Google+

"La déclaration du Premier ministre sur les Assises nationales n’engage que lui, ce n’est pas notre problème !"

AMADOU MAKHTAR MBOW REPOND À SOULEYMENE NDENE NDIAYE ET CIE

Ahmadou Makhtar Mbow, le président des Assises Nationales, ne se sent pas du tout ébranlé par la virulente sortie de Souleymane Ndéné Ndiaye sur les Assises Nationales lors de sa déclaration de politique générale. Mbow déclare que les acteurs et les signataires des Assises ne sont pas concernés par les propos du premier ministre. Ce qu’il pense n’engage que lui, lance Amadou Mactar Mbow qui a animé ce lundi un point de presse portant sur la restitution de la rencontre de samedi dernier entre le bureau des assises, les parties prenantes, les comités départementaux et les élus locaux.

Contrairement au message que veulent véhiculer les détracteurs des assises nationales, “la Charte de Bonne Gouvernance n’est pas le seul produit des travaux, il y a 35 rapports départementaux, 3 rapports de la diaspora, 8 rapports thématiques, une synthèse de 300 pages d’où est tiré un résumé de 50 pages”.

Cette précision du président Mbow sonne comme une réplique aux discours de certaines autorités du régime libéral récriminant ladite charte, en pleine déclaration de politique générale du premier ministre. Ce dernier a d’ailleurs été le premier à qualifier la charte de simple profession de foi.

En réponse, Amadou Makhtar Mbow explique : “La charte a été élaborée sur la base de ruptures. Donc, ce n’est pas une invention de X, Y, ou Z, ce n’est pas non plus une profession de foi, mais c’est tout simplement le produit de la volonté de changement des Sénégalais par rapport à une situation que nous vivons depuis l’indépendance et que nous avons vécue de façon beaucoup plus prononcée au cours de la dernière décennie”.

Plus précis, le président des Assises Nationales martèle : “Ce que déclare et pense le premier ministre sur les assises n’engage que lui, cela ne nous concerne pas !”.

Amadou Makhtar Mbow se défend d’entrer dans "une polémique inutile" mais, lance tout de même, à l’endroit du premier ministre et de Professeur Iba Der Thiam, vice président a l’Assemblée Nationale qui avait relevé beaucoup de manquements dans la charte de bonne gouvernance des assises, “je comprends des gens qui défendent un programme politique”.

Et de poursuivre “des gens ne se sont pas enfermés dans une salle, mais ce sont plutôt les consultations citoyennes, donc à la base qui ont généré toutes les idées contenues dans la Charte de Bonne Gouvernance”.

Une manière sans doute de signifier que comparaison n’est pas raison, quand on sait que le député Iba Der Thiam avait cité une longue liste de documents plus pertinents à ses yeux, que cette Charte de Bonne Gouvernance sortie des Assises Nationales.

Cheikh Hamidou Kane, vice-président des Assises, pour sa part, déplore une “mauvaise foi” des pourfendeurs de ce document.

L’un des secrétaires généraux, Birame Ndoye Fall estime de son côté, qu’un “alignement de qualificatifs ne justifie pas la véracité” de ce que dit Iba Der Thiam et compagnie.

Comme pour clore le débat, Mody Niang l’autre secrétaire général tranche : “de toute façon, quelque soit la qualité de nos travaux, ils nous attaqueront toujours !”

A lire aussi :

Quand le député Iba Der Thiam s’éloigne du peuple pour s’accrocher aux... délices du pouvoir !

"Le Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye compromet le dialogue politique "

- Par Jaraaf S. -

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Acheter une oeuvre,faire une action,apprenez,Posez,Répondez aux questions,Poster un article,participez au forum!

https://www.facebook.com/webmasterelhadjomartall

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×