreur, deux mots généralement liés, on peut reprendre une parole de Abi Dhaar , un sahabi, qui dit à son épouse en lui rappelant une règle très importante:

"Si tu me vois tomber dans la colère, essaye de me faire sortir de ce moment de colère en me rendant joyeux (et l’on sait que la femme a sa façon pour faire sortir un homme de cet état).
Si je te vois entrer en colère alors c’est moi qui t’en ferai sortir en te rendant joyeuse. Sans ça nous ne pourrons jamais rester entre nous."

Il faut que les deux s’entraident sinon, naturellement, cela ne peut pas fonctionner.
Donc, à chacun ses erreurs, ses problèmes, mais aussi à chacun ses fonctions et il ne faut pas être étonné si parfois on a la même fonction pour l’homme et pour la femme.

Les savants sont unanimes sur le fait que si la communauté est ainsi touchée par tant de problèmes, c’est parce qu’elle est loin du Livre et de la Sounnah, qui devrait être le modèle dans notre vie.
Au fur et à mesure que l’on s’éloigne de ce modèle, on se perd.

Et, si l’on revenait à ces deux moyens pour mener nos vies, beaucoup de problèmes se trouveraient résolus.
Il est un fait que le meilleur exemple que l’on ait, c’est le Prophète .

On a dit que c’est un art car c’est quelque chose de vraiment très délicat.


°°° Se montrer doux vis-à-vis de son épouse °°°

Le cheykh Ibrahim Ad-Douwaich, un des chouyoukh sur lesquels je me suis basé pour faire cette conférence, dit que se montrer doux vis-à-vis de son épouse est l’un des meilleurs moyens et que pour se faire, on a différents petits moyens, comme appeler son épouse par des mots qu’elle aime bien entendre, jouer avec son nom, lui trouver un diminutif.

Ce sont des petits mots qui changent de la routine. Le Prophète , et c’est Aisha qui le rapporte, lui disait: "Ya Aïsh…".
Cela peut paraître tout simple et pourtant, on voit que c’est difficile à mettre en pratique.

On peut aussi embrasser son épouse mais sans systématiquement en venir à l’acte sexuel.

Comme le dit le cheikh, il ne faut pas que l’homme soit comme une sorte de robot qui va au rapport intime directement.
Il y a des jeux intimes avec son épouse mais qui restent en dehors du rapport sexuel.

Aïsha raconte que le Prophète venait l’embrasser et qu’elle riait.
Et il faisait cela même en état de jeûne.

Et il est vrai que ce geste a une valeur lourde de sens.
S’il l’a fait, c’est qu’il savait que dedans, il y a un bénéfice énorme.
Il y a un hadith qui dit que tout ce que tu fais est une aumône, même la bouchée de nourriture que tu mets dans la bouche de ta femme.

Le Prophète , lorsqu’il mangeait avec Aïsha , prenait là où elle avait prit le morceau de nourriture.
Malgré la lourdeur de sa mission, il prenait le temps d’avoir ces petits gestes envers ses femmes.

En conclusion, on peut dire que tous les savants sont d’accord pour dire que ce sont des gestes qui comptent, surtout pour une femme.
C’est important pour deux choses.
On gagne la satisfaction d’Allâh car c’est une sadaqa que l’on fait et on gagne aussi le cœur de son épouse.


°°° Le fait de laisser passer certaines erreurs dans la vie de couple°°°

L’être humain commet des erreurs et il faut se dire: si c’est moi qui avais fait cette erreur, comment aurais-je réagi?
Aurais-je fait le même scandale que celui que je ferais contre mon épouse? Certainement pas.

Par exemple, si j’ai mon repas prêt dans un plat et, sans le faire exprès, je le fais tomber par terre, je vais dire que ce n’est pas si grave.
Mais si c’est mon épouse qui le fait tomber, vais-je avoir la même réaction indulgente?

Et pour des petites choses comme ça, il y a des couples qui vont jusqu’au divorce ou bien aux insultes.
Il faut donc apprendre à fermer les yeux sur certaines choses.
Il faut se rappeler que certaines erreurs peuvent venir de l’oubli, il ne faut pas en faire un drame.

L’homme a tendance à oublier que la femme est un être humain comme lui, elle peut aussi oublier.
Si lui sort travailler à l’extérieur faire ses huit heures, elle, elle est dans sa maison et travaille dans sa maison.

Il se peut donc qu’elle oublie de faire certaines choses car elle est très occupée entre les enfants, la cuisine, le ménage, les imprévus…

Un frère est venu raconter que sa femme a eu un problème de santé grave, elle était paralysée du côté droit de son corps.
Il s’est retrouvé seul pour s’occuper de la maison, des enfants, de son travail…
et il explique que ce n’est que maintenant qu’il réalise que le travail d’une femme est énorme.

Et c’est vrai que nous les hommes, on a cette habitude de dire à nos épouses en rentrant le soir:
"Mais tu n’as rien fait aujourd’hui!".
Pour comprendre, il faudrait inverser les rôles un jour et faire le travail de sa femme et voir si c’est si peu de chose qu’on le pense.
Le travail de la maison n’est pas forcément simple et il est alors normal que parfois la femme oublie certaines choses et il est important de temps en temps de la réconforter de ce côté-là.

Il y a une habitude qui apparaît chez certains frères et qui consiste à se disputer, à élever la voix pour des choses qui ne vont peut-être jamais arriver.
Il ne faut donc pas rentrer dans ce genre de discussions.

Le cheikh ajoute que quelqu’un qui est en colère est comme une personne ivre, il ne sait pas ce qu’il fait, ni ce qu’il dit.
Il vaut mieux parfois quitter l’endroit et laisser la personne pendant quelques minutes se calmer, évacuer sa colère, puis essayer d’introduire une discussion pour sortir la personne de cet état.


°°° Se faire élégant pour son épouse, même s’il y a des limites, que ce soit pour la femme ou pour l’homme°°°

Il ne faut pas faire quelque chose d’interdit.
Il faut donc savoir quelles sont les limites à ne pas dépasser.

On a demandé à Aicha ce que le Prophète faisant en premier en rentrant chez lui : il commençait par le siwak.

Certains savants disent qu’il se pourrait qu’il nettoie sa bouche pour pouvoir ensuite embrasser son épouse.
Abû Hureira rapporte que le Prophète a dit:
"La fitrah (la nature primordiale) comporte cinq exigences (ou, selon une variante, il est cinq exigences de la fitrah):
la circoncision, le rasage des poils du pubis, le rognage des ongles, l'épilation des aisselles et la taille des moustache ".
[Rapporté par El Jama'a]

Tout ce qui touche au problème des odeurs est très important.

Il y a une belle histoire au temps du calife Omar ibn al Khattab :

Un jour, un homme et sa femme sont venus chez le calife qui, lorsqu’il a entendu la femme parler, a compris qu’elle voulait se séparer de son mari.
Son mari était quelqu’un qui ne prenait pas soin de son apparence.
Omar a pris l’homme et l’a envoyé pour se laver, se couper les cheveux et les ongles…
et lorsqu’il est revenu, la femme a pensé qu’il s’agissait de quelqu’un d’autre avant de le reconnaître et elle changea d’avis et retourna chez elle avec lui.
Alors Omar a dit:
"C’est comme ça qu’il faut faire; comme on aime bien qu’elles le fassent pour nous, et bien il faut le faire pour elles."


°°° Il faut se satisfaire de son épouse et accepter son épouse °°°

C’est un point très important car beaucoup de divorces arrivent à cause de cela.
Cela touche surtout ceux qui ont la maladie du regard, qui ne savent pas baisser le regard quand ils passent devant une femme ou une sœur.

Certains hommes, même si tu leur donnes toutes les femmes du monde, si jamais il apprend qu’il en existe une qui vient d’apparaître sur une île, il ira la chercher pour voir si elle n’est pas plus belle que celles qu’il a.

Et c’est pour cela que certains frères n’arrivent plus à se satisfaire de leur épouse.
Il ne faut pas enfreindre cet ordre d’Allâh qui demande de baisser le regard.
De plus, c’est quelque chose de normal chez l’être humain qui garde toujours ce besoin de renouveler.
C’est un des points qui nous touche le plus car le frère pense qu’il va trouver mieux chez une autre femme.
Les chouyoukh chez qui on allait étudier nous disaient que toutes les femmes étaient les même mais qu’elles ne l’étaient que si on choisit la religion.
Cela ramène à la parole du Prophète qui dit que si tu veux réussir ton choix, prends la femme pieuse.

Il faut baisser le regard car Satan la’anahu llâh rentre à ce moment-là entre le mari et sa femme; de plus, on sait que toute chose interdite, on a envie de l’avoir.


°°°S’asseoir avec son épouse, discuter avec elle, demander des conseils sur certains sujets et cela dès le début °°°

C’est un moyen que l’on a pour mieux connaître son épouse et un moyen pour elle pour mieux connaître son époux.
Un cheikh précise qu’il faut s’asseoir avec elle mais dans le bien, pas pour regarder un film pendant trois heures ou autre.

Il faut prendre l’habitude de rester chez soi avec sa femme car le risque est grand de la perdre si on passe tout son temps dehors.
Il ne s’agit pas de rester à la maison comme un coq dans un poulailler, du matin au soir, mais trouver un juste milieu.
Certains frères sont tout le temps dehors et ne rentrent que lorsque tout le monde dort dans la maison, délaissant femmes et enfants.
Cela dénote un malaise.
Il faut passer du temps à l’intérieur de la maison car plus tard des problèmes peuvent survenir, notamment pour les enfants.

Il est aussi important de demander conseil à sa femme, par exemple pour meubler la maison ou la décoration intérieure, il n’y a rien de rabaissant là-dedans.
Ou discuter de sujets religieux.

Il faut aussi se confier à sa femme, dire ce que l’on ressent face à une situation particulière.
Il ne faut pas perdre de vue que la joie de ta femme dépend de ta joie à toi.
De plus, en lui parlant d’un problème, il se peut qu’elle t’aide à trouver la solution.

Le Prophète , après le pacte de Hudaybia, dut faire demi-tour vers Médine alors qu’il était en route pour la Mecque.

Il ordonna de se défaire de l’état de sacralisation en se rasant le crâne et en sacrifiant les bêtes mais les Compagnons (qu'Allah les agrées) étaient si peinés de ne pas pouvoir rentrer à la Mecque qu’ils avaient du mal à obéir.

Le Prophète en parlant à Oum Salama à son retour à Médine et elle lui dit de sortir, se raser les cheveux et d’immoler la bête mais sans parler et que les Compagnons (qu'Allah les agrées) feraient de même en le voyant. Et c’est ce qu’il se passa.

L’exemple a donc été donné par une femme.
C’est pour cela qu’il faut écouter sa femme, cela ne coûte rien et peut aboutir à une solution.

Certains frères ne parlent qu’avec des verbes: "donne, prends, viens, regarde,…"
il faut aussi faire attention à sa façon de parler avec son épouse, c’est important.

Également, se méfier de la routine car elle tue le couple.

Il faut profiter de ces moments où l’on s’assoit avec sa femme pour dire de belles paroles, la flatter sur sa beauté, lui faire des compliments.
Parfois la femme se prépare pour son mari et lui, il ne remarque rien, comme s’il passait à côté d’un poteau.
Pour la femme se sont des détails très importants.


°°° Préparation du repas pour les invités °°°

Lorsque l'épouse prépare un repas pour les invités, le frère, après le repas, ne va même pas remercier sa femme.

Par contre, si elle avait raté quelque chose dans le repas, là il lui aurait fait des remarques dès le départ des invités.

Cela peut la peiner.
Rien n’empêche, lorsque ta femme te fait à manger, de lui faire une invocation, par exemple, lui dire "Allâh yardé 'lik" (que Dieu soit satisfait de toi ) ou autre.


°°°Il ne faut pas lui rendre la vie difficile et s’excuser auprès d’elle °°°

Le Prophète a dit que le musulman ne doit pas détester sa femme pour quelque chose qui s’est passé, mais si jamais elle a un comportement qu’il n’aime pas, il trouvera chez elle un autre comportement qu’il agréera et c’est ce qui fait que le couple tient.


°°° Il faut de la patience dans le couple car sans patience,cela ne donne rien °°°


°°° Il faut montrer de l’affection et de l’amour pour son épouse °°°

On peut le faire par des paroles mais aussi par des gestes.
Il est bon de rappeler de temps en temps à son épouse que l’on tient à elle, qu’on l’aime, il n’y a pas de honte à cela.
Aicha raconte que lorsqu’elle était en état de menstrues, elle buvait et tendait le récipient au Prophète qui buvait en posant ses lèvres à l’endroit où elle-même avait bu.
Il ne faut pas être dégoûté d’avoir ce genre de gestes, ils ont leur importance.


°°° S’unir avec sa femme dans les actes d’adoration °°°

Faire la prière, des invocations.

Il y a une belle tradition rapportée par Abû Hureira qui dit que le Prophète dit que:
"Lorsqu’un homme se lève pour prier, qu’il réveille sa femme en douceur en lui jetant un peu d’eau sur la figure ou que la femme qui se lève pour prier réveille son mari de la même façon."


°°° S’amuser, plaisanter avec son épouse °°°

Mais, toujours dans les limites permises, pas dans n’importe quoi.


°°° La préserver °°°

Pour terminer, lorsque celle-ci est fatiguée, il faut la préserver, pas trop la charger de travail, l’aider.

Il faut prendre en compte ses sentiments, c’est un être humain qui a ses faiblesses, qui plus est lorsqu’elle est enceinte par exemple ou lorsqu’elle a sa période de menstrues.
Il faut faire attention à ces choses-là car certains évènements peuvent changer le caractère, le comportement de la femme.
Il faut y être attentif et la comprendre.

Le Prophète disait à Aïcha :
"Je sais lorsque tu es contente de moi et lorsque tu ne l’es pas.
Elle lui demanda pourquoi et il répondit que lorsqu’elle était contente de lui, elle disait "Par le Seigneur de Muhammad" et dans le cas contraire, elle disait "Par le Seigneur d’Ibrahim"."


°°° Il ne faut pas l’insulter, la frapper, lui faire du mal °°°


°°° Lui assurer des moyens d’existence corrects °°°

Il ne faut pas être avare avec elle (habillement, nourriture, logement…).


°°° Conclusion °°°

Cette conférence est adressée aux frères musulmans dotés de sagesse et d’un bon comportement.
Cela contribue à faire un bon époux.

Les moyens pour mener une vie de couple heureuse sont entre nos mains et faire de cette vie de couple un bienfait ou une prison, c’est aussi entre nos mains et dépend beaucoup de notre patience.

C’est pour cela que le mariage est aussi un acte religieux, un art, du temps, de la patience, des concessions, comme rester calme alors que l’on pourrait s’énerver.
Tout ce que j’ai dit sont des choses très simples mais qui ont leur importance dans la religion.

Discours du frère Rachid Haddach

La jalousie (HH)

En fait c'est quoi la jalousie ?!

Définition de la jalousie :

Changement émotionnel dans le coeur vers la fureur, colère de peur de voir un autre participer avec lui sur ce qui était pour lui sa propriété.
Que le jaloux refuse de voir un associé sur ce qu'il pensait lui appartenir et ce jaloux a peur qu'un autre prend sa place.
Que la jalousie fait partie des sentiments humaines naturelles, comme l'amour,la douleur,la colère,etc .Et par conséquent elle n'est pas considérée comme une maladie ou aberration psychologique tant qu'elle ne sort pas de son cadre normal.
Que la jalousie se trouve chez l'homme comme elle se trouve chez la femme. Que naturellement elle se différencie d'une personne à une autre .Qu'elle varie en fonction de la cause, soit en bien ou en mal.

Trois sortes de jalousie:

- La jalousie louable :

Lorsque la personne voit transgression sur les préceptes d'Allah ou par exemple un fait concret l'insulte qui s'est fait dernièrement sur le prophète. Que ce musulman est jaloux de son prophète et prend sa défense de différentes manières. Que cette jalousie est une particularité du croyant à défendre son prophète.
Il sera récompensé sur son acte. De cet exemple le hadith où il est dit:

D'après 'Abû Hurayra , le Prophète a dit: "Certes Allah est jaloux et certes le Croyant est jaloux. Et la jalousie d'Allah se manifeste quand le Croyant commet un acte interdit par Allah". (Rapporté par Muslim).

Effectivement celui qui n'est pas jaloux lorsqu'il voit transgression des commandements d'Allah, que son prophète se fait insulter ainsi qu'Allah et ne dit rien, meme pas un message de protestation peut-on dire que c'est un vrai croyant!.

La jalousie pour sa famille:
Ce cas a déjà été cité,la jalousie de la femme concernant son époux est louable à condition qu'elle n'outrepasse pas les limites de la législation.

Et il en est de même chez l'homme. A ce propos, Asmâ bint Abî Bakr rapporte : « Az-Zubayr m’a épousé alors qu’il n’avait sur terre, ni biens, ni esclave, ni rien du tout si ce n’est sa bête de somme et son cheval. Je m’occupais de donner du fourrage à son cheval, de le faire boire, de raccommoder les outres et je pétrissais le pain. Mais je ne faisais pas bien le pain, c’est pourquoi une de mes voisines des Ansârs le faisait pour moi, et elles étaient des femmes de bien.
Je ramenais des noyaux du champ de Az-Zubayr — que le Prophète saws lui avait donné — en les portant sur ma tête, et le champ était distant d’environ trois lieues. Un jour, alors que les noyaux étaient sur ma tête, j’ai rencontré le Prophète avec un groupe de Ansârs, il m’a appelé puis m’a dit : « Grimpe, grimpe ! » afin de me placer derrière lui (sur sa monture).
J’ai eu honte de marcher avec les hommes et je me suis souvenu de la jalousie de Az-Zubayr qui était le plus jaloux des hommes. Le Prophète vit que j’étais gênée et il s’en alla. Je me rendis alors chez Az-Zubayr et je lui dis : « J’ai rencontré le Prophète alors que je portais les noyaux sur ma tête, et il était avec un groupe de Ansârs. Il a fait agenouiller sa monture pour que je monte, mais j’étais gênée devant lui et me suis souvenu de ta jalousie. » Az-Zubayr dit : « Par Allah ! Le fait que tu portes les noyaux m’est plus pénible que le fait que tu sois montée avec lui. » Par la suite, Abû Bakr m’envoya un servant qui me déchargea de cette tâche, et c’était comme s’il m’avait affranchie. » (Al-Bukhârî)

Et le hadith cité aussi:
"La jalousie agréable au seigneur est celle qui se base sur des suspicion quand à la jalousie détestée par le seigneur c'est celle qui ne se base sur aucun fait suspect".
(Rapporté par Ahmed,ANassai' et Ibn Habbane)

- jalousie répréhensible :

C'est une jalousie qu'Allah n'aime pas qui conduit jusqu'à espionner les gens sur de simples doutes. Que dans cette jalousie il y a de l'excès.

-Jalousie ni louable, ni répréhensible :

C'est à dire qu'elle n'est ni aimé ni détesté par Allah comme la jalousie modérée de la femme sur son époux. La jalousie qui ne donne pas lieu à d'effets négatifs sur d'autres personnes.

Seulement où la jalousie dépasse dans ce cas certaines limites, jusqu'à créer une tension dans le foyer. Ouverture des lettres, surveillance du portable, s'il entre en retard il risque de se voir répondre à un long questionnaire.
Et c'est le cas de l'homme à soupçonner tout le temps son épouse. Tout le temps à la surveiller et a un Waswas qui lui souffle qu'elle a une relation avec une autre personne.

On sait bien que l'Islam est la religion du juste milieu, qu'on est une Oumma du juste milieu, ce qui fait que cette jalousie ne doit dépasser certaines limites supérieur ou inférieur à la norme.

Par exemple celle qui est inférieur à la norme une femme qui veut porter le hijab mais l'époux refuse. Que les gens de son quartier vont dire qu'il est devenu extrémiste. Que cette homme là craint plus les gens que sa crainte pour Allah. Naturellement cela entre dans un mot bien connu en Arabe qui est "Dayouth".

Le Prophète a affirmé dans le Hadith rapporté par An-Nassaï et authentifié par Al-Albani, qu'Allah ne regardera pas trois personnes le Jour du Jugement Dernier et il cita, parmi ces trois personnes, le Dayouth.
Dans une autre narration du Hadith rapporté par At-Tabarani et authentifié par Al-Albani, le Prophète souligna que trois personnes n'entreront point au Paradis et Il mentionna parmi elles le Dayouth.

- Et on se demande si la jalousie touche seulement l'époux et l'épouse ?

En fait l'homme est jaloux, la femme peut être jalouse, un enfant peut devenir jaloux, un ami de son ami, etc.
Pour ce qui est de la jalousie de la femme pour son époux et de l'époux pour son épouse cela a déjà été cité.
Un jeune homme peut être jaloux de son ami lorsqu'il le dépasse dans les études, que dans les discussions en groupe son ami parle bien ce qui n'est pas son cas, il devient jaloux de lui.

La jalousie d'un enfant sur ses frères qui est très courante. Chacun connait la jalousie d'un enfant à la venue d'un bébé. Que cet enfant est tout le temps accrocher à sa mère surtout lorsqu'elle prend le bébé. En effet il y aura beaucoup de perturbation dans la maison par l'enfant jaloux et cela est très fréquent.

La jalousie d'une femme sur une autre femme même si c'est son amie, lorsque par exemple elle voit un prétendant se présenter pour son amie, on a vu certaines aller jusqu'à entrer en contact avec la science occulte qui est la sorcellerie pour faire échouer le projet de son amie, voisine ou proche famille. Tout cela, la cause est la jalousie.

Sheikh Hadbane.

Les multiples mérites du verset du Trône (EE)

CE VERSET EST A APPRENDRE PAR COEUR ...:-)

2.255. Dieu ! Point de divinité à part Lui, le Vivant, Celui qui subsiste par lui-même “al-Qayyum”. Ni somnolence ni sommeil ne Le saisissent. A lui appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Qui peut intercéder auprès de Lui sans Sa permission ? Il connaît leur passé et leur futur. Et, de Sa science, ils n'embrassent que ce qu'Il veut. Son Trône “Kursiy” déborde les cieux et la terre, dont la garde ne Lui coûte aucune peine. Et Il est le Très Haut, le Très Grand..

ALLAHOU LA ILAHA ILLA HOUWA AL HAYOU AL QAYOUM
LA TA KHOUDHOUHOU SINATOUN WA LA NAWM
LAHOU MA FI AS SAMA WATI WA MA FIL ARDH
MANE DHA LADHI YACHFA 'OU 'INDAHOU ILA BI IDHNIH
YA' LAMOU MA BAYNA AYDI HIM
WA MA KHALFAHOUM
WA LA YOU HITOUNA BI CHAY INE MINE 'ILMIHI
ILA BI MA CHA
WA SI'A COURSSI YOU HOU AS SAMAWATI WAL ARDH
WA LA YA OUDOUHOU HIF DHOU HOUMA
WA HOUWA AL 'ALI AL 'ADHIM




C’est le plus grand verset du Qur’ân
1. Ubay Ibn Ka’b - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« Le Prophète - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - m’a demandé : Quel est le plus grand verset du Livre de Dieu ? J’ai répondu : Dieu et Son Messager le savent mieux que quiconque. Il a répété sa question plusieurs fois. J’ai répondu finalement : C’est le verset du Trône. Il m’a dit alors : Félicitations pour ta science, Ô Abul Mundhir ! Par Celui qui détient le sort de mon âme, ce verset possède une langue et deux lèvres qui sanctifient le Roi au pied du Trône. »

Ce Hadîth est recensé par Ahmad Ibn Hanbal dont nous suivons ici sa propre version et par Muslim, Abû Dawûd, Ibn adh-Dharis, Al-Harawî et Al-Hakîm.

Ce verset protège des Jinns, du matin au soir, et du soir au matin, celui qui le récite.
2.Le même ‘Ubay - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte également qu’il avait un gros récipient rempli de dattes qu’il surveillait de temps a autre. Constatant que la quantité de datte avait diminué, il s’est mis un soir à surveiller l’endroit. Tout d’un coup, il vit apparaître une bête ayant la taille d’un jeune adolescent. Ubay poursuit alors son récit en disant : J’ai salué et cette bête a rendu la salutation. J’ai dit : Qui es-tu ? Es-tu un Jinn ou un humain ?
Elle m’a dit : Un Jinn. J’ai dit : Fais voir ta main. Elle me l’a tendue, et j’ai constaté que sa main était des poils de chien. J’ai dit : Est-ce ainsi que les Jinn sont crées ?
La bête m’a dit : Les Jinn savent qu’il y a pas parmi eux plus terrible que moi. J’ai dit : Qu’est-ce qui t’a poussé à faire ce que tu as fait ?
La bête répondit : On m’a rapporté que tu es un homme qui aime faire l’aumône. Aussi avons-nous voulu toucher à ta nourriture. J’ai dit : Qu’est-ce qui nous protège de vous ?
La bête répondit : C’est Ayatu l-Kursî qu se trouve dans la Suratu l-Baqara (La vache).
Celui qui le récite le soir est protège de nous jusqu’au matin, et celui qui le récite en se réveillant le matin est protège de nous jusqu’au soir.
Le lendemain, matin Ubay rapporta cet épisode au Prophète - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - qui lui a dit ceci :
« Ce Jinn dit vrai, le pervers, bien qu’il soit un menteur. »

Ce Hadîth est recensé par An-Nassâ°î, Abû Y’alâ, Ibn Hibbân, Abu l-Shaykh, Tabarânî, Al-Hakîm, Abû Nu’aym et bayhaqî.
3.Al-Asqa’ al-Bakri - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci: « Le Prophète - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - était venu les voir dans la Suffa (abri a l’entrée de la Mosquée) des émigrés (al-muhâjirûn) Un homme lui demanda : Quel est le plus grand verset du Qur’an ? Le Prophète lui a dit : C’est le verset suivant : Dieu ! Point de divinité à part Lui, le Vivant,Celui qui subsiste par lui-même « al-Qayyum » . Ni somnolence ni sommeil ne Le saisissent. A lui appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Qui peut intercéder auprès de Lui sans Sa permission ? Il connaît leur passé et leur futur. Et, de Sa science, ils n'embrassent que ce qu'Il veut. Son Trône « Kursî » déborde les cieux et la terre, dont la garde ne Lui coûte aucune peine. Et Il est le Très Haut, l’Inaccessible » (Qur’an : 2/255), c’est-à-dire ayatu l-Kursî.

Ce Hadîth est recensé par al-Bukhârî dans son Histoire, par Tabarânî et par Abû Nu’aym avec une chaîne de transmetteurs sûrs.
Ce verset, ainsi que la Surat Liminaire (al-Fâtiha) et deux versets de la Surat âli ‘Imrân (la Famille de ‘Imrân), sont accrochés au Trône divin. Tout homme qui les récite reçoit une immense récompense.

4. Al-Hassan Al-Bassarî - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte cette tradition en la faisant remonter directement au Prophète - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - :
« L’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - a dit : « On m’a donné la Surat Al-Fatiha (La Liminaire), le verset du Trône (Ayatu l-Kursî) et les deux versets 18 et 26 de la surat âl ‘Imarân (La Famille de ‘Imrân). Ces versets sont aggripés au Trône divin et disent : « Seigneur ! Tu nous fais descendre sur Terre vers celui qui Te désobéit ? Dieu leur dit : Je vous ai conçus en sorte que chaque fois que l’un de Mes serviteurs vous récite a la fin de chaque prière, Je lui donne le Paradis comme lieu de séjour, Je l’installe dans la Demeure Sacro-sainte, Je le regarde chaque jour soixante-dix fois avec Mon œil, Je satisfais chaque jour pour lui soixante-dix besoins dont le moindre est le pardon, Je le fais triompher de tous ses ennemis et Je le protége contre eux » »

Cette tradition est recensée par Ibn al-Sani et Al-Shahami.
Ce verset équivaut au quart du Qu’rân.
5. Anas - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« L’Envoyé de Dieu a dit un jour à l’un de ses compagnons : Ô Untel ! Es-tu marié ?
L’homme répondit : Non, Je ne possède rien pour pouvoir me marier.
Il lui dit : Tu connais par cœur la surat Al-Ikhlass (Le Culte Pur), n’est-ce pas ?
L’homme répondit : Certes, oui.
Il lui dit : Elle constitue le quart du Qu’rân. Puis il lui dit : Tu connais par cœur la Surat Al-Zalzala (Le Tremblement de terre), n’est-ce pas ?
L’homme répondit : Certes, oui.
Il lui dit : Elle constitue le quart du Qu’rân. Puis il lui dit : Tu connais par cœur la surat Al-Nasr (Le Secours), n’est-ce pas ?
L’homme répondit : Certes, oui.
Il lui dit : Elle constitue le quart du Qu’rân. Puis il lui dit : Tu connais par cœur Ayatu l-Kursî, n’est-ce pas ?
L’homme répondit : Certes, oui.
Il lui dit : Ce verset constitue le quart du Qu’rân. Puis il lui dit : Marie-toi, marie-toi, marie-toi (trois fois). » »

Ce Hadîth est recensé par Ahmad Ibn Hanbal.
Ce verset a une position tout a fait particulière. En effet celui qui le récite après une prière prescrite est préservé jusqu'à la prière suivante. Or seul un Prophète, ou un juste (siddîq), ou un chahîd (Témoin, Martyr, Saint) est en mesure d’observer les prières avec régularité car il est préservé.
5. Anas - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« L’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - a dit : Celui qui récite ayatu l-Kursî à la fin de chaque prière prescrite restera préservé jusqu'à la prière suivante. Or la prière n’est observée avec régularité que par un Prophète ou par un juste ou par un témoin. »

Ce Hadîth est recensé par Bayhaqî dans ses Shu’ab Al-Imân.

7. Al-Hassan Ibn ‘Alî - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« J’ai dit : Ô Envoyé de Dieu ! Qu’obtient celui qui récite Ayatu l-Kursî a la fin de la prière prescrite ? L’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - m’a dit : Il est sous la protection de Dieu jusqu'à la prière suivante. »

Ce Hadîth est recensé par Tabarânî avec une bonne chaîne de transmission.

8. Anas - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« L’Envoyé de Dieu nous a dit : Savez-vous quel est le plus grand verset du Qu’rân ? Nous dîmes : Dieu et Son Messager le savent mieux que quiconque ! Il a dit : C’est Ayatu l-Kursî. »

Ce Hadîth est recensé par Al-Khatîb.

9. Ayfa’ Ibn Abdullah al-Kala’i - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« Un homme a demandé : Ô Envoyé de Dieu ! Quel est le plus grand verset du Livre de Dieu ? Il lui dit : C’est Ayatu –l-Kursî. L’homme lui demanda encore : Quel est le verset du Livre de Dieu dont tu aimes bénéficier des bénédictions, toi et ta communauté ? Il lui dit : Ce sont les deux derniers versets de la Surati l-Baqara ( La Vache) car ses versets font parties du Trésor du Tout-Miséricordieux qui se trouve sous le Trône de Dieu. Ils renferment tous les bien du bas monde et de la Vie future. »

Ce Hadîth est recensé par Al-Darimî.

10. Muhammad Ibn al-Dhaw’ Ibn al-Salsal Ibn Al-Dalhams - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci, d’après son père et son grand-père :
« L’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - a dit : Pour celui qui récite Ayatu l-Kursî a la fin de chaque prière, seule la mort l’empêche d’entrer au Paradis. Aussi, des qu’il meurt, il entre au Paradis. »

Ce Hadîth est recensé par Bayhaqî dans ses Shu’ab al-Imân.

11. Ibn ‘Abbâs - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« L’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - a dit : A celui qui récite Ayatu l-Kursî à la fin de chaque prière, Dieu lui donne le mérite des cœurs de ceux qui font l’action de Grâce (Al-Shakirin), des œuvres des justes et la récompense des Prophètes. En plus, Il le couvre de Sa droite pour le combler de miséricorde et rien ne l’empêche d’entrer au Paradis sinon sa mort. Ainsi, des qu’il meurt, il y entre. »

Ce Hadîth est recensé par Ibn Al-Najjâr dans son Histoire de Bagdâd.
Chaque fois qu’on récite ce verset sur une nourriture ou un condiment, il croît.

12. ‘Aïsha (raa) rapporte ceci :
« Un homme est venu auprès du Prophète - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - se plaindre du manque de bénédiction dont souffre tous ses biens dans sa maison. Il lui dit : Où en es-tu de ayatu l-kursî ? Chaque fois qu’on le récite sur une nourriture ou un condiment, Dieu accroît la bénédiction de cette nourriture et de ce condiment. »

Ce Hadîth est recensé par Abu l-Hassan Muhammad Ibn Ahmad Ibn Mas’ud dans ses Am’Ali et par Ibn al-Najjâr.

Ce verset est plus grand que les Cieux, la Terre, le Paradis et l’Enfer.

13. Ibn Mas’ûd - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« Dieu n’a rien crée, comme ciel, terre, paradis ou enfer, de plus grand que Ayatu l-Kursî. »

Cette Tradition est recensée par Abû ‘Ubayd, Ibn al-Dharis et Muhammad Ibn al-Dharr.

Celui qui récite ce verset en entrant chez lui chasse le démon de sa maison car il s’agit du Maître-verset du Qu’rân qui protége celui qui le récite dans sa personne, ses enfants, ses biens et sa maison et le prémunit contre le mal de ses voisins. C’est aussi le plus grand verset du Qu’rân et l’un des Trésors du Tout-Miséricordieux qu’aucun Prophète n’a reçu avant notre Prophète. Celui qui le récite avec les deux derniers versets de la Suratu l-Baqara (La Vache) chasse le démon de sa maison et empêche les Jinn et les voleurs de s’en approcher.

15.Ibn Mas’ûd - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« En sortant de chez lui un humain a croisé un jinn. Ce dernier lui dit :
- veux-tu lutter contre moi ? Si tu arrives a me battre je t’apprendrai un verset qui, si tu le récites en entrant chez toi, aucun démon n’y pénétrera !
Ils se mesurèrent et l’homme parvint a battre le Jinn. Celui-ci lui dit :
- Récite Ayatu l-Kursî, car aucun homme ne le récite en entrant chez lui sans que le démon n’en sorte en pétant comme un âne. »
On dit à Ibn mas’ûd : Cet homme ne pouvait être que ‘Omar Ibn al-Khattâb !

Cette Tradition est recensée par Abû ‘Ubayd, Al-Daraqutani, Tabarânî, Abû Nu’aym et Bayhaqî. Il est dit dans la version que rapporte Abû Hurayra - رَضِيَ الله عَنْهَ - : « al-suratu l-baqara (La Vache) renferme le Maître-verset du Qu’rân. Chaque fois qu’on le récite dans une maison, le démon la quitte. »

16.Ibn Mas’ûd - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« Un homme a dit : Ô Envoyé de Dieu ! Enseigne-moi quelque chose que Dieu me rende utile ! Le Prophète - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - lui dit :
- Récite Ayatu l-Kursî, car il te protégera toi et tes enfants et protégera ta maison et même ses alentours. »

Ce Hadîth est recensé par Al-Mahamili dans ses Fawa’id.

17.Ibn ‘Omar - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« Omar Ibn al-Khattab - رَضِيَ الله عَنْهَ - sortit un jour vers les gens et leur demanda :
- Lequel de vous pourra me dire quel est le plus grand verset du Qu’rân, le plus équitable, le plus redoutable et le plus générateur d’espoir ?
Les gens gardèrent le silence. Puis Ibn mas’ûd dit ceci :
- J’ai entendu l’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - dire ceci du haut de la chaire : Le plus grand verset du Qu’rân, c’est Ayatu l-Kursî. Le verset le plus équitable du Qu’rân, c’est le verset 90 de suratu l-Nahl (Les Abeilles) : « Oui, Dieu ordonne l’équité, la bienfaisance et la libéralité envers les proches parents. Il interdit la turpitude, l’acte répréhensible et la rébellion. Il vous exhorte. Peut être réfléchirez-vous. » Le verset le plus redoutable du Qu’rân, ce sont les versets 7 et 8 de Suratu al-Zalzala (Le Tremblement de Terre) : « Celui qui aura fait le poids d’un atome de bien le verra ; celui qui aura fait le poids d’un atome de mal le verra. » Le verset du Qu’rân le plus générateur d’espoir, c’est le verset 53 de suratu l-Zumar (Les Groupes) : « Ô vous Mes serviteurs qui se sont fait beaucoup de tort a eux-mêmes, ne désespérez pas de la Miséricorde de Dieu ! »

Cette Tradition est recensée par Ibn Mardawayh, Shirazi et Al-Harawi.

18.Ibn ‘Abbâs - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« Lorsque l’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - récitait les deux derniers versets de la surati l-Baqara (La Vache) et Ayati l-Kursî, il souriait et disait :
- Ils proviennent du trésor du Tout-Miséricordieux. Lorsqu’il récitait le verset : « Celui qui commet un mal sera sanctionné en conséquence… », Il se soumettait à Dieu et répétait la formule consacrée : Il n’y a de force et de puissance que Par Dieu. »

19. On rapporte sur Abdirrahmân Ibn ‘Awf - رَضِيَ الله عَنْهَ - que lorsqu’il entrait dans sa maison, il récitait le verset du Trône dans tous ses coins.

Cette Tradition est recensée par Ibn Abi ‘Asakir.

20. Al-Hassan Al-Bassari - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ce hadîth en le faisant remonter directement au Prophète - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - :
« Jibrîl est venu me voir. Il m’a dit ceci : Il y a un démon, parmi les Jinn, qui cherche a te nuire. Aussi, lorsque tu regagnes ton lit pour dormir récite Ayatu l-Kursî. »<

Ce Hadîth est recensée par Ibn Abi al-Dunya.

21. ‘Ali - رَضِيَ الله عَنْهَ - a dit :
« Le Maître-verset du Qur’ân, c’est Ayatu l-Kursî »

Cette Tradition est recensée par Ibn al-Anbari et par Bayhaqî.

22. ‘Ali - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« J’ai entendu l’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - dire ceci :
- Celui qui récite Ayatu l-Kursî a la fin de chaque prière, rien ne l’empêche d’entrer au Paradis si ce n’est la mort. Et a celui qui le récite en prenant place dans son lit pour dormir, Dieu assure sa maison, celle de son voisin et tous les alentours. »

Ce Hadîth est recensée par Bayhaqî.

23. ‘Ali - رَضِيَ الله عَنْهَ - a dit ceci :
« Je ne peux concevoir qu’un homme né dans la religion de l’Islâm ou qui a perçu avec son discernement la vérité de l’Islam puisse dormir sans réciter Ayatu l-Kursî. Si seulement vous saviez la valeur de ce verset ! Sachez que votre Prophète l’a reçu comme un bien précieux provenant du Trésor placé sous le Trône divin et qu’aucun autre Prophète ne la reçu avant lui. D’ailleurs je n’ai jamais dormi une nuit sans l’avoir récité trois fois : je le récite au cours des deux raka’a que j’observe après la prière prescrite du ‘isha en tant que witr. Puis je le récite lorsque je m’installe dans mon lit pour dormir. »

Cette Tradition est recensée par Abû ‘Ubayd, Ibn Abi Shayba, Darimi, Râzi, Muhammad Ibn Nasr et Ibn al-Dharis. 24. ‘Awf Ibn Mâlik - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« Abû Dharr - رَضِيَ الله عَنْهَ - s’assit devant l’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - et lui demanda :
- Ô Envoyé de Dieu ! Quel est le plus grand verset qui t’a été révélé ?
Il lui dit :
- C’est Âyatu l-Kursî : « Allah lâ ilaha illa huwa al-Hayyum al-Qayyum… »

Ce Hadîth est recensé par Rahawayh.

25.Mu’adh Ibn Jabal - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« L’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - m’a confié la garde des datte collectées de l’aumône légale, que j’ai mises dans une pièce à moi. Comme j’ai constaté que la quantité de dattes diminuait de jour, en jour je m’en plains à l’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - qui m’a dit ceci :
- C’est l’œuvre du démon. Surveille-le. Je l’ai donc surveillé au cours d’une nuit. Lorsqu’une partie de la nuit passa, le démon apparut sous la forme d’un éléphant. En arrivant devant la porte, il pénétra dans la pièce par le trou de la serrure en prenant une autre forme. Il se rapprocha des dattes et se mit a les avaler. J’ai serré alors mes vêtements et je me suis rapproché de lui en disant : Je témoigne qu’il n’y a d’autre dieu que Dieu et que Muhammad est Son serviteur et Son Messager ! Ô Ennemi de Dieu ! Tu viens prendre les dattes de l’aumône légale alors qu’il y a des gens qui les méritent plus que toi ! Je vais te remettre à l’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - pour qu’il te dénonce et te mette a nu. Le démon m’a juré qu’il ne ferait plus jamais cela. Le lendemain j’ai vu l’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - qui m’a demandé :
Qu’a fait ton prisonnier ?
J’ai dit : Il m’a juré de ne plus jamais faire cela.
Il m’a dit : Il va revenir. Surveille-le. Je l’ai donc surveillé au cours de la deuxième nuit. Il fit la même chose et je l’ai traité de la même sorte. Comme il m’a juré de ne plus jamais faire cela, je l’ai laissé partir. Le lendemain, je suis allé voir L’envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - pour l’en informer.
Il m’a dit : Il va revenir. Surveille-le. Je l’ai donc surveillé pour la troisième nuit. Il vint et fit la même chose et je me suis comporté avec lui de la même façon. Puis je lui ai dit : Ô ennemi de Dieu ! Tu m’as juré déjà deux fois et c’est la troisième fois ? Il m’a dit :
- J’ai une famille. Je suis venu vers toi de la ville de Nasibin (En Syrie) et si j’avais eu quelque chose d’autre je ne serais pas venu jusqu'à toi. Nous étions dans votre cité jusqu’à l’avènement de votre compagnon. Il reçut alors la révélation de deux versets qui nous ont fait bannir de votre cité et nous nous sommes retrouvés à Nassibin, car à chaque fois que ces versets sont récités dans une maison, le démon ne peut plus y accéder. Si tu me laisses partir je t’apprendrai ces versets.
Je lui dis : D’accord.
Il m’a dit : Ce sont Âyatu l-Kursî et les deux derniers versets de suratu l-baqara (La Vache).
Je l’ai laissé donc partir. Le lendemain je suis allé voir l’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - pour l’en informer. Il m’a dit : Il dit vrai, le pervers, bien qu’il soit menteur.
Et Mu’adh d’ajouter : je n’ai cessé depuis de réciter ces versets sur les dattes et j’ai constaté qu’elles ne diminuaient plus. »

Ce Hadîth est recensé par Ibn Abi Al-Dunyâ, Muhammad Ibn Nasr, Al-Hakîm, Abû Nu’aym et Bayhaqî. 26.On rapporte sur Abû Usayd al-Sa’îdî - رَضِيَ الله عَنْهَ - ce qui suit :
« Il a récolté les fruits de son champ, qu’il mit dans une pièce a lui. Pendant son absence, un démon s’engouffrant dans la pièce, volait les fruits et les détruisait. Abû sa’îd s’en plaignit au Prophète - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - qui lui dit :
C’est un démon, Ô Abû Sa’îd ! Surveille-le. Lorsque tu le vois pénétrer dans la pièce, dis-lui ceci : Au Nom de Dieu ! Réponds à l’Envoyé de Dieu ! En lui disant cela, le démon dit :
Ô Abû Sa’îd ! Evite-moi d’aller devant l’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - et je m’engagerai devant Dieu de ne plus venir dans ta maison et de voler tes fruits. Je t’indiquerai un verset que tu réciteras dans ta maison pour me chasser, et lorsque tu le réciteras sur un récipient de nourriture, il restera couvert. Abû Sa’îd accepta, et le démon ajouta : Le verset dont je te parle, c’est Âyatu l-Kursî. Abû Sa’îd vint ensuite rapporter cet épisode au Prophète - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - qui lui dit :
« Ce démon dit vrai, bien qu’il soit menteur. »

Ce Hadîth est recensé par Ibn Abî al-Dunyâ, Muhammad Ibn Nasr, Tabarânî et Abû Nu’aym.

Ce verset procure a celui qui le récite le droit d’entrer au Paradis.

27. Abû Umma Sada Ibn ‘Ijlan - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« Le Prophète - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - a dit :
A celui qui récite Âyatu l-Kursî à la fin de chaque prière prescrite, rien ne l’empêche d’entrer au Paradis, si ce n’est la mort. »

Ce Hadith est recensé par Al-Nassa’î, Ibn Hibbân, Dâraqutnî, Ibn Mardawayh, Tabarânî et Ruwayani.

Ce verset renferme le Nom Suprême de Dieu par lequel Il exauce lorsqu’on L’invoque.

28. Abû Umâma - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« L’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - a dit :
Le Nom Suprême de Dieu par lequel Il exauce lorsqu’on L’invoque, se trouve dans trois surat du Qur’ân :
- al-Surat Al Baqara (La Vache),
- al-Surat âl-‘Imrân (La Famille de ‘Imrân)
- et al-surat Ta-ha.
Abû Umâma ajoute : J’ai cherché et j’ai trouvé les trois versets correspondants :
dans al surat al Baqara c’est Âyatu l-Kursî, dans al surat âl-‘Imrân c’est le verset 2 « Allah, lâ ilaha illa huwa al-Hayyum al-Qayyum ». Dans al surat Ta-ha, c’est le verset 111 : « Les visages s’humilieront en présence d'al-Hayyum, al-Qayyum. » »

Ce Hadîth est recensé par Ibn Abî al-Dunyâ, Tabarânî, Ibn Mardawayh, Al-Harawi et Bayhaqî.
29. Ibn ‘Abbâs - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« Pendant que l’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - était l’hôte d’Abû Ayyûb, la nourriture était placée dans un panier accroché à l’intérieur de la maison. Il s’en plaignit auprès du Prophète - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - qui lui dit :
Lorsque tu le vois, dis : Au Nom de Dieu ! Réponds à l’Envoyé de Dieu ! Le démon vint, il lui dit cela et parvint a l’attraper. Comme le démon promit de ne plus revenir il le relâcha puis il alla rapporta ce qui était arrivé au Prophète - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - qui lui demanda :
Qu’a fait ton prisonnier ?
Abû Ayyûb répondit : Je l’ai attrapé, mais comme il m’a promis de ne plus revenir, je l’ai relâché.
Il lui dit : Il va revenir. Ainsi Abû Ayyûb parvint à attraper chaque fois deux ou trois ce démon qui lui promettait chaque fois de ne plus revenir. Il allait chaque fois rapporter cet épisode au Prophète - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - qui lui disait, après l’avoir interroger sur ce qu’il avait fait de son captif, qu’il allait revenir. A la fin, le démon dit a Abû Ayyûb :
Lâche-moi et je t’apprendrai quelque chose qui te protége contre tous les démons, si tu le répètes. C’est Âyatu l-Kursî. Abû Ayyûb alla rapporter cela au Prophète - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - qui lui dit :
Il dit vrai, bien qu’il soit menteur. »

Ce Hadîth est recensé par Ibn Abi Shayba, Ahmad Ibn Hanbal, Tirmidhi, Abû al-Shaykh, Al-Hakîm et Abû Nu’aym.

Ce verset, récité avec les deux derniers versets de al-surat al-Baqara (La Vache), apporte du secours à celui qui les récite. En plus, deux anges se chargent de sa protection durant toute la nuit de sa récitation.

32. Abû Qatada - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« Le Prophète - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - a dit :
Allah - عز و جل - apporte Son secours à celui qui récite Âyatu l-Kursî et les deux derniers versets de al-surat Al-baqara (La Vache) au moment des afflictions et des épreuves. »

Ce Hadîth est recensé par Ibn al-Sunni. De même Qatada rapporte que celui qui récite Âyatu l-Kursî en s’installant dans son lit sera protégé par deux anges jusqu’au réveil.
Cette tradition est recensée par Ibn al-Dharis.

A celui qui récite ce verset a la fin de chaque prière prescrite, Dieu inspire à son cœur de rendre Grâce et à sa langue de pratiquer le dhikr (mention de Dieu). Il reçoit en plus l’équivalent de la récompense d’un martyr et l’équivalent de l’œuvre d’un juste, car il s’agit du plus grand verset révélé dans al Qu’rân.

33. Abû Mûssa al-Ash’ari - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« Le Prophète - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - a dit ceci :
Allah - تعال - a révélé a Mûssa (Moïse) Ibn ‘Imrân de réciter Âyatu l-Kursî à la fin de chaque prière prescrite, car à celui qui le récite à la fin de chaque prière prescrite, Dieu lui donne ceci : un cœur comme celui des gens qui s’adonnent au dhikr (mention de Dieu), une récompense équivalente à celle des Prophètes et une œuvre comme celles des justes. C’est que la récitation régulière de ce verset ne peut être observée que par un prophète ou par un juste dont Dieu a éprouvé le cœur dans la Foi pour le destiner au martyr. »

34. Abû Umâma - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« J’ai dit : Ô Envoyé de Dieu ! Quel le plus grand verset qui t’a été révélé ?
Il dit : C’est Âyatu l-Kursî. »

Ce Hadîth est recensé par Ahmad Ibn Hanbal et Tabarânî.
Celui qui récite ce verset avec le verset 3 de al-surat Junus et ceux des deux dernières surat du Qu’rân sur une femme qui a des difficultés pour accoucher, il facilite son accouchement.

35. Fâtima-Zahra - رَضِيَ الله عَنْهَ - la propre fille du Prophète - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - rapporte ceci :
« A l’approche de son accouchement, le Prophète - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - a ordonné à Um Salama et Zaynad Bint Jahsh de se rendre au chevet de sa fille Fâtima et de réciter sur elle Âyatu l-Kursî, le verset 3 de la surat Jonas ainsi que les versets des deux dernières surat du Qu’rân. »

Ce Hadîth est recensé par Ibn al-Sunni.
Celui qui le récite ne cesse d’être protéger par un gardien préposé par Dieu. Le démon ne s’approche pas de lui durant toute la nuit au cours de laquelle il a récité ce verset. Il ne faut pas s’en étonner car il s’agit d’un Trésor provenant du Trône divin qui n’a été accordé à aucun autre Prophète avant notre Prophète - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ -

36. ‘Ali - رَضِيَ الله عَنْهَ - a dit ceci :
« Je ne peux concevoir qu’un homme qui a grandi en Islâm ou qui a perçu avec son discernement la vérité de l’Islâm puisse dormir sans réciter Âyatu l-Kursî. Si vous saviez ce qu’il renferme vous ne le négligerez jamais. L’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - a dit :
On m’a donné Âyatu l-Kursî à partir d’un Trésor enfoui sous le Trône divin et personne ne l’a reçu avant moi !
‘Alî ajoute : Depuis que j’ai entendu ces Paroles de l’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - je ne me suis jamais endormi une seule nuit sans avoir récité ce verset. »

Ce Hadîth est recensé par Al-Daylamî.

37. Abû Hurayra - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporté ce qui suit :
« L’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - m’a confié la garde des produits de la collecte de l’aumône imposable a la fin du mois de Ramâdan. Un être invisible vint et se mit a puiser dans ces produits alimentaires. Je l’ai attrapé et je lui ai dit :
Je vais t’amener devant l’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ -.
Il m’a dit : Laisse-moi. Je suis nécessiteux, j’ai une famille et j’ai grandement besoin de nourriture !
Je l’ai alors relâché. Le lendemain le Prophète - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - m’a demandé :
Qu’a fait ton captif hier soir ?
J’ai répondu : Ô Envoyé de Dieu ! Il s’est plaint de son besoin impérieux et de la charge de sa famille, aussi j’ai eu pitié de lui et je l’ai relâché.
Il m’a dit : Il t’a menti et il reviendra. J’ai su alors qu’il allait revenir en raison de la parole de l’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ -. Je l’ai donc surveillé. Il revint donc effectivement et se mit à puiser dans la nourriture. Je l’ai attrapé et je lui dis :
Je vais t’amener devant l’Envoyé de Dieu.
Il m’a dit : Laisse-moi, je suis dans le besoin et j’ai une famille a ma charge. Je te promets de ne plus revenir.
J’ai eu pitié de lui et je l’ai laissé partir. Le lendemain, L’envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - m’a demandé :
Qu’a fait ton captif ?
J’ai répondu : Ô Envoyé de Dieu ! Il s’est plaint a moi du besoin impérieux et de la charge de sa famille. Aussi, j’ai eu pitié de lui et je l’ai laissé partir.
Il m’a dit : Il t’a menti et il reviendra. Je l’ai donc surveillé pour la troisième fois. Il vint et se mit a puiser dans la nourriture. Je l’ai attrapé et je lui ai dit :
Je vais t’amener devant l’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ -. C’est la troisième fois que tu prétends que tu ne reviendras plus. Pourtant tu es revenu !
Il m’a dit : laisse-moi t’apprendre quelque paroles bénéfiques !
J’ai dit : lesquelles ?
Il m’a dit : Lorsque tu t’installe dans ton lit, récite en entier Âyatu l-Kursî. Dieu te donnera alors un gardien qui te protégera et aucun démon ne s’approchera de toi jusqu’au réveil !
Je l’ai donc laissé partir. Le lendemain l’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - m’a demandé :
Qu’a fait ton captif hier soir ?
J’ai répondu : Ô Envoyé de Dieu ! Il a prétendu m’avoir appris des Paroles bénéfiques. Aussi l’ai-je laisse partir.
Il m’a demandé : Lesquelles ?
J’ai répondu : Il m’a dit : Lorsque tu t’installes dans ton lit récite en entier Âyatu l-Kursî. Puis il a ajouté : Dieu te donnera un gardien qui te protégera et aucun démon ne s’approchera de toi jusqu’au réveil ! Le Prophète - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - m’a dit alors : Il a dit vrai, bien qu’il soit menteur. Sais-tu à qui tu t’adressais depuis trois nuits, Ô Abû Hurayra ?
J’ai dit : Non.
Il m’a répondu : A un démon. »

Ce Hadîth est recensé par Bukhârî, Ibn al-Dharis, Nassa°î, Ibn Mardawayh et Abû Nu’aym.

38. Abû Hurayra - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« L’Envoyé de Dieu - صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ - a dit :
Celui qui récite, en se réveillant, les trois premiers versets de al-surat Ghâfir (Celui qui pardonne) et Âyatu l-Kursî sera protégé jusqu’au soir, et celui les récite le soir sera protégé jusqu’au matin. »

Ce Hadîth est recensé par Dâraqutnî et Tirmidhî.

39. Ibn ‘Abbâs - رَضِيَ الله عَنْهَ - rapporte ceci :
« Les fils d’Israël ont dit : Ô Moïse ! Ton Seigneur dort-il ? Moïse leur dit : Craignez Dieu ! Dieu l’interpella : Ô Moïse ! Ton peuple t’interroge : Ton Seigneur dort-il ? Prends deux bouteilles dans tes mains et mets-toi debout pour prier toute la nuit ! Moïse s’exécuta. Apres le premier tiers de la nuit il tomba sur ses genoux puis se ressaisit et parvint à garder les bouteilles. Mais à la fin de la nuit il finit par s’endormir en faisant tomber les deux bouteilles qui furent brisées. Le Seigneur lui dit alors : Ô Moïse ! Si je devais dormir, les Ceux et la Terre tomberaient et se briseraient comme les deux bouteilles dans tes mains ! Puis Dieu révéla Âyatu l-Kursî à Son Prophète. »

Cette Tradition est recensée par Ibn Abî Hâtim, Abû al-Shaykh, Ibn Mardawayh et al-Dhiya.
Aucun voile ne s’interpose entre Dieu et le Âyatu l-Kursî ainsi que al-Surat Al-Fâtiha et les versets 18, 26 et 27 de al-surat âl-‘Imrân (La Famille de ‘Imrân)

40. ‘Alî - رَضِيَ الله عَنْهَ - a dit ceci :
« Al-Surat al-Fâtiha (La Liminaire), Âyatu l-Kursî et les versets 18, 26 et 27 de surat âl-‘Imrân (La Famille de ‘Imrân) sont suspendus (au Trône) et rien ne s’interpose entre eux et Dieu. Ils disent à Dieu : Tu nous fais descendre sur Terre, vers celui qui te désobéit ?
Dieu - عز و جل - leur dit : Je jure par Moi-même ! Aucun de Mes serviteurs ne vous répète, à la fin de chaque prière, sans que Je fasse du Paradis le lieu de son séjour, sans que Je le fasse habiter dans la Demeure Sacro-saint, sans que Je le regarde soixante-dix fois chaque jour avec Mon Œil intérieur, sans que Je lui accorde chaque jour la satisfaction de soixante-dix besoins dont le moindre est le pardon et sans que Je le protége de son ennemi et le fasse triompher de lui. »

Cette Tradition est recensée par Ibn al-Sunnî, Al-Shahami, Ibn al-Jawzî et Suyûtî.

15 votes. Moyenne 4.73 sur 5.

Commentaires (25)

1. End of lease cleaning Bundoora (site web) 28/08/2018

Why do we want your Call data? We pass your e mail tackle on to the most beneficial providers and also have them get
in touch with you. The more success that suppliers have obtaining in contact with you, the better the quotation might be.

There are such a lot of variables that our Cleaners experience, that they may
well upon viewing the house amend the quotation When the assets problems vary
to Those people explained to us when making the reserving, or The client alters their original needs.

You title it, we get it done! All our end of lease cleaners are focused on performing their portion in building your relocating system as problem absolutely
free as you possibly can.

"Thanks a lot of to your assist with the transfer. We only essential a number of the major bits of furniture shifting, and your provider scaled properly with what we needed!"

You may additionally be considered a house supervisor or landlord and wish to
impress possible tenants to minimise the period of vacancy.
Study proves that a property that's been skillfully cleaned previous to an evaluation raises the opportunity for
leasing the property by twenty p.c to forty%!

We have now custom-made four distinct cleaning deals for our consumers.
Our Finish Of Lease Clear packages include all your housing agent requirements.
Our cleaning staff is nicely professional to handle any kind of cleaning predicament.
We've dealt with a great deal of soiled houses and designed them
like a recently painted and feel like freshly
Create.

"I wish to Specific my gratitude for the great services your organization furnished. The guy arrived in excess of to clean my upholstery, he, was seriously well mannered and proffessional, he meticulously cleaned our home furnishings. I am absolutely sure I'll return for you subsequent time."

We provide totally thorough conclusion of lease cleaning products and services
Melbourne, to aid just take many of the worry away when transferring out, and ensure you Get the bond back.

Enter your e mail deal with and obtain first new advertisements for “Cleaning jobs melbourne” Enter your identify
to assist us in our seek for you

"I've employed other organizations before, even so, none are pretty much as good as Highpowercleaning. Terrific service, our house is always spotless every week (In particular the loos). I'm so satisfied with their provider and would recommend them to anybody."

Our vacate cleaning experts supply their particular machines and goods.

Our conclude of lease cleaning service is really a top
down strategy, which includes almost everything from:

"Augus and his team are absolutely the top! We ended up in truly pressed promptly and needed to do the shifting out clean in days."

Complete this two minute type and we can get you three rates from vetted, qualified Bond Cleaners to help you use the proper particular person at the right value

theguardian.com The manager happens to be the hottest coach from
the league – but another two online games towards his
major rivals could finish up defining the club’s season Proceed reading...

2. Agen Resmi IDN POKER (site web) 24/08/2018

Good info. Lucky me I found your website by chance (stumbleupon).
I have saved it for later!

3. judi capsa (site web) 02/08/2018

If you would like to improve your know-how only
keep visiting this website and be updated with the hottest news
posted here.

4. Muhammed Emir Harun 29/05/2018

We Facilitate Bank instruments SBLC for Lease and Purchase. Whether you are a new startup, medium or large establishment that needs a financial solution to fund/get your project off the ground or business looking for extra capital to expand your operation,our company renders credible and trusted bank guarantee provider who are willing to fund and give financing solutions that suits your specific business needs.

We help you secure and issue sblc and bank guarantee for your trade, projects and investment from top AA rated world Banks like HSBC, Barclays, Dutch Ing Bank, Llyods e.t.c because that is the best and safest strategy for our clients.e.t.c

DESCRIPTION OF INSTRUMENTS

1. Instrument: Funds backed Bank Guarantee(BG)

2. Currency : USD/EURO

3. Age of Issue: Fresh Cut

4. Term: One year and One day

5. Contract Amount: United State Dollars/Euros (Buyers Face Value)

6. Price : Buy:32%+1, Lease: 4%+2

7. Subsequent tranches: To be mutually agreed between both parties

8. Issuing Bank: Top RATED world banks like HSBC, Barclays, ING Dutch Bank, Llyods e.t.c

9. Delivery Term: Pre advise MT799 first. Followed By SWIFT MT760

10. Payment Term: MT799 & Settlement via MT103

11. Hard Copy: By Bank Bonded Courier

Interested Agents,Brokers, Investors and Individual proposing international project funding should contact us for directives.We will be glad to share our working procedures with you upon request.

Name: Muhammed Emir Harun

Contact Mail :info.financewizardltd@gmail.com

Skype: info.financewizardltd@gmail.com

5. Bbq cleaning Melbourne (site web) 29/05/2018

Bbq cleaning Melbourne - Our professional bbq cleaning is an affordable solution to keeping your BBQ clean like the day you got it. Try our BBQ
cleaning services in Melbourne"

6. christian louboutin shoes (site web) 09/06/2014

Costs Gary. My own real estate rented to get $400 alot more monthly than the house across the road. A homes are basically identical excluding my house developing pertaining to 100 far more sqft than their own (less than 10% alot more). The particular name, "A Spliting up,In . is undoubtedly an inclined encapsulation in the flick generally: It appears easy, nevertheless its email addresses are disastrous. This alteration takes place at length, organically, as well as web hence comfortably that you might not necessarily acknowledge that the day the eyes. However the sustained consequence could linger; although tale is exceedingly precise inside the specificity with the arranging, a concepts speak out loud universally..

7. oakley stores melbourne (site web) 09/06/2014

Mandez je comme vous vous trouvez de la vtre. Supposrr que j'avais l'hippogriffe from monday commandement, je m'en irais causer avec vous environnant les toutes ces farces qui puede seront faites ici entre les Grignan avec l'ensemble des Forbin l'ensemble des ruses de les gens ci, l'ensemble des droitures plusieurs autres, ainsi que ce reste cependant il faudrait tre Epoisses, put parler cinq heures nufactured collection. On n'oublierai jamais cette aimable maison, ni vos douces et aussi charmantes negotiations, ni les confiances environnant les from monday seigneur.

8. lunettes oakley discount (site web) 09/06/2014

And even be dressed in apply pressure to on the subject of maintaining it inside basic vision when trying to impress women. When it comes to wooing along with some lovely new music, this fewer with regards to the tool and read more about this rubbing.iRobot Scooba 390Buy It all Below.Allow admit it in this article: Which you small slob therefore you detest housecleaning. Dress in be troubled, which will the reason The almighty manufactured automated trading programs to scrub your personal floor to suit your needs! All the iRobot Scooba Three hundred and ninety is a touch of diverse from this Roomba types you could be accustomed to.

9. oakley sunglasses sport (site web) 06/06/2014

Nissan Altima, 1 of 3 close up the competition (Altima, Cars Sonata, Lexus Camry), markets them to get $590. In the Cars Azera, a somewhat upmarket competition, it free of charge. When you need menu within the The year 2013 Entente, this $2,500. Two. Action-word to bounce any Charleston. It is not necessary some sort of grooving track record, and also the Charleston is actually fulfilling often.

10. oakley polarized holbrook review (site web) 06/06/2014

Most people been searching at a couple of miniature ITX enclosures lately, interest in it triggered largely by your shock good results in the Bitfenix Prodigy as well as the common sector usually tend in opposition to reduced, more robust techniques. While i mentioned above, individuals it is a course these tips happen to be likely within; in the event you desire an item that works with various videos credit cards, you can acquire a somewhat solid process in a small develop variable. Ivy Connection broken capability eating lower substantially, plus the natural proficiency involving NVIDIA Kepler has allowed for the large start design effectiveness (testimonials on the GeForce GTX 680M are generally upcoming)..

11. louis vuitton taske til hund (site web) 06/06/2014

The skinny: Any time Penn Declare established very early obligations by good wideouts Troy Apke not to mention DeAndre Thompkins, the anxiety was in fact with. Godwin had been thinking about Penn Status not to mention didn want a Elephants to do outside of space to present stereos, so he or she presented the mental past May. As expected using Allen Velupe exiting beginning, the particular Lions degree graph on the situation appearances particularly appealing definitely.

12. oakley sunglasses frogskin (site web) 23/05/2014

We recommend that you pay for a ale line cleaning up set up, and thoroughly wash many of the alcohol lines ahead of connecting them all upward. Next attach this alcohol in addition to natural gas traces, clear away these folks along with sanitize these individuals once more. Well before pressurizing it, be certain that just about all garden hose clamps happen to be stiffened, the fact that the Carbon reservoir is collateralled, as well as temperatures on your kegerator is undoubtedly somewhere between Thirty-three plus 38 diplomas.

13. Commencer en bourse (site web) 11/05/2014

Royal ce moment passez avec vous, merci enormement pour cette lecture.

14. Gagner argent en bourse (site web) 10/05/2014

J ai passe un moment agreable a vous lire, un enorme compliment et felicitation. Merci beaucoup pour cette bonne lecture.

15. Nike Free Runs Sale (site web) 04/05/2014

(Due to song rights issues, this sketch isn't online.)
Nike Free Runs Sale

16. cheap nike shoes (site web) 04/05/2014

What works in the favour of these shoes is the fact that they're not at all easy to detect and that they look pretty much like a pair of regular shoes. This is probably because many mainstream shoe manufactures make these shoes as well. When it comes to aspects like designs, colours, and materials, you have a plethora of alternatives to sift through.
cheap nike shoes

17. oaklay (site web) 23/04/2014

Hey! Quick question that's totally off topic. Do you know how to make your site mobile friendly? My site looks weird when browsing from my apple iphone. I'm trying to find a theme or plugin that might be able to fix this issue. If you have any suggestions, please share. Many thanks!

18. moncler (site web) 18/10/2013

Je sais qu’une info au jt en chasse une autre mais je viens de voir des images assez dures d’Abidjian et j’espère que tout va bien pour toi.

19. Mrs Elizabeth 15/10/2013

Avez-vous besoin d'un financement et que vous avez été déçu par les banques. Nous pouvons fournir un financement direct allant jusqu'à 5 millions d'euros à des taux d'intérêt pratique. Nous offrons 100% services de financement qui comprennent: - les prêts conventionnels et personnels aux particuliers, des prêts commerciaux à court terme pour les entreprises commerciales moyennes et grandes entreprises, les petites Administration (SBA) prêt d'affaires pour les entreprises commerciales à petite échelle, le financement d'ange et des prêts de démarrage d'entreprise; prêts à l'investissement, et de prêts immobiliers, résidentiels et commerciaux financement financement, et entrepôt. Contactez-nous pour plus de détails à - elizabethloaninvestment@live.com

20. Dessie 26/09/2013

Very quickly this website will be famous among all blogging users, due to it's nice content

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire

Acheter une oeuvre,faire une action,apprenez,Posez,Répondez aux questions,Poster un article,participez au forum!

https://www.facebook.com/webmasterelhadjomartall