Google+

Chefs d’Etat africains... et francs-maçons
L’EXPRESS.fr- A de très rares exceptions près, les chefs d’Etat africains laissent planer l’incertitude quant à leur allégeance maçonnique. Par souci de ne pas heurter l’opinion au pays. L’anecdote a quelque chose de dérisoire. Mais elle est symptomatique du malaise que suscite souvent, au coeur des présidences africaines, l’évocation de l’allégeance maçonnique réelle ou supposée du "patron" et de ses lieutenants.

 

Le 17 avril 2008, L’Express publie dans son édition internationale une enquête sur les réseaux francs-maçons subsahariens, intitulée "L’Afrique aux premières loges". En ouverture du dossier, une infographie fait apparaître le portrait d’une douzaine de chefs d’Etat, classés grosso modo selon leur degré de ferveur maçonne. Il y a là les "frères au grand jour", espèce rare, les "demi-frères", approchés ou hésitants, et les "frères de l’ombre", réticents à dévoiler leur adhésion, fût-elle ancienne. Parmi ceux-ci, le Béninois Thomas Boni Yayi. Aussitôt, branle-bas de combat à Cotonou. Sur instruction, l’ambassadeur du Bénin à Paris invite le rédacteur en chef du service Monde de notre hebdomadaire, Marc Epstein, à un échange informel aux allures de mise au point. Mieux, Boni Yayi, qui exerce aussi les fonctions de Premier ministre, convoque une réunion du gouvernement.

Thomas Boni Yayi (Bénin) n’a pas du tout apprécié que L’Express révèle son appartenance.

A l’ordre du jour : la riposte qu’appelle cette indigne attaque de L’Express... Le directeur de cabinet du président donne lecture d’un communiqué alambiqué, bientôt diffusé. Sans démentir explicitement l’initiation passée du chef de l’Etat, le texte souligne la vigueur de sa foi chrétienne, présentée comme incompatible avec la fréquentation de temples maçons. Antinomie au demeurant obsolète, notamment au sein de la nébuleuse de la Grande Loge nationale française (GLNF), où chaque initié tient pour acquise l’existence de Dieu ; d’ailleurs, plus d’un prélat a consenti, discrètement il est vrai, à se livrer au rituel de la "tenue blanche", conférence donnée dans une loge par un non-initié. Qu’importe : à l’évidence fier de sa prose, l’auteur conclut ainsi son morceau de bravoure : " Avec ça, il ne fait aucun doute que Hugeux [l’auteur de l’article et de ces lignes] sera viré de son journal dans les quinze jours." "Attention ! nuance un officiel présent, ce type est juif, et ces gens-là ont beaucoup d’influence"...

Secte satanique

C’est un fait : à l’exception notable du Gabonais Omar Bongo et, à un moindre degré, de son beau-père congolais Denis Sassou-Nguesso, alias DSN, les Excellences africaines cultivent avec l’équerre et le compas un cousinage ambigu, mélange de fascination, de méfiance de suspicion et de manie du secret. Si spécieux soit-il, l’interdit religieux n’est pas propre à l’ex-Dahomey.

Abdoulaye Wade (Sénégal) fait figure de "maçon dormant".

Au Sénégal, Abdoulaye Wade, initié jadis à Besançon, fait figure de "maçon dormant". De fait, il aurait pris depuis des lustres ses distances avec sa loge. D’autant que l’octogénaire au crâne poli doit tenir compte des oukases des dignitaires musulmans, qu’il s’agisse des califes de l’islam confrérique ou des imams de la banlieue dakaroise. Voilà quelques années, le quotidien Walfadjri se fit d’ailleurs l’écho d’une féroce controverse, qui ne tourna guère à l’avantage de la franc-maçonnerie, reléguée par les plus virulents au rang de secte satanique. Il n’empêche. En Afrique plus qu’ailleurs, la saga des "frères de lumière" s’est trouvé un terreau fertile, tant ses codes et ses usages y font écho à la magie des rites initiatiques et à la force ancestrale du clan. Au point que les colonnes de ses temples donnent, dans l’imaginaire des fidèles, la réplique aux troncs du bois sacré. Le désir d’accéder à ce sanctuaire supposé laïque de l’élite blanche, gage de modernité, puis le souci d’instaurer avec l’ex-colonisateur des canaux inconnus des profanes, discrets vecteurs d’influence, ont fait le reste. Le truculent Guy Penne (GODF), conseiller Afrique de l’Elysée au début du premier septennat de François Mitterrand, sait fort bien qu’il dut alors sa promotion à son entregent maçon. Au demeurant, Jacques Foccart se chargea de le lui faire savoir. On a vu défiler sous les lambris de l’hôtel de Montesquiou, siège pour quelques semaines encore du ministère de la Coopération, plus d’un frangin. Tous n’y ont pas laissé le souvenir d’une probité d’airain. Paravent d’un mémorable pillage de fonds publics, Carrefour du développement torpilla en 1984 la carrière du socialiste Christian Nucci et celle de son chef de cabinet, Yves Chalier, son parrain en maçonnerie. Question à 1 million de CFA : Omar Bongo Ondimba aurait-il exigé - et obtenu - la tête de Jean-Marie Bockel, brutalement délesté de son maroquin de la Coopé en mars 2008, si celui-ci avait été "trois points" ? Question à 2 millions de CFA : le fondateur de la Gauche moderne, muté aux Anciens combattants, aurait-il dans ce cas prétendu "signer l’acte de décès de la Françafrique" ?

- Par Nettali -
 
Chefs d’Etat africains... et francs-maçons
  • 4 février 14:22

    Abdoulaye Wade : « Je ne suis plus maçon »

    A la suite d’une enquête sur la franc-maçonnerie en Afrique, publiée dans l’édition internationale de L’Express, nous recevons une mise au point du président de la République du Sénégal, Abdoulaye Wade.

    "Vous écrivez : "Abdoulaye Wade, jadis initié à Besançon, fait figure de maçon dormant. De fait, il aurait pris depuis des lustres ses distances avec sa loge."

    C’est exact, mais je précise que je ne suis pas dormant mais radié par suite de ma démission volontaire. Le maçon en sommeil ou dormant est celui qui reste inscrit, donc membre de l’association, mais sans activité. Ce n’est pas mon cas. Etudiant à Besançon, j’ai quitté cette ville en septembre 1959, après ma thèse, soutenue le 27 juin 1959, il y a cinquante ans.

    Lorsque j’étais jeune professeur, un de mes collègues eut souvent à m’entretenir de la maçonnerie. Par curiosité, j’y ai adhéré, espérant y trouver des échanges intellectuels de très haut niveau. Ce ne fut pas le cas. J’ai démissionné. Acte m’en a été donné depuis plus de quarante ans.

    S’agissant d’une association, au regard de la loi et de ses statuts, on y entre sur sélection, mais on en sort librement. C’est ce que j’ai fait."

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Acheter une oeuvre,faire une action,apprenez,Posez,Répondez aux questions,Poster un article,participez au forum!

https://www.facebook.com/webmasterelhadjomartall

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×